Neuf ans après la loi 169-14 !

1
852
Le Mouvement reconnu a appelé tout le peuple dominicain à unir ses efforts pour construire une nation prospère et égalitaire, exempte d'apatridie et de discrimination raciale, garantissant tous les droits pour tous.

Neuf ans après la loi 169-14, la restitution de la nationalité à des milliers de Dominicains d’origine haïtienne est toujours en suspens

 

Le matin du 23 mai, une importante concentration de militants du Mouvement reconnu et d’organisations alliées a eu lieu devant le Congrès national. Avec des bannières colorées et scandant des slogans, la manifestation a exigé la fin de la situation d’apatridie et de discrimination raciste dans le pays qui touche des centaines de milliers de personnes. À l’occasion du neuvième anniversaire de la loi 169-14, une lettre adressée au président de la Chambre des députés, Alfredo Pacheco, et au président du Sénat, Eduardo Estrella, a été remise, avec copie au président de la Commission permanente des droits de l’homme. Commission des droits de la Chambre des députés, Juan Dionicio Rodríguez, faisant une série de demandes pour faire face à cette situation dramatique.

Les manifestants exigent la fin de la situation d’apatridie et de discrimination raciste

La communication présentée par le Mouvement reconnu indique que la loi 169-14 a validé et consolidé la dénationalisation de milliers de personnes par l’arrêt 168-13, tout en établissant une voie pour restaurer les documents et la nationalité de ceux qui ont été saisis. Cependant, une série d’obstacles ont été mis en place pour empêcher que cela ne se produise. « Avec la naissance au cours de ces neuf années d’enfants sous-enregistrés et sans papiers de Dominicains d’origine haïtienne, le problème de l’apatridie s’étend et englobe une nouvelle génération », prévient la lettre.

« La conception et la mise en œuvre de la loi ont généré ce résultat qui affecte des milliers de Dominicains d’origine haïtienne qui vivent aujourd’hui dans l’incertitude et sans accès à leurs droits. D’innombrables obstacles ont été créés pour empêcher les victimes de cette politique raciste et discriminatoire d’avoir accès à la restitution de leur nationalité, notamment le manque d’informations, le manque de ressources, le manque de transparence et l’inexistence de mécanismes de plainte et d’appel pour les cas . Au point que le gouvernement actuel refuse d’exécuter lui-même les décrets de naturalisation, qui bénéficient à quelque huit cents personnes, une petite minorité de moins de 1% des personnes concernées par la dénationalisation“, ajoute la lettre.

Manifestation des dominicains d’origine haïtienne en République dominicaine

Ils soulignent que « l’absence d’état civil et de documents d’identité représente une privation des droits fondamentaux, dans tous les domaines de la vie, limitant l’accès aux droits fondamentaux tels que la santé, l’éducation, l’emploi formel, la protection sociale, le droit au patrimoine, entre autres, l’aggravation de la vulnérabilité et des inégalités sociales ».

Le Mouvement reconnu a documenté ces dernières années des dizaines de détentions arbitraires lors d’opérations d’interdiction des migrations. Dans ces opérations, un profilage racial est pratiqué et les personnes à la peau foncée sont tenues de présenter des pièces d’identité prouvant leur nationalité. Comme de nombreux Dominicains d’origine haïtienne n’ont pas ces documents ou qu’ils ont expiré, en raison des politiques de discrimination raciale de l’État dominicain, ils subissent fréquemment des détentions arbitraires et des extorsions par la police, l’armée et les agents de l’immigration. Ni les nourrissons, ni les personnes âgées, ni les femmes enceintes ne sont épargnés par cette politique.

Avec la naissance au cours de ces neuf années d’enfants sous-enregistrés et sans papiers de Dominicains d’origine haïtienne, le problème de l’apatridie s’étend et englobe une nouvelle génération

Le Mouvement reconnu rappelle que le pays a été interpellé devant les mécanismes de protection des droits de l’homme, tant au sein de la Commission interaméricaine des droits de l’homme que dans les instances de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, où il a été exhorté à prendre des mesures pour veiller à ce qu’il n’y ait plus d’apatrides.

Ils exigent que l’État dominicain signe la Convention des Nations Unies de 1961 pour réduire les cas d’apatridie. « Les barrières politico-administratives qui empêchent l’apatridie d’être surmontée doivent être éliminées et des procédures raisonnables et réalisables doivent être établies pour permettre aux Dominicains d’origine haïtienne de recouvrer leur nationalité. Nul ne devrait être contraint de vivre dans une sorte d’ostracisme et de menace permanente de bannissement là où il est né, a grandi et a vécu toute sa vie », explique le document de l’organisation.

Ils exhortent les autorités à reconnaître la grande contribution que la communauté d’origine dominicaine, malgré les persécutions qu’elle subit, a apportée dans tous les domaines de la vie nationale, tels que les domaines sportif, culturel, économique, universitaire et artistique. Ils exigent de garantir que toutes les personnes en situation ou à risque d’apatridie aient la possibilité de recouvrer leur nationalité et d’accéder pleinement à leurs droits de citoyens.

Le Congrès est tenu de superviser la mise en œuvre de la loi 169-14, de créer une résolution ordonnant la simplification des conditions d’accès à la naturalisation pour les Dominicains dénationalisés d’origine haïtienne, d’ordonner la non-discrimination et l’élimination des obstacles bureaucratiques pour le renouvellement des documents, de légiférer contre la discrimination de race,  garantissant l’égalité des chances d’obtenir la nationalité, et superviser la garantie des droits de l’homme des apatrides, y compris l’accès à l’éducation, aux soins médicaux, à l’emploi et à la protection juridique. Par exemple, mettre fin à la détention des femmes enceintes dans et autour des hôpitaux.

« Mettons fin à l’apatridie » déclarent les manifestants à l’occasion du Neuvième anniversaire de la mise en vigueur de la loi raciste 169-14

Ils obligent également le Congrès à interroger les ministres de l’Éducation, de la Santé, du Travail et de l’Intérieur, ainsi que la police. Dans ces interpellations, exigez que ces ministres mettent en œuvre des programmes de sensibilisation et d’éducation sur l’apatridie et les droits des personnes concernées. Ils exigent la réouverture immédiate du bureau administratif du Ministère de l’Intérieur et de la Police chargé de surveiller et de mener à bien les démarches des personnes qui se sont prévalues ​​de la loi 169-14. Et ils exigent la réouverture de la table de dialogue sur les droits de l’homme, la documentation et l’intégration des Dominicains d’origine haïtienne, en particulier ceux qui sont apatrides.

Ils demandent aux législateurs une nouvelle extension de la loi 169-14 pour enregistrer les personnes sans état civil nées avant 2010, qui n’ont pas pu bénéficier de ladite loi et qui vivent aujourd’hui dans les pires marginalisations et discriminations. Ils demandent à la Commission des droits humains de la Chambre des députés d’interroger le directeur de la DGM pour violation systématique des droits humains, mettant en exergue la violation de la libre circulation, les rafles illégales, la détention arbitraire, l’extorsion, la torture et le meurtre de personnes migrants haïtiens, dominicains d’origine haïtienne et dominicains noirs.

Enfin, le Mouvement reconnu a appelé tout le peuple dominicain à unir ses efforts pour construire une nation prospère et égalitaire, exempte d’apatridie et de discrimination raciale, garantissant tous les droits pour tous.

 

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine

24 mai 2023

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here