Trump veut mettre fin au TPS !

0
127
Les expulsions seraient dangereuses, déstabilisantes et tragiques pour les 50 000 détenteurs de TPS haïtiens, leurs 27 000 enfants nés aux États-Unis et 300 000 parents qui comptent sur leurs envois de fonds

La révocation de TPS pour  le Nicaragua et la recommandation de Tillerson créent une nouvelle urgence dans la campagne pour la prolongation de TPS pour les Haïtiens

Le 6 novembre, le département américain de la Sécurité intérieure (DHS) a annoncé que l’administration Trump mettait fin au statut de protection temporaire (TPS) pour 2 500 Nicaraguayens, qui en bénéficient depuis janvier 1999. Entre-temps, le 31 octobre, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a envoyé une lettre à la secrétaire intérimaire du DHS, Elaine Duke, pour l’informer que « les conditions en Amérique centrale et en Haïti qui avaient servi à justifier la protection ne nécessitent plus de répit pour les migrants », a rapporté le Washington Post.

Ces deux événements ont généré une vague encore plus grande d’éditoriaux et d’organisation, après des mois de déclarations, de lettres ouvertes et de pétitions, à l’appui de l’extension de TPS pour les Haïtiens.

Le DHS doit annoncer sa décision sur environ 50 000 Haïtiens, auxquels l’administration Obama a accordé  le TPS à la suite du séisme du 12 janvier 2010, avant le 23 novembre. Le TPS actuel des Haïtiens expire le 22 janvier 2018. Une fois le TPS n’est pas renouvelé, ses anciens bénéficiaires n’ont généralement que six mois pour régler leurs affaires et quitter les États-Unis.

« Laisser les destinataires de TPS rester et leur donner une voie pour devenir résidents permanents » était le titre d’un éditorial du Miami Herald du 6 novembre. Il a noté que 297.500 autres immigrés risquent de se joindre aux 2.500 Nicaraguayens pour avoir leur vie “ébranlée” par le non-renouvellement de TPS pendant qu’ « un groupe de législateurs du Congrès pousse une législation pour créer une voie de résidence légale pour les bénéficiaires de TPS d’Haïti, du Honduras et du Salvador également ».

« Les expulsions seraient dangereuses, déstabilisantes et tragiques pour les 50 000 détenteurs de TPS haïtiens, leurs 27 000 enfants nés aux États-Unis et 300 000 parents qui comptent sur leurs envois de fonds », a déclaré Steve Forester, coordonnateur des politiques d’immigration à l’Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti (IJDH). « Une conclusion contraire ne tient pas compte des faits et de la vérité et semblerait guidée par un programme idéologique, contraire aux intérêts de sécurité nationale des deux nations ».

De gauche à droite le secrétaire d’État américain Rex Tillerson et Donald Trump

Dans une lettre datée du 3 novembre, les 49 membres du Black Caucus du Congrès ont demandé à Duke « de prolonger de 18 mois la désignation TPS d’Haïti avant la date limite du 23 novembre, à la lumière des conditions claires justifiant un tel traitement, y compris les dommages causés par les ouragans Irma et Maria, ce qui a exacerbé ces conditions ».

Plusieurs groupes de droit ont publié des rapports en faveur d’une extension de TPS haïtien. La Global Justice Clinic de la faculté de droit de l’Université de New York a publié un rapport de 36 pages intitulé « Conditions extraordinaires: une analyse statutaire de la qualification d’Haïti pour le TPS ».

« Les conditions pour lesquelles TPS est en vigueur demeurent, rendant dangereux le retour des ressortissants haïtiens », indique le rapport. « Ces conditions comprennent une crise du logement qui a laissé des familles dans des camps et dans des abris de fortune dangereux à ce jour; une épidémie de choléra, provoquée par les troupes des Nations Unies à peine 10 mois après le séisme, qui a fait près de 10 000 morts et plus de 815 000 cas de maladie – dans un pays de moins de 11 millions de personnes; et une période de faim extrême et de malnutrition causée par la sécheresse et les tempêtes et exacerbée par les chocs économiques du tremblement de terre et de l’ouragan Matthew. Matthew qui a frappé l’une des principales régions productrices d’aliments d’Haïti ».

Le Catholic Legal Immigration Network, Inc. (CLINIC) a également publié un nouveau rapport de 30 pages le 2 novembre intitulé

« Protéger les familles, stabiliser la région: pourquoi le statut de protection temporaire est nécessaire pour Haïti ».

Au moins 100 membres du Congrès américain ont également écrit au DHS ces derniers mois pour demander une prolongation de 18 mois pour les Haïtiens, y compris les sénateurs Charles Schumer (D-NY), Kirsten Gillibrand (D-NY), Cory Booker (D-NJ) Robert Menendez (D-NJ), Edward Markey (D-MA), Elizabeth Warren (D-MA), Bill Nelson (D-FL), Marco Rubio (R-FL), Ron Wyden (D-OR), Sherrod Brown (D-OH) et Benjamin Cardin (D-MD), ainsi que des représentants Yvette Clarke (D-NY), Frederica Wilson (D-FL), Alcee Hastings (D-FL), Ileana Ros Lehtinen (R -FL), Mario Diaz-Balart (R-FL), Carlos Curbelo (R-FL), et Ted Deutch (D-FL).

Ces prises de position ont été reprises par les gouverneurs républicains de Floride et du Massachusetts, 15 maires des grandes villes, 416 leaders religieux, 550 médecins américains, huit grands comités de rédaction dans au moins 15 éditoriaux, la Conférence des Maires des États-Unis, le Philadelphia City Council, le gouvernement d’Haïti, et beaucoup d’autres.

« Le fait qu’Haïti souffre encore de conditions extraordinaires et temporaires justifiant une prolongation de 18 mois de TPS est bien documenté, par les universitaires, les médias et même le gouvernement haïtien », a déclaré le directeur exécutif de l’IJDH, Brian Concannon. « Le département d’Etat du Secrétaire Tillerson ne laissera même pas ses employés se rendre dans de vastes régions du pays. Ignorer cette évidence, c’est de la politique, pas de la recherche des faits ».

Les Haïtiens d’outre-mer envoient chaque année environ 2 milliards de dollars à Haïti, soit environ 25% du PIB d’Haïti. La déportation des 50 000 Haïtiens réduirait ces envois de fonds tout en ajoutant plus de bouches à nourrir, accentuant davantage l’économie fragile et endommagée du pays.

« Les expulsions seraient dangereuses, déstabilisantes et tragiques pour les 50 000 détenteurs de TPS haïtiens, leurs 27 000 enfants nés aux États-Unis et 300 000 parents qui comptent sur leurs envois de fonds »

Créé par la Loi sur l’immigration de 1990, TPS est accordé par le président américain (et renouvelé, généralement pour 18 mois) aux immigrants des pays déstabilisés par un conflit armé, une catastrophe environnementale, une épidémie ou une autre condition extraordinaire et temporaire. Depuis 1991, les immigrants de 20 pays ont reçu le TPS. À l’exception du Nicaragua, les immigrants de neuf pays continuent de bénéficier actuellement de TPS. Les Nicaraguayens ont jusqu’au 5 janvier 2019 pour quitter les États-Unis. Dans un mémo du 6 novembre, Mme Duke a déclaré qu’elle « cherchera des informations supplémentaires et examinera  les conditions du Honduras » avant de décider quoi faire au sujet des 57 000 bénéficiaires de TPS du Honduras maintenant aux États-Unis.

« Haïti est un cas d’école pour une extension de 18 mois », a conclu l’IJDH dans un communiqué de presse du 6 novembre. « L’ouragan Matthew en octobre 2016 – le pire ouragan a  frappé Haïti depuis 52 ans et a causé 2,8 milliards de dollars de dommages (22% du PIB d’Haïti) … le rétablissement du tremblement de terre de 2010 est incomplet, avec 40 000 personnes déplacées internes Le Département d’Etat du Secrétaire Tillerson a publié un avertissement de voyage le 12 septembre, notant que les employés de l’ambassade ne peuvent même pas se rendre dans deux départements de la péninsule du sud d’Haïti en raison des préoccupations de sécurité persistantes après l’ouragan Matthew il y a un an ».

Frederica Wilson

La Congresswoman Frederica Wilson sponsorise un “Tweetstorm” quotidien, de 11h à midi, pour sensibiliser les gens aux conséquences négatives de la fin de TPS pour les ressortissants haïtiens. Parmi les Tweets que son bureau suggère, tous avec le hash-tag #SaveTPS, sont: “Take action and demand an extension of temporary protected status for Haitians. Call @DHSgov 866-794-6052 and urge it to #SaveTPS,” “#TPS holders are vetted and legally authorized to work and live in our country. They are our neighbors, friends, coworkers. #SaveTPS,” et “Did You Know? It will cost the U.S. gov’t $500,000,000 to deport TPS holders to Haiti. #SaveTPS.

Une traduction française de la version originale en anglais

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY