«Ça Reste En Vous…», un documentaire qui met la Minustah sur la sellette !

0
1277
La projection a été suivi d’un débat avec comme intervenants la professeure Siobhán Wills {coréalisatrice du film documentaire (à droite)}, le professeur Ilionor Louis de la Faculté d’ethnologie de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), et Evelyn Myrtil, intervenante du film, une des victimes de la mission onusienne.

Alors que la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) s’apprête à laisser définitivement le pays le 15 octobre prochain après 13 années en poste, un documentaire riche en témoignages, l’accuse d’avoir commis des massacres sur des civils dans des quartiers précaires de Cité Soleil entre 2004 et 2007.

«Entre 2005 et 2006, la Minustah a occupé tout le territoire. Nous autres à Cité Soleil, nous vivions la peur au ventre. On ne se savait pas quoi faire. Des hélicoptères postés en l’air tiraient à longueur de journée. On ne savait où aller», raconte un intervenant apparemment dans la soixantaine dans le documentaire de 50 minutes.

« Ça Reste En Vous : l’usage de la force par les forces de maintien de la paix de l’ONU en Haïti » réalisé par Cahal McLaughlin et Siobhán Wills en 2017, a été projeté pour la première fois en Haïti au local de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) à Port-au-Prince, le 2 juin dernier.

«Les militaires ont tiré sur la maison d’en face. L’une de mes filles a reçu une balle et a succombé par la suite. Ça me fait très mal. Aujourd’hui si elle était là, elle aurait pu être mon soutien puisque je suis un vieillard », poursuit-il en pleurant, avant de reprendre son souffle pour avancer que « C’est dur de perdre une enfant dans une condition si étrange. Elle était une innocente. Cela me tranche le cœur ».

Les habitants de Cité Soleil considéré comme le plus grand bidonville de ce pays de la Caraïbe se rappellent des dizaines de chars qui campaient dans leur ville précaire. « On n’était pas en sécurité à l’extérieur comme à l’intérieur des maisons. Ils lançaient de longues attaques depuis leurs hélicos et de gros ‘’kanno’’ depuis leurs chars blindés sur les maisons qui ne pouvaient y résister », renchérit un autre.

Le film très émouvant laisse deviner le calvaire des riverains de Cité Soleil tout en signalant les cicatrices que les populations portent encore. Des hommes et femmes, des jeunes et des enfants ont vécu l’atrocité de cette mission qui disait vouloir pacifier une zone affublée tristement de l’épithète de non-droit.

«A la mort de mon père, je me suis dit que la vie ne vaut plus la peine d’être vécue. Si mon père n’était pas mort, je ne me retrouverais pas avec deux enfants. Je serais encore à l’école», se plaint une jeune fille dans la vingtaine qui raconte que son père a été éventré par une cartouche venant des forces onusiennes qui a fini sa course en tuant un cabri. «C’est incompréhensible!», ajoute-t-elle.

Des morts, des blessés, des maisons détruites sont mis à la solde de la mission onusienne qui, selon les riverains de Cité Soleil, aurait commis des massacres sur des populations menant une existence précaire. Certains d’entre eux la qualifient de catastrophe. Justice et réparation, ils espèrent un jour les bénéficier.

La mission onusienne qui sera remplacée à partir du 15 octobre prochain par une nouvelle force dite plus réduite nommée Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minusjusth) est accusée d’avoir introduit l’épidémie du choléra en Haïti, commis des viols et des vols.

Cette nouvelle mission considérée par de nombreux observateurs comme une nouvelle force d’occupation, la Minujusth, sera chargée d’aider le gouvernement haïtien à renforcer les institutions devant garantir l’État de droit en Haïti, mais aussi d’appuyer et de développer encore la Police nationale d’Haïti (PNH), et de suivre la situation en matière de droits de l’homme, d’en rendre compte et de l’analyser.

La professeure Siobhán Wills, coréalisatrice du film documentaire (à droite), à la grande première du film en Haïti.

Ce documentaire retourne à Cité Soleil pour vérifier l’impact de leurs raids sur la communauté et découvrir comment les victimes s’en sortent dix ans après. Le film fait état de la situation qui prévalait entre 2005 et 2007 sous le joug des forces onusiennes de maintien de la paix. Bien que ces raids aient spécifiquement ciblé des gangs de criminels, des dizaines de civils sont morts (y compris des enfants) et plus encore furent blessés.

La projection a été suivi d’un débat avec comme intervenants la professeure Siobhán Wills (coréalisatrice du film documentaire, le professeur Ilionor Louis de la Faculté d’ethnologie de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), et Evelyn Myrtil, intervenante du film, une des victimes de la mission onusienne.

Dans le documentaire Myrtil a déclaré : «Les militaires ne font pas de différence entre civils et non civils. Ils attaquent tout le monde». Parmi les victimes, elle fait état de proches et raconte aussi avoir perdu ses affaires. Dans cette commune chacun semble avoir perdu un être cher dans l’indifférence totale des autorités locales et centrales.

La mission onusienne aurait mené une quinzaine d’opérations militaires à Cité Soleil. La plus sanglante est celle enclenchée le 6 juillet 2005 où la Minustah a fait usage de plus de 22 mille cartouches, 78 grenades et de 5 bombes. Des opérations dont les vrais bilans sont restés secrets.

Le film « Ça Reste En Vous : l’usage de la force par les forces de maintien de la paix de l’ONU en Haïti », a été développé avec le soutien du Conseil de la Recherche sur les Arts et les Humanités (Royaume-Uni), de l’Université d’Ulster et de l’Université de Queens à Belfast.

Cahal McLaughlin est professeur d’études cinématographiques à l’université Queens de Belfast, en Irlande. Il a tourné pendant 20 ans des films sur les sociétés en transition à l’issue d’un conflit, entre autres en Irlande, en Afrique du sud, et au Pérou. Pour sa part, Siobhán Wills est professeure de droit humanitaire international à l’Institut de Justice Transitionnelle de l’Université d’Ulster et a beaucoup publié sur ce sujet.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY