Sénégal : des arrestations arbitraires, aux kidnappings et aux prises d’otages de l’état autocratique

0
154

Macky déchaine les prises d’otages qui sont Guy Marius Sagna, Clédor Sène, Assane Diouf en violant l’article 33 de la Constitution qi interdit toute violation de domicile. Dans sa fuite en avant répressive d’autres vont suivre.

Ces prises d’otages de l’autocrate Macky Sall succèdent aux kidnappings de Fatima Mbengue, Birame Souleye et son épouse, Abass Fall, Abdoulahi Diène, Dahirou Thiam, Pape Malick Seck et aux arrestations de plusieurs dizaines d’autres militants de Pastef, du FRAPP ou tout simplement de démocrates qui s’opposent à la dictature.

Le complot étant démasqué devant l’opinion publique avec l’étalage de toute la saleté politico-judiciaire fomentée contre le leader de l’opposition Sonko, Macky Sall croit pouvoir encore duper les Sénégalais avec le même mépris cynisme pour la vérité qu’il n’a cessé d’afficher à chacun des actes liberticides successifs de sa mal-gouvernance devenue légendaire.

Le voilà avec aplomb, après le pschitt public de sa campagne de désinformation tendant à masquer son “watergate” anti-Sonko, déclarer : « Je ne sais pas ce qu’il en est dans le fond et je ne peux pas souhaiter, même à mon pire (sic!) adversaire une telle situation. Il y a une accusation, une procédure en cours, et il ne faut pas mêler (sic!) le Président à des choses qui ne le regardent aucunement ».

Macky veut faire prendre aux Sénégalais “des vessies pour des lanternes”

Les mots ont un sens sont : ” Je ne peux souhaiter à mon PIRE adversaire” avec “je NE SAIS PAS ce qu’il en est DU FOND” et “ne pas mêler le président”. Il suffit de comparer ceci avec la sortie de Macky Sall, le 31 décembre 2020, disant devant tout le pays qu’il a le “POUVOIR DE DÉCIDER” en matière de justice parce que “les procédures judiciaires remontent” jusqu’à lui pour voir pointer les longues oreilles du comploteur en chef qui a osé afficher son arrogante volonté de “réduire l’opposition à sa plus simple expression”. Malgré le flagrant délit de conspiration révélé aux yeux de tous, Macky veut faire prendre aux Sénégalais “des vessies pour des lanternes” alors que tout prouve, comme il en a été coutumier dans les affaires précédentes qui le rattrape aujourd’hui, l’instrumentalisation illégale sans scrupule du Judiciaire et du Législatif par l’Exécutif.     

Macky Sall à peur du vrai suffrage universel et il est prêt à toutes les abjections pour imposer sa troisième candidature : acheter les opposants véreux, mettre ceux qui lui résistent en prison en rendant servile le judiciaire et le législatif et bafouer tous ses serments sur l’équité et la loyauté dont parle la loi fondamentale du pays.

Il y a chez Macky Sall une ignorance crasse et un dégoût ignoble de toute culture de la séparation et de l’indépendance des pouvoirs Exécutif, Législatif et Judiciaire. Mais il y a aussi les graves faits d’ethnicisation révélés dans cette scandaleuse cabale pour éliminer le leader de l’opposition.

Ces exemples inadmissibles d’arrestations arbitraires suivies de maltraitances et souillées par des demandes sur les origines ethniques sont un piétinement inimaginable de mémoire de Sénégalais de la Constitution selon laquelle ” Tout acte de discrimination raciale, ethnique ou religieuse, de même que toute propagande régionaliste pouvant porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ou à l’intégrité du territoire de la République sont punis par la loi” (article 5). Macky est responsable d’infraction ouverte à la loi du pays dont il devrait pourtant être le “garant de l’inviolabilité”

parce que la voie la plus courte et la plus directe de devenir milliardaire dans la néo-colonie de la françafrique est la mauvaise gestion bureaucratique de l’Etat.

Dans un pays où un Sérère de confession catholique a été président, il apparaît clairement que Macky Sall met le pays de la “téranga” en danger de “rwandisation” parce que la voie la plus courte et la plus directe de devenir milliardaire dans la néo-colonie de la françafrique est la mauvaise gestion bureaucratique de l’Etat.

Il est clair qu’il est hautement patriotique de RÉSISTER et FAIRE ECHEC aux manigances mafieuses de l’actuelle bourgeoisie bureaucratique d’Etat incarnée par la perversion vénale et dictatoriale du libéral Macky Sall.

Le peuple peut et doit stopper dans l’UNITE la dictarure néocoloniale de Macky Sall aux abois, car comme le proclame l’article 1 de la la Constitution : “Le principe de la République du Sénégal est : gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple”.

 

Collectif Afrique/France (CA) 23 février 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY