Une carte blanche pour les masques noirs

La bataille entre les troupes kenyanes et le peuple haïtien est sur le point de commencer

0
96
Un bataillon de 400 policiers kenyans est arrivé en Haïti le 25 juin pour lancer la Mission multinationale de soutien à la sécurité (MMSS), concoctée et financée par Washington.

(English)

Sous les auspices et au siège du ministère des Affaires coloniales de Washington, également connu sous le nom d’Organisation des États américains (OEA), Gandy Thomas, ambassadeur par intérim d’Haïti auprès de l’OEA, et Lazarus O. Amayo, ambassadeur du Kenya aux États-Unis, le vendredi  21 juin 2024, ont signé un Accord sur le statut des forces (SOFA), qui définit les paramètres de la Mission multinationale de soutien à la sécurité (MMSS). Les officiers kenyans se feront passer pour les commandants du MMSS, même s’ils suivent en réalité les ordres et les directives de leur sponsor, Washington.

L’objectif principal du SOFA est de protéger la force mandatée par les États-Unis de toute poursuite pour les crimes qu’elle commettra très sûrement dans les prochains jours, alors qu’elle tente d’étouffer la résistance haïtienne à son déploiement illégal en Haïti. « Tous les membres du personnel du MMSS, y compris le personnel recruté localement, bénéficient de l’immunité de juridiction pour tous les actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions officielles (y compris leurs paroles et leurs écrits) », déclare la SOFA (c’est nous qui soulignons). « Cette immunité continue d’être en vigueur même lorsqu’ils ne sont plus membres du personnel ou employés de la Mission et après l’expiration des autres dispositions du présent Accord. »

En d’autres termes, le MMSS pourrait larguer des bombes sur des bidonvilles densément peuplés, mitrailler des manifestants, empoisonner les cours d’eau et les lacs avec des eaux usées et des produits chimiques, ou violer de jeunes garçons et filles haïtiens, pourtant le peuple haïtien ne pourra absolument rien faire à ce sujet… légalement.

Après tout, la disposition d’immunité du MMSS a presque exactement la même formulation que celle de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation d’Haïti (MINUSTAH), qui a fait tout ce qui précède lorsqu’elle a occupé Haïti de 2004 à 2017.

En conséquence, lorsque les troupes népalaises de la MINUSTAH ont laissé négligemment s’écouler leurs eaux usées contaminées par le choléra dans le cours supérieur du fleuve Artibonite à la fin de 2010, l’ONU a d’abord tenté de minimiser et de dissimuler cette négligence criminelle, mais cela a ensuite abouti à une décennie- longue épidémie qui a tué plus de 10 000 Haïtiens et rendu malade près d’un million de personnes.

Les avocats ont demandé réparation pour l’épidémie de choléra, d’abord auprès du système des Nations Unies, puis devant les tribunaux américains, mais ils n’ont abouti à rien. L’« immunité » de l’ONU (les Haïtiens parlent d’« impunité ») a été défendue bec et ongles par les équipes juridiques de Washington.

De même, les troupes brésiliennes qui ont lancé des bombes incendiaires sur Cité Soleil et abattu de nombreux manifestants, ainsi que les troupes sri-lankaises et uruguayennes qui ont violé des enfants, n’ont pas fait l’objet de poursuites en Haïti, comme de nombreux autres crimes commis par les forces de la MINUSTAH.

Pendant ce temps, un bataillon de 400 Kenyans portant des casques blancs a finalement débarqué en Haïti le mardi 25 juin, malgré une ordonnance de la Haute Cour de janvier dernier interdisant leur déploiement. Le contingent kenyan du MMSS devrait finalement compter quelque 1 000 officiers, complétés par des effectifs plus restreints du Bénin, du Tchad, du Sénégal, du Burundi, du Chili, de la Jamaïque, des Bahamas, de la Barbade, de l’Équateur et des Seychelles, pour un total d’environ 2 600.

Le même jour, des milliers de Kényans ont pris d’assaut le Parlement à Nairobi, le dernier moment fort en date depuis des mois de manifestations massives contre la réduction des subventions sur les carburants et les augmentations d’impôts proposées de 2,7 milliards de dollars, tout cela pour que le Kenya puisse continuer à payer les intérêts du FMI pour son écrasement. Une dette de 48 milliards de dollars qu’elle ne pourra jamais rembourser. Des dirigeants de la manifestation ont été enlevés et au moins deux manifestants ont été tués par la police ces derniers jours.

La police kenyane est la plus brutale et la plus corrompue de toute l’Afrique, affirment depuis de nombreuses années de nombreux groupes de défense des droits de l’homme et même des rapporteurs spéciaux de l’ONU. Ils dirigent leurs propres escadrons de la mort, et il y a moins d’un an, en juillet 2023, le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme s’est déclaré « très préoccupé par la violence généralisée et par les allégations de recours inutile ou disproportionné à la force, y compris l’usage d’armes à feu ». , par la police lors de manifestations au Kenya. Selon les rapports, jusqu’à 23 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lors des manifestations de la semaine dernière.»

D’autres documents régissant le MMSS, comme la Conception des opérations (CONOPS) et les Règles d’engagement, n’ont toujours pas été publiés, bien qu’ils soient finalisés. « Ils essaient de garder beaucoup de choses secrètes », a déclaré à Haïti Liberté une source anonyme du Bureau des Nations Unies en Haïti (BINUH). “C’est le problème de tout le plan.”

Les troupes de la MINUSTAH, qui ont occupé Haïti de 2004 à 2017, bénéficiaient du même accord SOFA que les policiers kenyans aujourd’hui : une immunité totale pour tout crime qu’ils pourraient commettre.

Alors que les Kenyans arrivaient en Haïti, une opération psychologique a été lancée le 25 juin contre l’alliance Viv Ansanm des comités armés de quartier d’Haïti. Dans un enregistrement audio anonyme diffusé sur les réseaux sociaux haïtiens, un homme affirme que Jimmy « Barbecue » Cherizier avait fui son quartier inférieur de Delmas et s’était caché.

«Je suis stressé, mec», dit l’homme dans l’enregistrement. “J’ai appelé et appelé toute la matinée pour essayer de retrouver le général Barbecue, mais il semble avoir fui le bas Delmas…”

« C’est la voix de quelqu’un qui a diffusé ce message dans le but de déstabiliser l’alliance Viv Ansanm », a déclaré Cherizier à Haïti Liberté interrogé sur l’enregistrement. « En disant que j’avais fui, il essaie de faire fuir les autres gars de Viv Ansanm. C’est un effort pour nous déstabiliser. »

Certains comptes, pour la plupart anonymes, sur les réseaux sociaux, ont suggéré que l’alliance Viv Ansanm se disperserait ou plaiderait pour conclure un accord avec le gouvernement Conille. Dans cette même veine, le quotidien Le Nouvelliste titrait « Jimmy Chérizier dit Barbecue veut dialoguer ».

Dans une longue interview le 25 juin avec le journaliste YouTube Ralph Laurent, lors son émission très suivie Tanbou Vérité, Chérizier a longuement répondu à ces accusations.

« Je dis au peuple haïtien de garder ses forces. Haïti ne restera pas dominé pour toujours. Un jour, le peuple haïtien procédera à sa libération pour qu’Haïti puisse prendre le chemin du développement.

« Les gens qui ont une formation militaire ou policière savent qu’il n’y a jamais de guerre éternelle. La Russie se bat contre l’Ukraine, mais il y a parfois des négociations et des démarches diplomatiques pour voir comment parvenir à la paix. De la même manière, nous, au Viv Ansanm, sommes des patriotes et des nationalistes qui aiment ce pays, contrairement à ce que pensent certains. On peut toujours dénoncer beaucoup d’erreurs qui ont été commises, des actes qui ont perturbé la société. Et c’est pourquoi je – je n’ai pas besoin que les gens me louent – ​​mais un jour, cette nation connaîtra les sacrifices que j’ai faits pour elle, parce que chaque jour je me bats avec les gars de Viv Ansanm, en leur disant : « si vous voulez faire une révolution, voir le pays se développer, si vous luttez pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres, il y a un certain nombre d’actes que vous ne devriez pas commettre. »

« Certains constateront que ces derniers jours, le rythme des enlèvements a diminué – je ne dis pas que les enlèvements ont cessé – mais c’est le fruit du travail qu’a fait Jimmy Cherizier. Ce n’est ni l’État ni la police qui ont mis en place une structure pour faire reculer les enlèvements. C’est le résultat de notre travail, où nous discutons entre nous au sein de Viv Ansanm, et maintenant un certain nombre de choses qui se faisaient autrefois ne le sont plus.

« Maintenant, quand Le Nouvelliste déclare que « Jimmy Cherizier veut dialoguer ». J’ai toujours été ouvert au dialogue. Certains journalistes… disent que nous avons peur… Nous n’avons peur de personne. Nous sommes les enfants de Dessalines… Mais si nous pouvons éviter un bain de sang, nous verrons ce que nous pouvons faire pour l’éviter. Parce que les gens meurent et font trop de victimes dans le pays. Plus nous pouvons nous asseoir et parlons, nous allons nous asseoir et parler.

« Mais Viv Ansanm, en général, et notamment Jimmy Cherizier « Barbecue », n’a pris aucune initiative personnelle pour parler avec qui que ce soit au sein du gouvernement. J’en profite pour dénoncer un certain nombre d’opportunistes, des individus qui veulent un emploi chez [le Premier ministre] Garry Conille, qui font le tour de tous les hôtels en disant qu’ils nous ont rencontrés et que nous les avons envoyés négocier pour nous…

Jimmy « Barbecue » Cherizier : « Les Kenyans protègent les intérêts des oligarques américains. C’est pourquoi ils les ont amenés ici.

« Officiellement, Viv Ansanm, Jimmy Cherizier, n’a engagé aucune négociation avec le gouvernement Conille… Mais nous sommes ouverts au dialogue… Conille pourrait créer une commission qui regrouperait tout le monde : les églises protestantes et catholiques, les vodouisants, la société civile. , les représentants des groupes armés, les représentants du gouvernement, les représentants de la police et de l’armée. Ensemble, nous pourrions dialoguer et voir comment nous pourrions faire taire les armes, et quand une vraie confiance s’établirait… parce que personne ne devrait nous prendre pour des petits bébés qu’ils endorment alors nous posons nos armes et ils les prennent et ensuite nous tuent …

« Ici, l’histoire se répète… Les oligarques et les politiciens traditionnels ont mené une bataille contre le président Jean-Bertrand Aristide en 2004, où ils ont utilisé les quartiers pauvres et les politiciens pour déstabiliser le gouvernement Aristide. Lorsqu’ils ont constaté que cela ne fonctionnait pas, les États-Unis ont dû intervenir et faire sortir Aristide du pays.

« Maintenant, les oligarques qui ont mis les armes dans les quartiers pauvres ont perdu le contrôle des armes. En conséquence,  il y a eu de la violence dans le pays, des enlèvements et des gens qui mouraient. Ce sont ces mêmes oligarques américains qui avaient amené la MINUSTAH en Haïti. Lors de l’arrivée de cette force onusienne, beaucoup l’avaient considérée comme un sauveur. Mais, en ce temps-là, les ghettos n’étaient pas aussi infestés de crimes comme aujourd’hui, et malgré tout la MINUSTAH n’avait pas réussi à pacifier le pays.

« Au lieu de cela, les soldats de cette force ont importé le choléra et le viol, ils ont violé des petites filles, des petits garçons.  Les soldats uruguayens ont violé un petit garçon de 10 ans à Port Salut, et le pire les Népalais nous ont transmis le choléra. Les gens ont eu assez ! Le peuple en avait assez  de cette force et l’avait finalement chassée du territoire national!

« L’histoire se répète désormais. Les [oligarques] ont mis beaucoup d’armes dans les quartiers populaires pour déstabiliser le gouvernement Jovenel Moïse. Quand ils ont vu que les manifestations et tout ce qu’ils ont fait ne pouvaient pas le forcer à abandonner le pouvoir, finalement en complicité avec les impérialistes… avec les politiques et les oligarques corrompus criminels, ils ont assassiné… Jovenel Moïse.

« Maintenant, ils ont perdu le contrôle des armes qu’ils déposaient dans les quartiers pauvres et ont dû faire appel à un groupe d’assassins et de mercenaires du Kenya sous prétexte qu’ils écraseraient les gangs et combattraient Viv Ansanm. Les Kenyans ne vont que protéger les intérêts des oligarques américains. Voilà pourquoi, ils les ont amenés ici… »

« Vous pouvez tuer 10 ou 20 personnes, mais vous ne pouvez pas tuer un peuple entier. Les Haïtiens, dans leur ADN, sont des rebelles… Nous luttons contre un système. C’est le système, pour se régénérer, fait appel à la force kenyane… »

« L’arrivée de cette force kenyane va nous conduire directement dans une guerre civile… Si le pouvoir ne veut pas dialoguer avec nous, s’il veut être les serviteurs des étrangers, prêt à faire tout ce que les puissances étrangères leur demandent. A commencer par cette force étrangère venue d’un pays africain pour nous humilier, c’est comme si, elles voulaient nous dire que  « depuis l’Afrique, les noirs trahissent les noirs » Ce ne sont que des mensonges construits dans l’ultime logique de nous diviser davantage.  

« Haïti a toujours été la mère de la liberté. Si des mercenaires foulent le sol de la liberté. Il existera toujours une équipe de jeunes hommes et femmes prête à se battre jusqu’à leur dernière goutte de sang pour libérer leur pays, Haïti ».

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here