Arrêtez la violence gouvernementale et les mensonges racistes contre les femmes enceintes haïtiennes !

Unité d'enquête du mouvement socialiste des travailleurs et des travailleurs À l'occasion de la Journée internationale des femmes afro-latines, afro-caribéennes et de la diaspora

1
1025
La détention dans le cadre de l'immigration des femmes enceintes et allaitantes, des nourrissons et des personnes âgées est interdite par les dispositions de la loi sur la migration 285-04.

Le gouvernement du milliardaire Luis Abinader a une fois de plus déclenché une traque des sbires de la Direction Générale des Migrations (DGM) contre les femmes enceintes haïtiennes et dominicaines d’origine haïtienne ; entre autres. Des dizaines de femmes ont été arbitrairement détenues, comme en témoignent de nombreuses vidéos captées par des proches des victimes et d’autres témoins.

La détention illégale de femmes enceintes haïtiennes et dominicaines d’origine haïtienne a été initiée par Abinader fin 2021, générant une large répudiation. Le ministre de la Santé, Daniel Rivera, a déclaré que les détentions de femmes enceintes haïtiennes rendaient les femmes dominicaines plus à l’aise. Les attaques actuelles de la DGM contre les hôpitaux ont suscité le rejet, du Forum féministe Magaly Pineda à l’évêque ultra-conservateur Jesús Castro Marte, qui ont condamné à leur manière les violences du gouvernement contre les femmes enceintes.

Quelques jours auparavant, dans un communiqué commun, diverses organisations de gauche et antiracistes avaient dénoncé que les actions de la DGM violent quotidiennement les lois et la constitution dominicaine. La détention dans le cadre de l’immigration des femmes enceintes et allaitantes, des nourrissons et des personnes âgées est interdite par les dispositions de la loi sur la migration 285-04. La directrice d’Amnesty International pour les Amériques, Erika Guevara Rosas, a fait écho aux plaintes locales et a averti que “la violence contre les femmes haïtiennes enceintes dans les hôpitaux de la République dominicaine constitue des actes de torture, un crime au regard du droit international”.

Un groupe d’organisations a dénoncé hier que des agents de la Direction Générale des Migrations (DGM) sont entrés le 20 juillet à l’Hôpital Materno Infantil Nuestra Señora de La Altagracia à Higüey pour emprisonner des migrantes haïtiennes enceintes, en train d’accoucher, et d’autres avec leurs nouveau-nés.

Nous sommes face à un gouvernement criminel.

Les mensonges de droite ont préparé la nouvelle attaque contre les femmes enceintes haïtiennes

Le président de l’Institut Duartiano, l’ancien juge Wilson Gómez, dont le bilan politique comprend l’organisation de mobilisations néofascistes appelées “marches patriotiques”, a appelé le 18 juillet les autorités à facturer les femmes immigrées haïtiennes pour les services de santé. Le même jour, établissant une distinction misogyne entre « nos femmes » et « les femmes haïtiennes en travail », la ministre Rivera a déclaré que les femmes dominicaines étaient obligées de se rendre dans des cliniques privées en raison de la présence des femmes haïtiennes dans les hôpitaux. Rivera a également blâmé la communauté immigrée pour les cas de choléra qui ont été enregistrés dans le pays. Cette incitation à la haine ne passe pas sans conséquences. Déjà le 14 juillet, à la demande des calies locaux, il y a eu une attaque de la DGM contre diverses communautés de Barahona, entraînant l’arrestation de 146 personnes, dont certaines vivaient dans le pays depuis des décennies. Puis les répresseurs ont démoli les maisons, dans une démonstration obscène de pouvoir et d’arbitraire.

Le gouvernement Abinader ment systématiquement, falsifiant les dimensions du prétendu fardeau économique des soins médicaux pour les femmes enceintes haïtiennes. En 2021, le ministre Rivera a déclaré que 10 milliards de pesos étaient investis chaque année dans les soins médicaux pour les femmes enceintes haïtiennes, soit environ 7% du budget de la santé pour cette année-là. Cette année, il a été encore plus exagéré, affirmant que 14 % du budget de la santé étaient consacrés à ce concept. En juin de cette année, le vice-ministre de la Santé, José Matos, a déclaré qu’en 2023, l’État investirait entre 35 et 41 milliards de pesos dans les soins médicaux pour les étrangers, tant dans les soins à l’accouchement que dans les urgences et d’autres domaines des soins médicaux.

Ces chiffres n’ont aucun fondement dans la réalité. Ce sont des mensonges obscènes au service de la politique de haine raciale du gouvernement dominicain, comme nous allons le démontrer.

La loi sur la migration interdit la détention des femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que des mineurs et des personnes âgées

Bien moins de 1 % du budget de la santé est consacré aux accouchements chez les femmes immigrées

En novembre 2021, alors que se déroulait la première campagne d’arrestations arbitraires de femmes enceintes haïtiennes, le Mouvement socialiste des travailleurs a fait un calcul de l’investissement de l’État dans les soins à l’accouchement pour les femmes immigrées, en prenant comme référence le montant offert par le directeur de l’époque. Maternité Nuestra Señora de la Altagracia, avec une dépense de 7 000 pesos par accouchement vaginal et 11 500 pesos par césarienne. On estimait que l’investissement pour l’ensemble de l’année 2021 dans la prise en charge médicale de ces naissances serait inférieur à 300 millions de pesos, bien en deçà de 1% du budget annuel de la santé publique, qui dépassait alors 148 milliards de pesos. Aujourd’hui, nous disposons de plus de données qui nous permettent de consolider cette caractérisation.

En 2022, 37,864 naissances de femmes haïtiennes ont été enregistrées dans les hôpitaux publics, selon les chiffres officiels, soit une modeste augmentation de 6% par rapport à l’année précédente. Ce chiffre représente 23% du total des naissances dans le pays au cours de l’année, de mères dominicaines et étrangères, qui étaient de 161 068. Alors que 76 169 femmes dominicaines ont accouché dans les hôpitaux, environ 40% des mères dominicaines accouchent dans des cliniques privées, non pas parce que les lits d’hôpitaux sont pleins, mais parce que le système de santé a été progressivement privatisé depuis des décennies par les gouvernements du PLD et du PRM, à travers le système des assureurs privés, l’ARS. Le gouvernement Abinader a continué à financer la santé privée tout en coupant le budget de la santé publique, qui s’élève actuellement à 2% du PIB, soit la moitié de l’investissement minimum ordonné par la loi 1-12 de la Stratégie nationale de développement de la santé. Abinader et Rivera ont coupé plus de cent milliards de pesos à la santé publique par an, tout en utilisant la communauté immigrée comme bouc émissaire et en lui reprochant faussement la précarité de la santé publique !

Comme les femmes haïtiennes et dominicaines d’origine haïtienne dénationalisées n’ont pas d’assurance maladie, en raison de l’oppression à laquelle elles sont systématiquement soumises sous le capitalisme dominicain, qui comprend l’exclusion du travail formel et des contrats avec l’assurance maladie, elles doivent presque toujours recourir aux hôpitaux publics . La situation d’apatridie qui affecte des milliers de femmes dominicaines d’origine haïtienne signifie également que certaines d’entre elles peuvent être enregistrées par erreur comme haïtiennes lorsqu’elles recherchent des soins médicaux dans les hôpitaux.

Une information importante pour détruire la propagande raciste du gouvernement sur la prétendue surcharge budgétaire est de comparer les 161 068 naissances totales, de mères dominicaines et étrangères, en 2022 avec la moyenne des années précédentes. Entre 2015 et 2020, cette moyenne était de 179 080 livraisons par an. La charge budgétaire pour les soins à l’accouchement n’augmente pas.

Combien coûtent les naissances des femmes immigrées haïtiennes à l’État ? Sur les 37 864 accouchements à l’hôpital de femmes haïtiennes en 2022, 12 262 ont été par césarienne et 25 602 par voie vaginale. En appliquant un coût estimé à 7,5 mille pesos et 12 mille pesos respectivement, en appliquant un ajustement d’environ 5% pour l’inflation par rapport au calcul cité l’année dernière, nous aurions un investissement de 339,1 millions de pesos. Un tout petit chiffre qui représente 0,2% du budget de la santé, de 137,8 milliards de pesos en 2022. Même si on reprend l’estimation faite par un think tank de droite furieusement anti-haïtien, Funglode, et qu’on applique un ajustement à l’inflation, on aurait un montant de 466 millions de pesos, soit 0,3 % du budget de la santé 2022. L’étude Funglode estime qu’en douze ans, entre 2010 et 2021, à peine 688 millions de pesos ont été investis dans les accouchements aux femmes immigrées, malgré que son estimation du coût par accouchement est beaucoup plus élevée que celle faite par les responsables du gouvernement actuel et du gouvernement précédent.

Il y a des divergences dans les calculs et les estimations faites par différents experts, mais aucune ne se rapproche même de loin des mensonges que le gouvernement répand dans les médias. Cela montre que les mensonges grotesques du gouvernement ont une intention politique, alignée sur son idéologie néo-Trujillo. Combien coûtent les naissances des femmes immigrées haïtiennes à l’État ? Sur les 37 864 accouchements à l’hôpital de femmes haïtiennes en 2022, 12 262 ont été par césarienne et 25 602 par voie vaginale. En appliquant un coût estimé à 7,5 mille pesos et 12 mille pesos respectivement, en appliquant un ajustement d’environ 5% pour l’inflation par rapport au calcul cité l’année dernière, nous aurions un investissement de 339,1 millions de pesos. Un tout petit chiffre qui représente 0,2% du budget de la santé, de 137,8 milliards de pesos en 2022. Même si on reprend l’estimation faite par un think tank de droite furieusement anti-haïtien, Funglode, et qu’on applique un ajustement à l’inflation, on aurait un montant de 466 millions de pesos, soit 0,3 % du budget de la santé 2022. L’étude Funglode estime qu’en douze ans, entre 2010 et 2021, à peine 688 millions de pesos ont été investis dans les accouchements aux femmes immigrées, malgré que son estimation du coût par accouchement est beaucoup plus élevée que celle faite par les responsables du gouvernement actuel et du gouvernement précédent. Il y a des divergences dans les calculs et les estimations faites par différents experts, mais aucune ne se rapproche même de loin des mensonges que le gouvernement répand dans les médias. Cela montre que les mensonges grotesques du gouvernement ont une intention politique, alignée sur son idéologie néo-Trujillo.

Une femme enceinte en train de sortir d’un camion-prison de la Direction Générale des Migrations (DGM)

Les naissances des femmes immigrées sont payées avec les impôts de la communauté immigrée elle-même

L’une des déclarations les plus répétées de la droite et de ceux qui soutiennent Abinader est que les impôts payés par les Dominicains financent les soins médicaux pour les femmes haïtiennes enceintes, car les soi-disant immigrés ne paient pas d’impôts. C’est un autre mensonge des racistes.

Selon le directeur de l’Institut national des migrations, il y a actuellement quelque 700 000 immigrants d’origine haïtienne, ce qui représente environ 6,5 % de la population du pays. Un petit nombre par rapport aux quelque 1,6 million d’émigrants dominicains qui vivent aux États-Unis, en Espagne et dans d’autres pays, une diaspora qui, selon d’autres calculs, peut être plus importante, mais qui représente au moins 15 % de la population dominicaine.

En 2022, l’État dominicain a collecté 159,2 milliards de pesos pour l’ITBIS, une taxe à la consommation régressive qui s’applique à l’ensemble de la population. Alors que la classe ouvrière d’origine haïtienne souffre de niveaux terribles de surexploitation capitaliste et de déni de ses droits du travail, son niveau de consommation est inférieur à la consommation moyenne de la population. Mais même en sous-estimant leur contribution à l’ITBIS et que seulement 2% de cette collecte correspond à ce que paient les immigrés haïtiens, on parlerait de 3,2 milliards de pesos, presque dix fois plus que ce qui a été investi pour assister les naissances des femmes immigrées dans les hôpitaux. C’est sans compter les autres taxes que les immigrés paient également au quotidien, telles que les taxes sur le carburant, le tabac et l’alcool, sur le revenu, les frais de procédures d’immigration, etc.

La main-d’œuvre immigrée haïtienne contribue, selon certains calculs, à plus de 5,4% du PIB dominicain, produisant d’énormes quantités de richesse dans l’agriculture, la construction, les services et tous les domaines de l’économie. Le PIB nominal de la République dominicaine en 2022 se situait à 114 milliards de dollars. Cela signifie que, selon cette estimation, plus de 6 milliards de dollars correspondent à la contribution de la main-d’œuvre immigrée haïtienne. Soit environ 338 milliards de pesos, mille fois plus que l’investissement dans l’accouchement des femmes immigrées !

La communauté immigrée n’est pas un fardeau pour l’État dominicain. L’État bourgeois et la classe capitaliste, ainsi que les politiques économiques et répressives qu’Abinader applique, approfondissant les inégalités et l’oppression, sont les véritables fardeaux portés par la classe ouvrière, dominicains comme immigrés.

À titre de comparaison, regardons quelques-uns des fardeaux que le gouvernement dominicain place sur nos épaules. Les exonérations fiscales dépassent 310 milliards de pesos en 2023, profitant de manière disproportionnée à la classe capitaliste. Les paiements correspondant à la dette extérieure, une dette qui alimente la corruption et les entreprises capitalistes, dépasseront 253 milliards de pesos en 2023. Les dépenses militaires pour 2023 sont prévues à 49,9 milliards de pesos. La fausse réforme de la police et la clôture frontalière inutile ont un budget de 4 milliards de pesos et 2,5 milliards de pesos, respectivement. En 2022, 6,37 milliards de pesos ont été dépensés en publicité gouvernementale. Les petits barils et les petites boîtes, destinés au clientélisme des membres du Congrès, dépassent 1,2 milliard de pesos. Alors que, comme nous l’avons dit, l’investissement pour garantir le droit humain à la santé des femmes immigrées se situait entre 339 et 466 millions de pesos en 2022 et cette année, il sera probablement similaire.

“La vérité vous rendra libre”. Nous savons que le gouvernement et la droite mentent et nous avons comment le prouver. C’est maintenant à notre tour d’organiser, de mobiliser, de vaincre l’infamie et d’imposer la vérité et la dignité dans les rues de la République dominicaine.

Fini les déportations massives !

Liberté à toutes les femmes enceintes et allaitantes haïtiennes maintenant !

Fini les arrestations arbitraires, les rafles et les violences racistes !

Non à l’apartheid en République Dominicaine !

Pour le droit à la santé, contre le fascisme et le racisme, l’unité de toute la classe ouvrière !

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
25 juillet 2023

 

HTML tutorial

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here