Chine: de l’Histoire à la Modernité (2)

(Deuxième partie)

0
323
Travailleurs jouant aux cartes en attendant leur train en gare de Kunming (capitale de la province du Yunnan où se trouvent les grottes aux chauves-souris porteuses des coronavirus). Lors de la révolution culturelle, Bao, le fonctionnaire modèle d’honnêteté et d’incorruptibilité, et ses pairs ont été critiqués pour avoir obscurci «la véritable nature de classe de la société féodale», étant donc en fait «les représentants les plus vicieux de l'ancienne classe dirigeante» car «ils ont fait naître l'espoir que la justice pouvait être obtenue dans des cas individuels». Photo par Alexandra Panaguli.

Ray a envoyé un service de voiture pour nous ramener du parc Baomo – les gens qui ont besoin d’argent conduisent leur voiture comme taxi sur appel. Il préparait un repas élaboré, composé de cinq plats, pendant que Shery nous montrait ses deux livres pour enfants, deux livres d’illustrations, et plus de créations, un beau design, de jolies couleurs. Elle a participé à des salons d’illustration de livres, à Hong Kong en juin, puis à Beijing pour rencontrer des éditeurs en août. Elle a envoyé ses fichiers numériques, et maintenant elle attend des réponses. Elle n’est pas intéressée à gagner beaucoup d’argent, juste pour pouvoir quitter son poste d’enseignante et se concentrer entièrement à son art et être plus créative. Ray a sa propre petite entreprise qui crée des bandes dessinées en ligne avec un logiciel très élaboré.

Nous nous sommes assis à table vers 21h, mais l’attente en valait la peine, Ray avait préparé des coquilles saint Jacques: nouilles à base de riz avec deux petites conchitas, une salade de lotus, du boeuf très tendre avec de grands champignons, du boeuf en ragoût en pot de terre, quatre crabes mâles et quatre crabes femelles, avec peu de chair et difficile à extraire à la main, Shery a dit que la partie jaune était la plus savoureuse.

ils ont fait naître l’espoir que la justice pouvait être obtenue dans des cas individuels

Le lendemain, ils nous ont emmenés dans un centre commercial très grand et moderne, le Wanda Plaza, également dans leur quartier Panyu. Le troisième étage était plein de restaurants, ils ont choisi … Hakka! Vous vous rappelez le peuple Hakka qui a émigré vers le sud au 3ème siècle avant notre ère et construit les tulou, les plus anciens immeubles d’habitation au monde, pour se protéger. Nous nous sommes assis à une table en bois sous la grande image d’un tulou, qui nous était maintenant très familier, une nourriture très colorée et savoureuse, en particulier les pattes de cochon, les larges nouilles, les champignons, puis les intestins. Dix plats en tout!

Ensuite nous sommes allés près de l’étang de leur communauté et avons continué la conversation sur le plan politique. Le jardin Baomo a été construit comme une extension du Temple du Seigneur Bao (Bao Gong, 999-1062 CE), un fonctionnaire de haut niveau sous l’empereur Renzong de la dynastie Song qui était si célèbre pour son extrême honnêteté et comme un incorruptible qu’il est devenu une légende et le symbole de tout «fonctionnaire pur».

Pas si pur cependant. Lors de la brève période de la révolution culturelle (1966-1976), Bao et ces fonctionnaires ont été critiqués pour avoir obscurci «la véritable nature de classe de la société féodale», étant donc en fait «les représentants les plus vicieux de l’ancienne classe dirigeante» car «ils ont fait naître l’espoir que la justice pouvait être obtenue dans des cas individuels».

De toute façon, après cette période, Bao et les autres ont été vénérés à nouveau. À son temps, il s’assurait que les coupables soient punis, en particulier ceux qui étaient haut placés. Entre autres, il a mis en accusation l’oncle d’une puissante concubine de l’empereur. Les USA ont certainement besoin d’un juge Bao en ces temps de Trump & co.

L’exemple de Huawei

30 octobre 2019

Incroyable, ce même jour un porte-parole de la Maison Blanche, Hogan Gidley, a déclaré à Washington: “Nous avons hâte de finaliser la première phase de l’accord commercial historique avec la Chine”, tandis que Mike Pompeo, le secrétaire d’État, a déclaré à New York lors d’un dîner de gala du groupe de réflexion conservateur Hudson Institute: “Le Parti communiste chinois est un parti marxiste-léniniste axé sur la ‘lutte’ et la domination internationale”.

Ce think tank – qui a décerné à Pompeo son prix Herman Kahn en 2019 – n’hésite pas à énoncer son objectif: “Le rôle unique et central de l’Amérique [c’est-à-dire des États-Unis] dans le système mondial offre les meilleures bases pour la sécurité, la défense de la liberté et assurer la croissance économique”. En d’autres termes, les Etats-Unis ont le droit d’être le gendarme du monde, et ne permettront pas à un autre pouvoir de le faire. Lorsque le Français Emmanuel Macron a tenté d’avoir un rôle international en faisant la médiation entre les Etats-Unis et l’Iran, en septembre dernier, Trump l’a écarté: “Nous n’avons pas besoin d’un médiateur”, même si l’accord nucléaire a également été signé par la France.

Quelques jours auparavant, le vice-président Mike Pence avait de la même manière attaqué le bilan de la Chine en matière de droits humains, de commerce et de méthodes pour étendre son influence mondiale. Et Pompeo a promis de prononcer une série de discours dans les prochains mois pour exposer les soi-disant “manigances” de Beijing, y compris “leurs tentatives d’influence au sein des États-Unis». Pauvre système étatsunien, si faible qu’un autre pays, la Russie et maintenant la Chine, pourraient facilement l’influencer.

Ce même mercredi, le Chili a annoncé qu’il avait annulé le sommet de la coopération économique Asie-Pacifique du 11 au 17 novembre, la raison étant évidemment les troubles sociaux profonds qui secouent ce pays – au point qu’il y a un état d’urgence – bien qu’aucun officiel ne les mentionne, ce qui montre à quel point ils se soucient du bien-être des travailleurs.

C’est au cours de ce sommet que les USA et la Chine devaient signer la première phase des accords commerciaux. Mais, comme Jude Blanchette, une experte chinoise au Centre d’études stratégiques et internationales, a déclaré: «L’annulation du sommet est une excellente excuse pour gagner plus de temps». Edward Alden, un membre du Council on Foreign Relations, a ajouté: «Il est dès lors probable que les pourparlers de niveau inférieur continueront de se prolonger sans résultats concrets».

Une note ironique du même bonhomme: «En temps normal le gouvernement étatsunien aiderait le Chili à résoudre sa crise politique pour que le sommet puisse avoir lieu», comme il l’a fait en 1973, évoquant Pinochet! Et il a ajouté: “Mais au lieu de cela, la Maison Blanche est absente, en plein conflit avec l’impeachment [de Trump] et les crises de sa propre fabrication”.

Visiteuses à l’ancien village de Hongcun dans la province de Anhui, lors de la fête nationale d’octobre. Tous les Chinois ont les derniers modèles de téléphone portable. La campagne mondiale contre Huawei n’a pas grand-chose à voir avec la sécurité et tout à voir avec le désir des États-Unis de supprimer un concurrent technologique croissant. Photo par Alexandra Panaguli.

Un troisième commentateur, Torsten Slok, économiste en chef à la Deutsche Bank AG, a confirmé: “Cela augmente le risque que nous ne puissions jamais voir une phase deux ou une phase trois et donc l’incertitude ne disparaîtra pas”, quant à un accord commercial. Coïncidence très commode pour les États-Unis comme leur objectif est beaucoup plus important qu’une guerre commerciale: garder la Chine à distance – nous y reviendrons.

Lou Jiwei, un ancien ministre des Finances chinois, l’a dit simplement: «Les tarifs étatsuniens sur les exportations chinoises ne résoudront pas fondamentalement leur déficit commercial, qui est causé par le taux d’endettement élevé du gouvernement étatsunien et un faible taux d’épargne des ménages». Le problème est plus important: «Washington a adopté une stratégie pour contenir la croissance économique de la Chine en empêchant le pays de remonter la chaîne de valeurs mondiale. L’endiguement et le contre-endiguement sont inévitables et c’est un problème à long terme”.

C’est tellement évident, les Etats-Unis sont en train de mener le même sabotage contre les entreprises chinoises, avant tout Huawei. Pourtant celle-ci est une histoire entrepreneuriale typique à l’étatsunienne. Tout comme Lu Guanqiu susmentionné, qui a transformé Wanxiang, une humble entreprise provinciale, en un géant, Ren Zhengfei a grandi dans une famille modeste, étudié l’ingénierie, été employé dans l’armée en tant que technicien (sans avoir de grade militaire ni être membre du Parti communiste chinois pendant la majeure partie de sa carrière parce que ses parents avaient des liens avec le Kuomintang, son adversaire nationaliste). Lorsqu’il a été licencié en raison de la réduction des effectifs en 1982, il a travaillé dans l’électronique, et en 1987, a fondé Huawei avec 5000 $ US …

Washington a adopté une stratégie pour contenir la croissance économique de la Chine

Trente et un ans plus tard, au deuxième trimestre de 2018, Huawei était devenu le plus grand fabricant d’équipement de réseau pour les opérateurs de téléphonie et a pris la place d’Apple en tant que marque de smartphone n ° 2, derrière Samsung. En août 2018, Trump a signé la loi fédérale John S. McCain National Defence Authorization Act for Fiscal Year 2019 qui interdit au gouvernement fédéral d’acheter du matériel auprès de Huawei en raison de problèmes de sécurité. En décembre 2018, les États-Unis ont fait détenir par la police canadienne la fille de Ren Zhengfei, Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, pour avoir prétendument violé les sanctions étatsuniennes contre l’Iran.

Premièrement, le gouvernement étatsunien n’a apporté aucune preuve que Huawei autorise le gouvernement chinois à espionner les États-Unis. Ceci a été corroboré par l’Office fédéral allemand de la sécurité de l’information (BSI) dont le chef Arne Schoenbohm a déclaré à Spiegel: “Pour des décisions aussi graves comme une interdiction, vous avez besoin d’une preuve”.

(À noter que les États-Unis ont fait pression sur leurs «alliés», dont l’Allemagne, pour qu’ils abandonnent Huawei, tout comme ils ont menacé ce même pays de tarifs automobiles s’ils ne suivaient pas leur politique contre l’Iran).

Le PDG du deuxième opérateur de téléphonie mobile au monde, Vodafone, a poursuivi sur la même ligne, défendant sa collaboration avec Huawei et disant qu’il préférerait “s’assurer que nous ayons une conversation factuelle”, et non de la propagande.

Deuxièmement, il est extrêmement ironique que le gouvernement étatsunien accuse Huawei d’espionner ses citoyens, alors qu’Edward Snowden a dévoilé le vaste programme de surveillance du gouvernement étatsunien en 2013 par le biais de sa National Security Agency (NSA), espionnant également les étrangers, même les soi-disant alliés comme le téléphone portable d’Angela Merkel. Alors, qui espionne qui ?!

J’ajouterai une remarque faite par une jeune Chinoise à Raffarin: «Oui, c’est vrai que chez nous l’État possède toutes nos données. Mais ce n’est pas mieux chez vous, elles sont entre les mains du marché!»

Troisièmement, il y a une autre raison – et une autre ironie et hypocrisie – pour restreindre Huawei. Un document de la NSA divulgué en 2014 par Snowden à Der Spiegel et au New York Times montre que depuis 2009, cette agence a lancé l’opération très opportunément nommée “Shotgiant” (Tirer sur le géant) contre Huawei, «qui est considéré comme un concurrent majeur de Cisco basé aux États-Unis». L’agence voulait «s’assurer que nous savons comment exploiter ces produits [Huawei]». La NSA avait réussi à accéder au code source de divers produits Huawei ainsi qu’aux courriels du fondateur Ren Zhengfei. “Nous avons actuellement un bon accès et tellement de données que nous ne savons pas quoi en faire”.

Donc, les États-Unis espionnent depuis une décennie une entreprise qu’ils accusent d’espionner les États-Unis!

Le type de technologie dont Huawei dispose est décisif dans la bataille de la NSA pour la suprématie des données. De façon générale, «Cette poussée chinoise commence à ouvrir des normes technologiques qui ont été longtemps déterminées par les entreprises étatsuniennes, et la Chine contrôle une quantité croissante du flux d’informations sur le net”.

Mais, mais, contrairement à Google, Facebook, Microsoft et d’autres sociétés étatsuniennes qui travaillent étroitement avec la NSA, la société chinoise refuse d’être utilisée, “Huawei n’a pas et ne plantera jamais de backdoors” (qui servent à contourner un mécanisme de sécurité du système), a déclaré le président Guo Ping de Huawei dans un éditorial au Financial Times et au Mobile World Congress – la plus grande exposition mondiale de l’industrie – en février 2019. En d’autres termes, Huawei “entrave les efforts étatsuniens pour espionner qui ils veulent”, et ce n’est bien sûr pas du gré des Etats-Unis.

Un autre aspect menaçant pour les Etats-Unis est que Ren Zhengfei, d’une manière très prudente, a rendu son entreprise autonome et a créé sa propre technologie, de sorte qu’elle ne peut pas non plus être pressurée par un fabricant de pièces. Il a également essayé d’assurer la survie à long terme de Huawei grâce à un système de prise de décision partagée, où une équipe de trois membres se relaient à tour de rôle à la présidence pendant six mois.

«Il a quand même acquis une réputation de décideur énergique, voire autocratique. Cela a été souligné par une bataille interne en 2000 qui a presque déchiré l’entreprise. La crise d’aujourd’hui représente un dixième ou 1% de la pression de cette époque, a déclaré Ren

*  *  *

Passons maintenant à l’attaque étatsunienne contre la fille de Ren Zhengfei, Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei. Elle est assignée à résidence au Canada, avec un dispositif de surveillance électronique attaché à sa cheville! Et nous ne parlons pas de jours ou de semaines, mais d’années! Cela a commencé quand elle a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver par la Police montée royale du Canada – agissant pour son maitre étatsunien – le 1er décembre 2018, et la procédure peut très facilement s’étendre jusqu’à la fin de 2020. Certains cas d’extradition ont duré une décennie – son audience devait commencer le 20 janvier 2020, et ce n’est que la partie qui concerne l’extradition!

La Oriental Pearl Radio & Television Tower de Pudong, le quartier très moderne de Shanghai. Déjà terminée en 1994, elle illustre bien le tout récent plan d’investissement de 1,4 de milliards de dollars dans la technologie afin de rendre la Chine plus autonome face aux attaques croissantes des Etats-Unis, entre autres contre Huawei. Photo par Alexandra Panaguli.

L’avocat de la défense pénale, Gary Botting, qui a fourni des conseils juridiques à l’équipe de défense de Meng, et qui est l’une des principales autorités canadiennes en matière de droit d’extradition, a qualifié l’affaire d’extradition de Meng de “ridicule” et, évidemment, d’une “entreprise politique de type étatsunien”.

Joseph Bellinger était conseiller juridique et avocat associé principal de la Maison Blanche de George W. Bush. Dans une analyse de 16 pages du dossier de l’équipe juridique de Meng, il déclare «n’avoir pas connaissance que les États-Unis aient jamais poursuivi quelqu’un pour la conduite dont Meng est inculpée. Il ajoute en outre que les accusations portées contre Meng ‘vont bien au-delà de tout ensemble d’accusations criminelles liées à des violations des sanctions étatsuniennes en Iran dont je sois au courant’”.

Donc, nous sommes clairement dans le domaine de la politique. Peu de temps après l’arrestation, la BBC l’a qualifié d ‘«‘otage’ d’une nouvelle guerre technologique étatsuno-chinoise ».

Dixit un commentateur: «Il y a une suspicion répandue que les États-Unis cherchent tout ce qu’ils pourraient utiliser contre Huawei et que l’affaire Meng ne faisait que partie d’un éventail plus large d’actions, y compris l’interdiction d’utiliser leur matériel aux États-Unis, faire pression sur d’autres pays pour qu’ils fassent pareil, et interdire aux entreprises étatsuniennes de leur vendre des articles essentiels (par exemple, des licences pour utiliser les morceaux propriétaires de logiciels Android de Google)”.

Les avocats de Meng ont également souligné ce qu’ils appellent les commentaires “intimidants et corrosifs” de Trump (qui les fait contre toute personne perçue comme ennemi), qui a suggéré que Meng pourrait être utilisée comme monnaie d’échange dans la guerre commerciale de son pays avec la Chine.

En fait, c’est Trump qui lui a donné le cachet officiel “politique”, en disant peu de temps après son arrestation: “Si je pense que c’est bon pour le pays, si je pense que c’est bon pour ce qui sera certainement le plus grand accord commercial jamais conclu – ce qui est très important – ce qui est bon pour la sécurité nationale, j’interviendrais certainement si je pensais que c’était nécessaire”.

Enfin et surtout, il est extrêmement arrogant que les États-Unis d’Amérique aient imposé des sanctions à l’Iran après avoir renié à l’accord sur le nucléaire, et par la suite tenté de faire respecter leur diktat par le monde entier. C’est dans ce contexte que Meng Wanzhou est détenue par un pays tiers, le Canada obligeant, au point d’être servile comme les autres toutous.

La politique est également derrière l’interdiction touchant Huawei. Le 5 novembre 2019, le secrétaire étatsunien au Commerce, Wilbur Ross, et Trump ont confirmé qu’ils étaient sur la première phase d’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, et qu’“Après cela, les entreprises étatsuniennes seront autorisées à travailler avec Huawei”, ce qui lie l’interdiction au commerce et non à la sécurité nationale.

Huawei entrave les efforts étatsuniens pour espionner qui ils veulent

Ceci est confirmé par le président tournant de Huawei, Guo Ping, qui révèle le vrai problème pour les États-Unis: “La fusillade dirigée contre Huawei est le résultat direct de la prise de conscience de Washington que les États-Unis ont pris du retard dans le développement d’une technologie stratégiquement importante. La campagne mondiale contre Huawei n’a pas grand-chose à voir avec la sécurité et tout à voir avec le désir des États-Unis de supprimer un concurrent technologique croissant”.

En effet, comme le dit le commentateur susmentionné: «Huawei possède environ les 2/3 des brevets relatifs à la technologie 5G. Il existe un groupe de sociétés étatsuniennes qui font actuellement pression sur le gouvernement étatsunien pour forcer Huawei à concéder sous licence leurs brevets à des sociétés étatsuniennes à des conditions généreuses afin que ces sociétés puissent concurrencer dans le domaine de la 5G».

Toute cette histoire est très ironique, car Ren de Huawei aime beaucoup les États-Unis et est “un grand fan d’Apple et a déclaré que ‘l’iPhone a un bon écosystème et quand ma famille est à l’étranger, je leur achète toujours des iPhones, donc on ne peut pas penser que l’amour pour Huawei devrait signifier aimer les téléphones Huawei ‘”.

En dernière minute (21 mai): À la suite du dénigrement de la Chine relatif au coronavirus par Trump – qui essaie de sauver sa deuxième candidature présidentielle en novembre prochain en blâmant d’autres – et d’un récent décret du département du commerce interdisant à tout fabricant de puces utilisant des équipements étatsuniens d’approvisionner Huawei sans l’approbation du gouvernement étatsunien [114a], Xi Jinping vient d’annoncer un plan directeur investissant 1,4 de milliards de dollars sur six ans jusqu’en 2025, dans la technologie des réseaux sans fil jusqu’à l’intelligence artificielle pour devenir plus autonome. “Rien de tel ne s’est jamais produit auparavant, c’est le pari de la Chine pour gagner la course technologique mondiale”, a déclaré Maria Kwok, directrice d’exploitation de Digital China Holdings à Hong Kong. “Dès cette année, nous commençons vraiment à voir l’argent circuler.”. [114b]

Ainsi, le blocage de Huawei profite en fait à la Chine qui réagit de manière grandiose et dynamique, et affaiblit les États-Unis qui resteront passivement en arrière.

(A suivre)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY