Bolivie : La «rédemption» du MAS et la mauvaise passe de l’opposition

0
157
Le Mouvement vers le socialisme (MAS)

L’arrestation aux Etats-Unis de l’ancien ministre Arturo Murillo, personnage clé du gouvernement de Jeanine Áñez [12 novembre 2019–8 novembre 2020], accusé de corruption et de blanchiment d’argent, a été un coup dur pour l’ensemble de l’opposition en Bolivie. Entre-temps, avec Evo Morales à la tête du parti et Luis Arce à celle de l’Etat [depuis le 8 novembre 2020], le Mouvement vers le socialisme (MAS) est confronté à une situation sans précédent et cherche à trouver une orientation politique et idéologique.

Il y a un an et demi, Evo Morales et le parti qu’il dirige, le Mouvement vers le socialisme (MAS), vivaient le pire moment de leur histoire. Ils [Evo Morales et le MAS] venaient d’être évincés du pouvoir et les forces de coercition étaient mobilisées contre eux, sous la direction de leur ennemi juré, Arturo Murillo, ministre de l’Intérieur et de la présidente intérimaire Jeanine Áñez. Arturo Murillo mobilise les forces policières et militaires pour réprimer les protestations des «hordes masistes» qui suivent l’arrivée au gouvernement de Jeanine Áñez. Arturo Murillo a justifié les plus de 30 morts résultant de la répression en disant qu’«ils s’étaient tirés dessus entre eux». Il est apparu à la télévision en montrant une paire de menottes prête à être appliquée à Evo Morales et à d’autres «séditieux». La semaine dernière, Murillo a été arrêté par le FBI aux Etats-Unis, où il s’est exilé après le retour du MAS au pouvoir en novembre 2020.

Personne ne savait qu’au moment même où Murillo était au sommet de son pouvoir et où il réalisait le rêve de sa vie – être reconnu et aimé par les secteurs supérieurs de la population en tant que «justicier» contre la «dictature de Morales» – avait déjà commencé la chaîne des événements qui allait conduire Murillo à sa perte. Les Européens historiques croyaient que l’hybris (la démesure) entraînait toujours une punition. Celle d’Arturo Murillo correspond parfaitement au comportement condamné par la religion classique. Selon les rapports du ministère de la Justice des Etats-Unis, il a conclu le marché qui lui coûterait sa liberté. Sans le savoir, il a attiré l’attention du FBI et du système de contrôle du blanchiment d’argent des Etats-Unis suite à l’importation frauduleuse de gaz lacrymogènes et d’autres équipements de police «non létaux», pour lesquels il avait payé des prix excessifs par le biais d’une société intermédiaire à Miami. Il avait dès lors distribué plusieurs centaines de milliers de dollars en pots-de-vin. De cette manière, il s’est préparé un destin similaire à celui qu’il avait souhaité pour Morales et ses collaborateurs.

La chute de Murillo et d’Añez

Un an et demi après sa «mauvaise heure», le MAS s’est racheté: il était déjà revenu au pouvoir en remportant clairement les élections d’octobre de l’année dernière, ce que ses dirigeants ont interprété comme un démenti de l’accusation portée contre eux d’avoir commis des fraudes lors des élections de novembre 2019 et d’avoir suscité le bouleversement social qui a conduit au renversement de Morales.

Et maintenant, leur ennemi juré, l’homme qui leur a infligé le plus de coups et s’est réjoui de leurs malheurs, le «faucon» de l’ancienne présidente Jeanine Añez, le saint patron des secteurs les plus radicaux du mouvement «anti-MAS», est entré dans une prison de Miami, accusé de corruption. Dans sa chute, Murillo a symboliquement entraîné Jeanine Añez elle-même, qui est détenue à La Paz depuis mars de cette année, mais avec une accusation que les organisations de défense des droits de l’homme et le Parlement européen avaient considérée comme «politiquement» et judiciairement non fondée, étant donné qu’il était difficile de l’incriminer pour l’organisation d’un complot contre le MAS en 2019, ce que ce parti avait dénoncé comme un «coup d’État».

Ce faisant, il a laissé derrière lui des preuves de sa mauvaise conduite en tant que fonctionnaire, confirmant ce que l’on a toujours su de lui: qu’il était un homme qui atteignait ses objectifs «à coups de pied».

En faisant abstraction des énormes différences, on peut comparer ce qui se passe aujourd’hui avec Murillo en Bolivie avec ce qui s’est passé avec la figure d’Augusto Pinochet au Chili, lorsque les classes sociales et les forces politiques qui l’avaient soutenu sans se soucier des violations qu’il avait commises contre les droits de l’homme ont reculé d’horreur une fois qu’il a été démontré que le dictateur chilien, en plus d’avoir souvent mis la main sur les armes, l’avait aussi plongé dans les caisses de l’État. La solitude politique du «numéro deux» de Jeanine Áñez est désormais absolue. Tous les leaders de l’opposition ont pris, sans équivoque, leurs distances avec lui. En même temps, Jeanine Áñez apparaît plus faible qu’elle ne l’était déjà. Le gouvernement de Luis Arce est enthousiaste quant à la possibilité d’utiliser cet élan pour forcer les parlementaires de l’opposition à voter pour un procès en responsabilité contre elle. Un procès pour lequel deux tiers du Congrès sont requis.

Avec l’assentiment de Jeanine Áñez – qui n’était peut-être pas au courant du complot – Arturo Murillo a fait passer des réglementations, créé des alliances, levé des obstacles et s’est même opposé à des fonctionnaires (comme le procureur général de l’Etat à l’époque) pour que la Bolivie achète une cargaison de gaz lacrymogènes et d’autres équipements de police sans explications, par l’intermédiaire d’une société appartenant à un ami d’enfance, qui a gardé 2,3 millions de dollars sur un marché de 5,6 millions de dollars. Ce faisant, il a laissé derrière lui des preuves de sa mauvaise conduite en tant que fonctionnaire, confirmant ce que l’on a toujours su de lui: qu’il était un homme qui atteignait ses objectifs «à coups de pied».

Malgré cela, les procureurs boliviens n’ont pas été en mesure de constituer un dossier clair contre lui au cours des plus de sept mois qui se sont écoulés depuis qu’il a quitté le pouvoir. Mais, comme le dit le proverbe, chaque nuage a un bon côté. Grâce à cette négligence, le coup a atteint de Murillo en provenance d’une source insoupçonnée de partialité politique favorable au MAS: la police et le système judiciaire étatsunien, que de nombreux latino-américains, surtout ceux alignés sur les forces conservatrices, considèrent comme un modèle d’efficacité et de probité. C’est ainsi qu’il a été défini, par exemple, par Ronald MacLean, l’ancien chef de la campagne présidentielle du leader des manifestations de novembre 2019 contre Morales et actuel gouverneur de Santa Cruz: Luis Fernando Camacho. Pour MacLean, la justice des Etats-Unis ne fait pas de différence sur des bases idéologiques, et c’est pourquoi elle a agi contre Arturo Murillo, tandis que les «complots corrompus» du MAS bénéficient de la chape d’opacité sous laquelle opèrent les Chinois et les Russes (Il est presque inévitable que MacLean vive à Washington, où il est en auto-exil depuis l’arrivée de Morales au pouvoir).

Ce raisonnement et d’autres tout aussi désespérés – comme le fait que Murillo était en fait un complice du MAS – montrent qu’a été dévastateur l’effet de cette affaire sur l’opposition bolivienne. On peut dire qu’elle se trouve dans une situation similaire à celle du parti de Morales il y a un an et demi: sa défaite politique, qui a commencé lors des élections, est consommée. L’histoire retiendra qu’elle n’a pas su profiter de l’opportunité offerte par l’obsession d’être réélu d’Evo Morales et le déclin de son gouvernement de 14 ans, et cela pour remplacer le modèle économique, social et politique comme la direction des affaires publiques boliviennes établis par le MAS depuis le début du XXIe siècle. Si, pendant deux décennies, l’opposition a dépeint ce parti comme une menace pour le pays et la démocratie, et s’est présentée comme l’antidote au populisme et aux maux qui lui sont associés, à la corruption et au désordre institutionnel, lorsque le «moment de vérité» est enfin arrivé, elle n’a rien pu offrir de mieux qu’Arturo Murillo, l’homme politique le plus choquant et le plus extrémiste du pays, dont personne n’a voulu ou pu arrêter l’ascension au pouvoir.

Il ne fait aucun doute que la chance a joué un rôle dans cette affaire, puisque la présidence est revenue par hasard à une sénatrice [Jeanine Áñez présidente, durant deux jours en 2019, de la Chambre des sénateurs, ce qui la plaçait au poste de présidente par intérim] qui qui n’était pas préparée à la tâche empoisonnée qu’on lui demandait de remplir. En tant que représentante de l’aile la plus dure de l’opposition, elle était une amie proche de cet autre sénateur, l’immodéré Murillo, qu’elle a appelé à ses côtés pour gouverner. Mais le facteur décisif était idéologique: l’hystérie anti-MAS des classes moyennes a contaminé tous les politiciens de l’opposition, même les plus centristes, et a permis l’élévation aux postes les plus visibles et les plus influents de la politique nationale des militants, des communicateurs, des célébrités et des activistes les plus radicaux, ceux qui se distinguent par leur haine et leur soif de vengeance contre Morales et son parti.

Le gouvernement Arce et la dynamique du MAS

Que le MAS émerge aujourd’hui historiquement racheté ne signifie pas qu’il le soit aux yeux de la partie de la population (entre 30% et 50% de l’électorat, selon le type d’élection) qui a été constamment en colère contre le gouvernement Morales. Les différences avec cette partie de la population sont profondes et ont des causes socio-politiques, tels les changements effectués par le MAS dans les «élites» du pays, et des causes ethnico-raciales, comme le ressentiment à l’égard de la fondation d’un Etat basé sur la représentation des peuples indigènes ou à l’égard d’un type de recensement qui n’inclut pas la catégorie «métis» et qui leur donne donc le sentiment d’être «ignorés».

Le président Luis Arce et le vice-président David Choquehuanca

Il existe également des causes régionalistes, qui découlent de la rupture historique entre l’ouest du pays, majoritairement indigène et favorable au MAS, et l’est, majoritairement «non-indigène» et conservateur, et en même temps opposé à l’ouest andin, à ses politiques et à sa prédominance sur le pays. Et aussi de la fracture historique entre les zones rurales et urbaines. Ces facteurs de division, dont certains sont irrationnels, ne vont pas disparaître parce qu’il est révélé que Arturo Murillo a agi de manière incorrecte. Dans le même temps, l’opposition politique a perdu, pour une période indéterminée, la capacité de manipuler facilement à son avantage ces facteurs.

Il serait faux de croire que le MAS profitera de cette conjoncture pour se réconcilier avec ceux qui rejettent son leadership sur le pays. Quelle que soit la façon dont ils sont définis, les événements qui se sont déroulés entre octobre-novembre 2019 et octobre-novembre 2020 ont surtout été traumatisants pour ce parti, qui a été évincé du pouvoir, persécuté aux plans judiciaire et policier, menacé de proscription et raillé par la population aisée et éduquée du pays et par les médias. Ce traumatisme a été particulièrement fort pour le courant interne «evista» [Evo Morales], qui exerçait la direction et la représentation publique du MAS.

Evo Morales à la tête du parti et Luis Arce à celle de l’Etat bolivien

Après le renversement du 10 novembre 2019, l’evismo a été neutralisé et le vide de leadership efficace du MAS a été comblé par deux groupes qui ont fait un pas en avant dans des conditions de forte adversité. D’une part, un groupe de dirigeants syndicaux et de parlementaires de deuxième ligne ou récemment arrivés, qui ne s’étaient pas fait remarquer jusque-là. Contrairement aux précédents, beaucoup de ces leaders n’avaient pas été formés dans la lutte contre le néolibéralisme, mais dans les jours apaisés et tentants de l’exercice du pouvoir. Ils avaient un style de pensée et d’action plus proche de celui des «partis traditionnels» auxquels le MAS s’est affronté au début du siècle. En général, on pourrait les décrire comme plus «opportunistes». D’autre part, il y avait le groupe composé d’anciens fonctionnaires des gouvernements Morales qui avaient occupé les deuxième et troisième lignes et n’avaient donc pas dû fuir le pays.

Lorsque le MAS a choisi ses candidats à la présidence et à la vice-présidence, les deux groupes étaient représentés (ou alignés avec chacun des membres de ce binôme): la nouvelle bureaucratie plurinationale, notamment avec Luis Arce, pendant de nombreuses années ministre de l’Economie d’Evo Morales, et la nouvelle direction des paysans dans une plus large mesure avec l’ex-chancelier David Choquehuanca, un leader aymara expulsé du MAS en 2017 pour ses aspirations présidentielles.

La réponse de Morales a été d’apporter des modifications aux statuts du MAS et de revendiquer un «ordre» interne qui culminera lors d’un prochain congrès du parti.

Ces deux groupes qui s’affirment se sont rejoints dans la décision de bloquer le retour de l’«evismo» à la direction du parti et du gouvernement après les élections. En conséquence, aujourd’hui, l’evismo n’a pratiquement aucune participation dans le gouvernement de Luis Arce. Dans le même temps, ni le président ni Choquehuanca ne possèdent les compétences, les motivations et le soutien nécessaires pour remplacer le courant evista à la tête du MAS, bien que Choquehuanca cultive probablement cette aspiration.

Luis Arce tente de compenser ses faiblesses politiques en recourant à plusieurs expédients peu efficaces: 1° il répète les mesures qui ont été couronnées de succès dans le passé (par exemple, le contrôle des exportations), malgré la situation économique très différente que connaît le pays (cela a également à voir avec son engagement personnel envers le modèle économique actuel); 2° il maintient son animosité personnelle envers la bourgeoisie financière et agro-industrielle, déjà manifestée lorsqu’il était ministre de l’Economie; et il le fait maintenant sans le contrepoids de Morales et de son instinct pour établir des alliances économiques; 3° il développe un discours plus idéologique, moins national-populaire et plus de gauche (du XXe siècle), rappelant intensément son passé de militant du Parti socialiste du martyr de la démocratie, Marcelo Quiroga Santa Cruz [député de Cochabamba entre juillet 1966 et mai 1970, ministre en 1960 des Mines et du Pétrole et ayant soutenu la nationalisation de la Bolivian Gulf Oil, assassiné en juillet 1980 lors du coup d’Etat de Luis Garcia Meza]. D’où découle le paradoxe suivant: dans certains domaines, le gouvernement actuel apparaît plus à gauche que ceux de Morales (à un certain moment, les hommes d’affaires ont dû se tourner vers Morales pour lui demander de modérer Arce), alors que, globalement, c’est un gouvernement de nature bureaucratique – voire technocratique –, avec très peu de bases pour aborder des transformations importantes (par exemple, Arce a annoncé la réforme de la Justice et l’a immédiatement retirée).

De gauche à droite Jeanine Áñez et Arturo Murillo, l’ancien ministre de l’Intérieur, personnage clé du gouvernement de l’ancien régime pro-Washington. Murillo a été arrêté par le FBI aux Etats-Unis, où il s’est exilé après le retour du MAS au pouvoir en novembre 2020.

Luis Arce n’est pas un caudillo naturel, mais il occupe un mandat chargé d’attentes et de mythologie caudilliste, ce qui en a fait un caudillo fantôme ou de l’ombre. Si son administration était un succès, il pourrait être tenté d’essayer de la transformer en quelque chose de plus réel. Mais, pour l’instant, cela reste à voir, car il n’est pas certain que l’auteur du «miracle économique» [sous Morales] qui a duré plus d’une décennie puisse répéter avec succès les mêmes recettes.

Choquehuanca, qui dans le passé aspirait à être l’héritier ou le substitut du caudillo, agit de manière trop contenue et marginale pour avoir une grande chance de détrôner Morales. Mais il détient sans doute, dans la mesure de ses possibilités, un pouvoir alternatif. En somme, pour la première fois dans l’histoire, le leadership du MAS n’est pas concentré exclusivement sur Morales. La réponse de Morales a été d’apporter des modifications aux statuts du MAS et de revendiquer un «ordre» interne qui culminera lors d’un prochain congrès du parti. Morales lui-même a également changé pendant cette période, puisque dans son exil, il s’est encore rapproché de Cuba et du «socialisme du XXIe siècle» [chavisme vénézuélien], qui l’a soutenu tandis que les Etats «démocratiques» rivalisaient afin de manifester leur respect pour Jeanine Áñez.

En résumé, le MAS semble pencher vers la «gauche du XXIe siècle» et son gouvernement vers la «gauche du XXe siècle», perdant ainsi l’équilibre «national-populaire» qui a permis à ce parti et à ses gouvernements de remporter de nombreux succès. Avec cela, il est peu probable qu’il ait la flexibilité nécessaire pour transformer le malheur actuel de l’opposition en une nouvelle hégémonie propre, du moins comme celle dont il a bénéficié dans la période 2008-2016.

 

Nueva Sociedad mai 2021

 Traduction rédaction A l’Encontre 4 juin 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY