Rêves différés: «rouge international et caraïbes noires»

Communistes à New York, au Mexique et aux Antilles, 1919-1939 par Margaret Stevens, Pluto Press, 2017

0
345
«l'International rouge et les Caraïbes noires» restera un livre source pour les anti-impérialistes pour les années à venir.

Margaret Stevens est l’un des rares écrivains à examiner la fascinante histoire révolutionnaire des Caraïbes et du Mexique en tant que partisans de la révolution. Son livre est un aperçu détaillé des luttes et des trahisons entre les deux guerres mondiales aux mains du racisme et de l’impérialisme américain et britannique. Stevens mérite des éloges pour son travail de pionnier, qui est sûrement une révélation pour de nombreux Nord-Américains, ignorants des luttes passées dans les Caraïbes.

Son livre révolutionnaire détaille comment les partis et mouvements communistes des Caraïbes ont défié la puissance presque insurmontable et la méchanceté des puissances impériales. En outre, Stevens documente comment les mouvements communistes ont été profondément affectés par les déplacements à droite des dirigeants staliniens en Union soviétique.

Stevens tisse une histoire fascinante, mais aussi tragique, en particulier concernant Haïti, mais il y a quelques faux pas dans son récit global que je laisserai jusqu’à la fin.

Les premières années

Outre Cuba, aucun autre pays des Caraïbes n’a été confronté au racisme et à l’impérialisme. Et, comme Stevens le formule correctement, surmonter les deux est la tâche de la classe ouvrière des Caraïbes noires elle-même.

Pendant 400 ans, les Caraïbes ont été jetées dans l’enfer de l’esclavage pour être remplacées par le néocolonialisme, l’exploitation capitaliste et le racisme. Stevens se concentre sur la résistance organisée dans l’après-guerre par la 3e Internationale communiste des partis ouvriers, établie en 1919 par le gouvernement révolutionnaire russe dirigé par Vladimir Lénine et Léon Trotsky.

Dans l’hémisphère occidental, la 3e Internationale a été basée pour la première fois à Mexico par le Parti communiste mexicain, qui s’était uni en 1925, sinon avant. Le MCP a contribué à l’unification des communistes cubains en 1925; en Haïti en 1930 (d’autres disent 1934) et à Porto Rico en 1935.

Le livre révolutionnaire détaille comment les partis et mouvements communistes des Caraïbes ont défié la puissance presque insurmontable et la méchanceté des puissances impériales.

En 1926, la 3e Internationale déménage du Mexique à New York, sous la direction du Parti communiste américain (CPUSA). Le chef du Parti communiste cubain Blas Roca a déclaré à propos du parti américain: «Le CPUSA a joué un rôle déterminant dans le soutien du PC de Porto Rico dès sa création… tout comme il l’avait été pour les partis fondés au Mexique, en Haïti et à Cuba.»

Cependant, les îles anglophones, la Jamaïque, la Trinité-et-Tobago, les Bahamas, Saint-Kitts et Saint-Vincent, bien que secouées par de puissantes luttes anti-racistes et anticoloniales, comme en témoigne Stevens, n’ont pas établi de partis communistes entre WWI et WWII.

Stimulé par l’Internationale communiste, le parti américain a joué un rôle démesuré dans les campagnes antiracistes à travers l’hémisphère, bien que de manière insuffisante dans l’esprit de plusieurs Black C.P. dirigeants, avec lesquels l’auteur est d’accord.

En 1930, les rapports indiquent que le Parti communiste américain (CPUSA) était passé à 14 000 membres au début de la dépression mondiale, dont 900 afro-américains.

Les journaux de Harlem comme The Crusader, Machete et the Emancipator et des organisations comme l’African Blood Brotherhood ont puissamment contribué à la fermentation de la «renaissance de Harlem» et avec elle un nouveau sens de l’identité, du mouvement «Retour en Afrique»  de Marcus Garvey pour la révolutionnaire socialiste.

L’aide au développement des PC à Porto Rico et à Cuba (CPC) par les radicaux espagnols de Harlem à New York était également importante. De même, les communistes haïtiens vivant à New York ont ​​joué un rôle démesuré dans le développement d’un mouvement communiste en Haïti.

En 1931, une lutte catalysatrice pour ces premiers partis communistes, en plus de la lutte antifasciste en Espagne, fut le mouvement international pour libérer les «Scottsboro Boys», neuf jeunes hommes afro-américains vivant en Alabama, accusés de racisme. violant deux femmes blanches. De grandes manifestations internationales ont été organisées, aux États-Unis, mais aussi dans la province principalement noire d’Oriente de Cuba et d’Haïti.

La lutte pour la libération de l’afro-cubain Junco Sandalio, un leader ouvrier communiste de premier plan, qui portait le surnom de «champion nègre», était également importante. Des rassemblements de solidarité ont également été organisés par le PC aux Etats-Unis. Une fois libéré, Sandalio a été contraint de fuir au Mexique.

Ces campagnes majeures ont été soutenues par l’influent Congrès américain du travail noir (ANLC), l’International Labour Defence (ILD) et la All-American Anti-Imperialist League (AAAIL), toutes les organisations alignées sur le CPUSA ou influencées par le CPUSA à un degré ou un autre.

À Cuba, dit Stevens, le leader noir du CPUSA, James Ford, a joué un rôle démesuré dans la montée du Realengo 18 ou de la commune 18 de style soviétique de 1926 dans la province d’Oriente à Cuba, principalement noire, et dans la «révolution» cubaine de 1933.

En Haïti, une lutte a éclaté pour libérer Jacques Roumain, fondateur du Parti communiste haïtien et auteur du roman classique haïtien « Gouverneurs de la rosée». Roumain a agité pour l’identité noire et la solidarité avec les garçons de Scottsboro et a été arrêté en 1933 dans une répression anti-communiste. Après sa libération, Roumain a déménagé à Paris où il a travaillé avec le célèbre poète et communiste cubain Nicolas Guillen, le poète de Harlem Langston Hughes et les antifascistes de la guerre civile espagnole.

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour certains, Haïti occupait autrefois une place importante dans la gauche américaine. L’opposition à l’occupation sanglante des Marines américains d’Haïti (1915-1934) revêt une grande importance. Otto Huiswood, chef du «Département des nègres» du PC USA, a déclaré aux organisateurs: «Pour mobiliser le parti… pour organiser des réunions de protestation de masse et aussi pour manifester contre les mesures prises par l’administration Hoover en Haïti». Stevens a observé: «Invoquer Haïti comme site de résistance était stratégiquement nécessaire précisément parce qu’elle exposait doublement les dures réalités de l’empire américain à l’étranger et la surexploitation raciste des travailleurs noirs aux États-Unis même.»

En décembre 1929, des travailleurs haïtiens ont lapidé les Marines américains dans une bataille de plusieurs jours au cours de laquelle cinq paysans ont été abattus et tués. En réponse, le 14 décembre, le CPUSA a organisé une manifestation de masse en colère d’environ 5 000 personnes sur la place de l’hôtel de ville de New York contre l’occupation et la répression des grèves et des manifestations de masse. (Voir l’article fascinant www.NY Times.com, 15/12/29).

Parmi les 17 inscrits arrêtés à l’hôtel de ville figurait le chef du CP James Ford. Parmi ceux qui ont été brutalisés par les flics se trouvait le chef haïtien du CPUSA, Henri Rosemund, assommé. Rosemund était peut-être le chef politique le plus éminent de la grève du commerce des grosses aiguilles à New York au début de 1929. Utilisant ses liens entre le PC de New York et les communautés d’immigrants, Rosemund a mobilisé sa base haïtienne au sein de l’Union patriotique haïtienne et de la Ligue anti-impérialiste pour lancer une manifestation de quelque 5 000 femmes en Haïti contre l’arrivée d’une «commission» américaine pour enquêter sur les «violations des droits humains». Plus tard, les protestations ont atteint 30 000 personnes.

Le journal «Daily Worker» du CPUSA a proclamé haut et fort: «Soutenez la révolution haïtienne!» Dans le mois qui a suivi la démo de l’hôtel de ville, plus de 100 Haïtiens ont rejoint le PC à New York.

Le concept d’une patrie de la «ceinture noire» dans le sud des États-Unis revêt une grande importance pour le CPUSA, un concept promulgué en 1928 par le dirigeant soviétique Joseph Staline, quatre ans après la mort du dirigeant de l’URSS, Vladimir Lénine.

Une «ceinture noire» existait en effet dans l’ancien sud des États-Unis, propriétaire d’esclaves, et, selon le CPUSA, elle s’étendait dans les Caraïbes, englobant la majorité noire à Oriente, dans l’est de Cuba, une région de luttes ouvrières militantes. Comme le note Stevens, le concept de Staline a été mécaniquement adopté comme une demande clé pour l’autodétermination des Noirs, sans prendre la peine de consulter les masses noires américaines sur leur propre libération, c’est-à-dire s’intégrer ou vivre sur un territoire séparé, malgré la migration vers le Nord.

En effet, Oriente était un foyer. Les travailleurs du sucre ont pris le contrôle des plantations de sucre des États-Unis à plusieurs reprises en 1933 et ont soutenu la grève générale de 1935. Les déportations massives de travailleurs sucriers jamaïcains militants – certains connus sous le nom de «gardes rouges» – et de travailleurs haïtiens ont commencé en 1933, avec la bénédiction de Washington.

Roosevelt: l’impérialiste comme un «bon voisin»

Comme l’explique l’auteur, la «ceinture noire» a été de plus en plus oubliée alors que la stratégie du «Front populaire» de Staline a basculé vers la droite après le triomphe d’Hitler en 1933. Pour préserver stratégiquement l’URSS menacée, Staline et ses partisans ont cherché à faire pression sur les soi-disant «démocraties occidentales». »Et des politiciens capitalistes pour leur aide à déjouer l’agression nazie. Cependant, à peine «démocraties», l’Occident contrôlait un système impérialiste mondial rapace qui comprenait des colonies aux Antilles britanniques et à Porto Rico, ainsi que de vastes portions de l’Afrique et de l’Asie. Bien sûr, Wall Street et les autres impérialistes occidentaux se souciaient peu du sort du premier État ouvrier du monde.

Pendant les années du Front populaire, les PC n’essayaient pas simplement de faire pression sur les gouvernements capitalistes «démocratiques» et de dissiper la révolution, mais soutenaient, au moins initialement, les gouvernements capitalistes eux-mêmes à Cuba (Fulgencio Batista), en République dominicaine (Rafael Trujillo) et en Haïti (François «Papa Doc» Duvalier). Certains éminents CP ont rejoint les gouvernements capitalistes à titre individuel («Papa Doc et les TonTon Macoutes», Diederich et Burt, 1968).

Batista de Cuba a même fait l’éloge du PCC en 1939 en tant que «promoteurs de la démocratie». Stevens a observé que «Batista deviendrait le champion des communistes».

Aux États-Unis, le C.P. embrassé le millionnaire libéral, le président Franklin Delano Roosevelt, et son Parti démocratique raciste – le parti de l’apartheid du Sud! – le surnommant «antifasciste». Pour dissuader la révolution dans l’hémisphère occidental, le FDR a annoncé sa «politique du bon voisinage» en 1933 pour détourner l’attention de la mémoire amère de dizaines de coups d’État et d’occupations militaires soutenus par les États-Unis, «légitimés» par les fameux «Doctrine Monroe» et «Amendement Platt» de Washington.

L’icône libérale Roosevelt, pendant l’occupation sanglante des États-Unis en Haïti (1915-1934) et la guérilla qui s’en est suivie menée par les «Cacos», était secrétaire adjointe de la Marine, et a soutenu la domination américaine sans entraves sur Haïti (Stevens) et même le faire jusqu’à se vanter d’avoir écrit la constitution haïtienne de 1918! En tant que président, Roosevelt s’est retiré d’Haïti en 1934, mais seulement après le meurtre de milliers de patriotes haïtiens.

Comme l’a dit l’auteur du livre, «Le CPUSA et les communistes de l’hémisphère étaient opposés à contester très directement la direction des« bons voisins »à la Maison Blanche et d’autres élites dirigeantes de la région.»

Les poulets rentrent-ils à la maison?

En 1935, le PC cubain soutenait un politicien capitaliste «réformateur», Grau San Martin, qui soutenait une «loi à 50%» qui visait l’exclusion chauvine des travailleurs non cubains, forçant l’émigration des Jamaïcains et des Haïtiens – tous avec le PCC » soutien critique. De nombreux Haïtiens ont fui pour trouver du travail dans les champs de sucre de ce qui est devenu les «champs de la mort» de la République dominicaine pour trouver du travail.

La loi de 50% a abouti à une chaîne d’événements qui ont conduit à l’homicide de masse horrible en 1937 de quelque 14 000 Haïtiens (Stevens), d’autres disent jusqu’à 30 000 Haïtiens.

Rafael Trujillo, dictateur de la République dominicaine (DR), affreusement raciste et formé aux États-Unis, a ordonné un bain de sang d’Haïtiens entrant le long de la frontière entre Haïti et la République dominicaine en 1937. Stevens cite une diatribe du 2 octobre de Trujillo promettant de débarrasser le D.R. de, “Chiens, porcs et Haïtiens.” Les militaires, les flics et les hommes de main racistes de la République démocratique du Congo ont utilisé des baïonnettes, des machettes, des gourdins et des couteaux, jetant des Haïtiens morts en tas ou dans la mer. Par la suite, le «bon voisin» Roosevelt et son administration se sont poliment adressés aux bouchers du gouvernement de la République démocratique du Congo en qualifiant le massacre de «controverse» regrettable, c’est-à-dire oubliable.

Le CPUSA n’a pas fait grand-chose en réponse au massacre, a écrit l’auteur. Stevens l’a appelé, « une retraite par rapport aux engagements antiracistes d’antan ».

Quelques questions

Malheureusement, Stevens cite Grover Furr comme guide pour ses recherches, un professeur Rutgers spécialisé dans le blanchiment de la dictature post-Lénine de Joseph Staline et de sa caste bureaucratique privilégiée. La machine stalinienne a assassiné l’ancienne direction de la révolution russe, brisé la démocratie ouvrière et trahi la révolution dans le monde entier, y compris dans les Caraïbes. La contribution de Furr, dit-elle, «a profondément contribué» au livre.

l’impressionnante masse d’informations de Stevens manque de conclusions systématiques

Stevens note le passage de Lénine dans le livre sans évaluer son impact sur la politique du régime post-Lénine bureaucratisant rapidement. Le défi au réformisme de Staline représenté par l’opposition de gauche en Union soviétique et la création de la Quatrième Internationale en 1938, dirigée par Léon Trotsky, n’a pas été mentionné du tout par Stevens – ce n’est pas un accident.

Stevens laisse de côté toute référence au brillant trotskyste né à Trinidad C.L.R. James, qui a écrit, parmi plusieurs livres et pièces de théâtre, «Les Jacobins noirs» (1938), l’histoire classique largement reconnue de la révolution réussie des esclaves en Haïti contre le puissant empire français dirigé par Napoléon Bonaparte. La révolution haïtienne, qui a commencé en 1791 et a triomphé en 1803, n’a pas moins eu un impact profond sur l’histoire du monde, en particulier au sein des États-Unis racistes, que la révolution cubaine de 1959.

De même, l’impressionnante masse d’informations de Stevens manque de conclusions systématiques, comme sur la question critique de savoir si les partis de la classe ouvrière devraient soutenir les gouvernements capitalistes. Était-ce vrai, même face à la menace fasciste? Les lecteurs chercheraient probablement de telles réponses dans un livre sur la révolution. Lorsque le mouvement ouvrier soutient son ennemi de classe, il se termine toujours par une défaite, voire une catastrophe, comme l’a montré l’exemple caribéen et bien d’autres.

Enfin, je dois souligner que le livre manquait d’informations sur l’armée de guérilla haïtienne connue sous le nom de «Cacos», dirigée par le héros de la résistance Charlemagne Peralte, qui a mené une guerre acharnée contre l’occupation des Marines américains jusqu’à son assassinat par un assassin américain. La résistance armée d’Haïti restera à jamais un héritage précieux pour tous les anti-impérialistes – pas moins que le Vietnam, le Nicaragua, El Salvador et le Venezuela.

Néanmoins, et malgré ses graves défauts, «l’International rouge et les Caraïbes noires» restera un livre source pour les anti-impérialistes pour les années à venir. J’espère que Stevens reste sur l’affaire.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY