Tentative de discréditer « Bwa Kale » !

Le secrétaire général de l'ONU et ses médias collaborationnistes renouvellent leurs efforts pour une intervention militaire étrangère en Haïti, tout en essayant de présenter le mouvement Bwa Kale comme de mauvais augure

1
1174
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est rendu à la Jamaïque le 15 mai pour tenter de convaincre le Premier ministre jamaïcain Andrew Holness de diriger une intervention multinationale parrainée par l'ONU en Haïti. Photo: Jermaine Duncan/Photo ONU

(English)

Les États-Unis et le Canada ont renouvelé leur pression sur les Nations Unies pour intervenir militairement en Haïti parce qu’ils sont alarmés par l’entrée d’un nouvel acteur sur la scène haïtienne, celui qu’ils craignent le plus : les masses haïtiennes.

Depuis la fin du mois avril, des dizaines de milliers d’Haïtiens, armés principalement de machettes, se sont regroupés en un mouvement national sans un leadership défini appelé “Bwa Kale” qui a poursuivi, confronté, capturé et tué plus de 100 membres de gangs criminels, souvent brûlé leurs corps.

Le spectacle macabre des exécutions et leurs conséquences, filmées avec des téléphones portables et diffusées sur les réseaux sociaux, ont semé la peur dans le cœur non seulement des gangs criminels qui ont terrorisé les Haïtiens au cours de la dernière décennie, mais aussi des stratèges néocoloniaux à Washington et Ottawa qui craignent qu’Haïti soit sur une voie révolutionnaire vers un changement social radical.

Antonio Guterres, s’est rendu à Kingston, en Jamaïque, pour faire à nouveau pression sur le Premier ministre Andrew Holness (à droite).

Le 15 mai, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est rendu à Kingston, en Jamaïque, pour faire à nouveau pression sur le Premier ministre Andrew Holness pour qu’il se présente à la tête d’une force armée multinationale, un rôle qu’il a évité en février.

Le Canada a également refusé de diriger une telle force, malgré un voyage du président Joe Biden à Ottawa en mars.

Gutteres a essayé de présenter la lutte de classe purement interne d’Haïti comme un danger régional : « Je veux, une fois de plus, demander à la communauté internationale de comprendre qu’une solidarité efficace avec Haïti n’est pas seulement une question de générosité, c’est essentiellement une question d’intelligence, d’autonomie, car la situation actuelle en Haïti reflète une menace pour la sécurité de toute la région et au-delà ».

Une telle hyperbole est la tentative de Guterres de gonfler une crise interne et de justifier que le Conseil de sécurité de l’ONU place à nouveau Haïti sous son pouvoir du chapitre 7 avec sa résolution 2653 du 21 octobre 2022. Ce pouvoir, qui donne au CSNU le mandat de lever des sanctions et d’envoyer des troupes, n’est censé être invoqué, selon la Charte des Nations Unies, que « pour maintenir la paix et la sécurité internationales », c’est-à-dire pour mettre fin à un conflit entre deux États belligérants.

Parallèlement à la poussée de Guterres, certains médias ont publié des reportages présentant le mouvement Bwa Kale comme « dangereux » (CBC).

Le site web Insight Crime, financé par l’USAID, a publié un article le 9 mai 2023 intitulé « Haiti’s Anti-Gang Vigilantes May Pose Future Criminal Threat ». Citant des exemples du Mexique, d’El Salvador et de Colombie, l’auteur Henry Shuldineren avertit que « les groupes [qui] commencent par combattre les organisations criminelles […] profitent fréquemment du soutien populaire et d’un manque de capacité institutionnelle pour se lancer dans des économies criminelles comme l’extorsion, le trafic d’armes et de drogue et le meurtre pour compte d’autrui. »

The logo of the Bwa Kale movement says “Kill the Bandits”

Un message similaire est envoyé dans un reportage de CBC News du 8 mai par Evan Dyer. Affirmant que “beaucoup ont des réserves sur le mouvement et où il pourrait mener“, la CBC cite un porte-parole d’Affaires mondiales disant que “le Canada est profondément préoccupé par le récent mouvement de population et l’escalade de la violence en Haïti…” Dyer rapporte également que « le mouvement Bwa Kale semble… saper la position d’Haïti parmi les nations qui le soutiennent, y compris le Canada. »

Jusqu’à présent, le Canada a fermement soutenu le premier ministre de facto Ariel Henry qui s’est prononcé contre le mouvement Bwa Kale dans son discours du 1er mai. « Ne laissez pas de mauvais plans nous faire jouer à des jeux sordides », a déclaré Henry.  « Je demande à mes compatriotes, quoi qu’ils aient pu souffrir aux mains des bandits, de rester calmes. »

Cependant, un haut responsable du ministère haïtien des Affaires étrangères a déclaré à Haïti Liberté que, dans les coulisses, le Canada fait pression pour larguer Ariel Henry et le remplacer par Steven Benoît, le premier ministre proposé par la coalition Montana Accord, le principal rival politique d’Henry pour diriger Haïti jusqu’à ce qu’il puisse organiser des élections.

En effet, il peut y avoir du mouvement dans les couloirs du pouvoir car le 12 mai, le quotidien haïtien Le Nouvelliste a publié une interview de Ted St. Dic, l’un des dirigeants et porte-parole les plus éminents du Montana, disant : « Nous nous préparons pour le grand moment de la négociation pour résoudre le problème [la crise politique], changer la direction politique, réinstaller les institutions qui dirigent le pays pour que l’ordre puisse être rétabli afin d’aller vers les élections ».

St. Dic a également parlé de prendre des mesures « pour que la police puisse faire son travail de manière institutionnelle », une référence apparente à l’alliance peu orthodoxe entre le peuple haïtien et les policiers de rue du mouvement Bwa Kale.

Le principal groupe de défense des droits de l’homme en Haïti, le Réseau national pour la défense des droits de l’homme (RNDDH), a également repoussé obliquement le mouvement Bwa Kale dans un rapport du 9 mai disant qu’il était inefficace et manipulé.

Bien que le mouvement Bwa Kale ait connu un énorme succès dans tous les domaines sauf à arrêter les enlèvements, les viols et les extorsions en l’espace de trois semaines, le RNDDH a fait valoir que « la foule, armée de machettes et de quelques armes à feu, ne peut pas vaincre le banditisme que les autorités de l’État ont commis » a actuellement depuis plusieurs années comme système de gouvernance. Avec une logique torturée, le RNDDH a dénoncé « les autorités étatiques qui se cachent derrière le mouvement Bwa Kale pour amener la population à éliminer les liens qu’elles entretiennent avec les individus armés qui sèment la terreur parmi la population et empêchent que justice leur soit rendue ».  Il exige ensuite que ces mêmes « autorités étatiques prennent immédiatement les mesures nécessaires pour mettre un terme à toutes les formes de violence auxquelles la société est soumise car aucune société démocratique fondée sur le respect et la réalisation des droits de l’homme ne peut actuellement avoir cette spirale de violence comme sa fondation. » En d’autres termes, le mouvement Bwa Kale s’inscrit dans une «spirale de violence».

La tentative criminelle de discréditer l’action du peuple haïtien et de la police nationale pour combattre l’insécurité ne passera pas. Nous sommes des êtres humains, nous devrons vivre convenablement comme des gens.

Pendant ce temps, la principale cible du RNDDH ces dernières années, l’ancien policier anti-gang Jimmy Cherizier, le chef des Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés, a déclaré à Haïti Liberté dans une interview le 10 mai que sa coalition de comités de quartier armés soutient pleinement le mouvement Bwa Kale.

« C’est un mouvement populaire contre les nombreux voyous qui kidnappent et violent les enfants des pauvres, les enfants des classes les plus démunies », a-t-il déclaré. « Il n’y a personne derrière cela à part le peuple haïtien. Mais de nombreux journalistes tentent de faire croire que le mouvement G9 est derrière tout cela et qu’il s’agit d’un mouvement de bandit à bandit pour discréditer le combat du peuple ». 

« C’est l’une des raisons pour lesquelles nous, au sein du G9, n’avions pas pris de position publique pour soutenir Bwa Kale, car nous savons que le système est si fort et si puissant. Une fois que nous avons pris une position publique pour dire que nous soutenons Bwa Kale, nous craignions qu’ils ne l’utilisent pour déstabiliser le mouvement populaire. Mais nous de la Famille G9 et Alliés, nous soutenons pleinement ce mouvement que le peuple a lancé, car il apporte de nombreux résultats. Depuis le début du mouvement Bwa Kale, il n’y a eu aucun enlèvement depuis deux semaines, c’est grâce au mouvement populaire. Donc, nous, au G9, encourageons les gens à ne pas lâcher le Bwa Kale, à ne pas s’arrêter, pour que les gens continuent à maintenir le mouvement. »

Le 17 mai, Al Jazeera a diffusé un reportage reprenant l’appel de Maria Isabel Salvador, la nouvelle cheffe du Bureau des Nations Unies en Haïti (BINUH) : « Il devrait y avoir une force multilatérale dirigée par un seul pays, quel que soit le pays… ».

Le 16 mai, le Miami Herald a publié un éditorial d’Eddy Acevedo, ancien conseiller à la sécurité nationale de l’USAID et principal agent de liaison avec le Conseil de sécurité nationale, intitulé « Haïti est un État en faillite. Il a besoin d’une force internationale pour apporter la sécurité, la stabilité », dans laquelle il soutient que « les États-Unis et le Canada devraient diriger l’effort de déploiement d’une force internationale ou de redéploiement des casques bleus de l’ONU ».

Mais comme Haïti Liberté l’a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU le 21 décembre 2022, « la situation en Haïti ne peut être résolue par une intervention étrangère, la force militaire ou même des sanctions. Le peuple haïtien, agissant en toute souveraineté, doit être autorisé à régler ses propres problèmes ».

C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui avec le mouvement Bwa Kale, et Haïti n’a jamais vu de résultats aussi rapides et efficaces.

HTML tutorial

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here