265 enfants abandonnés par leurs pères, les casques bleus de l’ONU

0
348
La MINUSTAH est l'une des missions onusiennes les plus controversées de l'Histoire et elle a fait l'objet de nombreuses allégations d'exploitation et d'abus sexuels.

«Les casques bleus ont laissé nos filles enceintes et les ont conduites à la misère»

« Quand j’étais avec le Brésilien, j’avais 14 ans. Il est allé à l’école chrétienne. Je suis tombée enceinte et mon père m’a viré de la maison. Maintenant, je travaille pour que quelqu’un me donne 25 gourdes avec lesquelles mon fils et moi pouvons manger ». C’est le témoignage d’une jeune femme de Port-au-Prince, mère célibataire d’un garçon de quatre ans, qui fait partie des plus de 2 000 personnes interrogées pour une étude sur l’exploitation et les abus sexuels commis par les «casques bleus » en Haïti, publié par « International Peacekeeping ».

En effet, dans les pays caribéens des termes tels que « bébé casques bleus » ou « petite Minustah » ont été inventés pour désigner les enfants issus de ces relations avec les membres de la mission de l’ONU (2004-2017), pour les différencier des enfants d’Haïtiens.

Beaucoup de nos familles ont été maltraitées“, dit une autre des personnes interrogées. “Il pouvait sembler qu’ils vous aiment“, explique-t-il, “ils vous ont laissé quelques pièces dans vos mains après avoir couché avec vous et vous avoir laissé un bébé.”Vous découvrez“, poursuit-il, “l’enfant est dans vos bras et votre famille n’a rien“.

Le cercle vicieux de l’exploitation sexuelle et de la misère

Anderson Joseph, deux ans, une photo de sa mère, Rose Mina Joseph, et de son père présumé, un casque bleu de l’ONU

L’étude indique que la pauvreté est un facteur clé de l’exploitation et des abus sexuels par les « casques bleus ». En fait, le rapatriement du personnel impliqué a souvent aggravé les souffrances des femmes et des enfants, ajoute-t-il. En ce sens, elle explique qu’avoir des enfants à la peau claire avec des « casques bleus » était perçu comme quelque chose de désirable par certaines femmes pour améliorer leur statut économique et social, quelque chose qui n’a pas été réalisé par la suite. Cependant, poussées à rechercher une nouvelle relation lorsque le père de l’enfant est parti, les mères sont tombées dans un cercle vicieux. “Il part et la laisse sans ressources, et puis maintenant elle doit refaire le même processus pour nourrir son enfant”, explique un autre des témoignages.

“Il existe de nombreux cas, de nombreux scénarios différents, dans lesquels ces enfants sont conçus et nés”, explique l’auteur de l’étude, Sabine Lee, professeur à l’université britannique susmentionnée, à la Fondation Thomson Reuters. “Il est assez clair que ces filles ont été exploitées, il était clair qu’elles étaient mineures”, dit-il.

Un porte-parole de la Force de paix de l’ONU assure que cette organisation prend l’affaire au sérieux et qu’elle soutient 29 victimes et 32 ​​enfants nés à la suite d’abus et d’exploitation sexuels par le personnel de la Minustah.

En Haïti 265 enfants sont nés de pères soldats dans une « Mission de paix » ; parmi les mères il y a des filles de 11 ans. Les soldats uruguayens occupent la première place, suivis des Brésiliens, le troisième vient de parents « inconnus » et les Chiliens occupent la quatrième place parmi les pays où le nombre de grossesses et d’abandons de femmes est le plus élevé.

 

UyPress – Agence de presse uruguayenne

Résumé latino-américain 28 décembre 2021

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here