Camarade Ben !

3
3687

Quand la nouvelle de ton départ nous est parvenue dans la soirée du dimanche 23 avril 2023, bien que nous savions que tu étais très affaibli par des problèmes de santé et que l’inévitable pourrait arriver d’un moment à l’autre, nous avons été malgré tout profondément frappés, consternés et désemparés. Nous n’avions pas été prêts à faire face à cette issue tragique ni à gérer facilement le sentiment de la perte d’un compagnon de lutte dont l’œuvre a été si féconde et si profonde.

En dépit de la diminution progressive de tes forces physiques, au crépuscule de ta vie, pour te tenir, Ben, tu as su tirer la force et le courage dans ta grandeur militante. Tu ne t’es jamais retiré des affaires politiques, ni plaint de ta souffrance. Tu as toujours été actif, jusqu’à nous parler des sujets d’avenir, de la construction nécessaire d’un Parti de lutte, engagé dans le marxisme-léninisme pouvant traduire dans les faits les principes révolutionnaires.

Comment peut-on ne pas être heureux et fier de t’avoir connu, Ben ? Et d’avoir l’immense privilège de t’avoir côtoyé politiquement soit au niveau du journal Haïti-Progrès, du Comité contre la répression en Haïti, du Parti Populaire National (PPN) et surtout à Haïti Liberté où tu as déposé tes dernières armes de combat avant d’entrer non pas dans le néant mais dans le Panthéon des personnages inoubliables, qui ont marqué leurs temps.

L’exemple de patriotisme, d’endurance et de la ténacité dans la conviction révolutionnaire que tu nous as inculqué reste bon

« Les morts sont des invisibles, mais non des absents» nous enseigne Victor Hugo. Dans nos mémoires, Ben, tu seras toujours présent, de surcroit immortel. Camarade infatigable, qui n’a jamais montré le moindre signe de fatigue quelque soit la durée d’une réunion. Il suffisait qu’il y ait du café, ta cigarette allumée, tu pouvais passer toute une éternité à parler, discuter, débattre à n’en plus finir ceci, avec le plus grand plaisir. Nous allons grandement manquer la pertinence de tes interventions, la finesse de tes analyses réfléchies et argumentées sur la politique nationale et internationale.

Auprès de toi, camarade Ben, nous avons appris à avoir confiance dans le peuple, dans la classe ouvrière, dans la paysannerie et surtout dans la lutte des classes. Nous avons également appris à être des militants engagés à plein temps avec la volonté constante de lutter contre les injustices sociales des puissances impérialistes.

L’exemple de patriotisme, d’endurance et de la ténacité dans la conviction révolutionnaire que tu nous as inculqué reste bon et tes leçons demeurent fécondes pour ne pas céder au défaitisme. Jamais, le soleil ne se couchera sur un travail si efficace, si glorieux !

Que de fois, n’avais-tu pas insisté et même essayé, à travers l’Assemblée Populaire Nationale (APN) puis le Parti Populaire National (PPN), sur la nécessité impérieuse de mobiliser et d’organiser d’innombrables masses, pour libérer leur énergie créatrice de façon à transformer progressivement ce potentiel de jeunes en une force révolutionnaire capable de combattre le grand ennemi du genre humain ?

Comme tout vrai et authentique révolutionnaire, beaucoup ont bien tenté de détruire ton image, salir ta personnalité, jusqu’à faire courir des rumeurs les plus grotesques contre toi. Tu as tout affronté, tout connu, mais sans jamais céder. Tu as fait des erreurs, certes, mais qui n’en a pas fait ? Tu n’étais pas parfait, personne ne l’est, d’ailleurs ! L’essentiel est que tu es resté conséquent, jusqu’à ton départ sans jamais trahir tes convictions politiques et ta position de classe. Tu es parti en paix avec toi-même, et en paix avec les masses opprimées haïtiennes pour lesquelles tu as tant donné, et tu t’es tant sacrifié.

Qu’on aimait ou qu’on n’aimait pas Ben, c’est une lumière qui vient de s’éteindre. Un homme résolument bon et dévoué à la libération de la classe ouvrière et de tous les peuples exploités. Une vie passée au service du peuple haïtien et pour la cause de l’humanité jusqu’au bout de son tunnel. Si tous ceux-là qui disaient du mal de toi, savaient  tes accomplissements, tes exploits, ils en diraient davantage !

Grâce à ta perspicacité, tu n’as jamais confondu divergences et désaccords politiques avec haine ou conflits personnels, voilà pourquoi, tu ne considérais jamais tes adversaires politiques comme des ennemis à abattre.

Dirigeant exemplaire, ayant le sens du devoir, tu n’as jamais fui tes responsabilités politiques. Ton obsession pour le travail achevé, fait dans la discipline, le respect des principes, le dépassement de soi et de la combativité t’a classé au rang des personnalités controversées, difficiles à comprendre, mais pourtant tu n’as été tout simplement que rigoureux, exigeant toujours le meilleur.

Grand marxiste et admirateur de la Révolution cubaine, de son leader Fidel Castro et de son fils spirituel le vénézuélien Hugo Chavez, il n’y en a pas beaucoup comme toi, Ben, qui as vécu toute cette vie, 91 ans, sans jamais trahir son peuple, sans jamais servir les classes exploitantes, voire les puissances impérialistes. N’est-ce pas ton profond humanisme qui fut à la base de ton engagement et de ta détermination politiques ? Nous espérons qu’un jour, tes prouesses encore inconnues contre les injustices et les inégalités du système capitaliste seront rendues publiques pour l’édification du peuple haïtien.

Bon voyage, Camarade, au pays inconnu d’où nul voyageur ne revient ! Ta flamme, certes, s’est éteinte mais tes idées seront toujours vivantes pour nous guider dans cette lutte de libération nationale et pour la transformation socialiste de notre pays.

On ne dit pas Adieu, à un patriote, un combattant de ta trempe, Ben, mais au revoir !

Au revoir dirigeant, jusqu’au prochain combat, le combat de tous les jours, de la lutte qui continue, jusqu’à la victoire finale.

Au revoir et merci Ben ! Merci d’avoir su nous guider ! Merci pour tout ce que tu nous as donné !

Camarade Ben Dupuy ! Présent !

3 COMMENTS

  1. Ben Dupuy a fait avancer à pas de géant la lutte du peuple haïtien, une étape nécessaire pour Haïti. Bravo Ben!

  2. Cher Berthony,

    Dans ton article tu as fait eloge bien merite due combattant
    revolutionaire qui etait Ben Dupuy.

    Patriotiquement,
    Frantz Dupuy

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here