Premier sinistre ou Premier ministre !

0
565

2Le Premier ministre Laurent Salvador Lamothe a pris la poudre d’escampette. Il n’est pas malade, il n’a aucun problème lui refusant de fonctionner. Un homme qui a déclaré quitter ses fonctions « avec le sentiment du devoir accompli » pourquoi refuse t-il alors de rester pour liquider les affaires courantes ? Rien que pour échapper à la justice suite aux relances de la Cour d’Appel du dossier de corruption de la famille présidentielle.
Soudainement, sa démission a été convertie en « retrait du poste pour des raisons personnelles ». Quelle mensonge face à la Nation et c’est dans cette optique que ses partenaires ont fait appel à l’article 165 de la Constitution amendée pour pasticher le trou qui stipule « En cas de démission du Premier Ministre, le Gouvernement reste en place pour expédier les affaires courantes jusqu’à la prise de fonction de son successeur. En cas d’incapacité permanente dûment constatée du Premier Ministre ou de son retrait du poste pour raisons personnelles, le Président choisit un Premier Ministre intérimaire parmi les membres du cabinet ministériel en attendant la formation d’un nouveau Gouvernement dans un délai ne dépassant pas trente (30) jours. »

C’est dans ces circonstances pour remplacer le présumé fugitif, son associé, que Michel Martelly qui tarde encore à tirer sa révérence, a nommé la ministre de la santé Madame Florence Duperval Guillaume, amie de la Première Dame en tant que Première ministre intérimaire.
Mais le nœud de l’affaire reste les manœuvres des forces occupantes de la Minustah, les chancelleries étrangères particulièrement celles du triumvirat Etats-Unis, France, Canada pour mater la mobilisation populaire visant le départ de Martelly par la nomination d’un Premier sinistre au lieu d’un Premier ministre pour former un gouvernement de consensus, c’est a dire pour partager le gâteau entre les partis patripoches.

La liste des premiers ministres pressentis qui était à 12 a été réduite à 5 personnalités Evans Paul, de la KID ; Jude Harvey Day, ex-ministre de la planification; Charles Jean Jacques ministre des affaires sociales et du travail ; Duly Brutus ; actuel ministre des affaires étrangères et l’actuel ministre du commerce et de l’industrie, Wilson Laleau.

Désormais, elle est à 3 en lice pour remplacer Laurent Lamothe à la Primature et selon les rumeurs le gnbiste Evans Paul serait en bonne position dans les yeux de l’international corrompu pour essayer de les racheter en sauvegardant Martelly au pouvoir. Qu’est ce que cela va changer ? Rien, alors ?

Qu’importe ! On sait de quelles barbaries de telles manœuvres sont les prémisses pour les masses concernées. On sait de quelles stagnations de l’histoire elles s’accompagnent ; aussi n’est il pas urgent que toutes les forces progressistes mettent de coté leurs divergences secondaires pour mobiliser les masses au nord et au sud, à l’est et à l’ouest contre les exécutants des puissances impérialistes. Que ce soit Laleau, Brutus, Day, Jean Jacques et Paul, la mobilisation pour le départ de Martelly reste entière et doit continuer.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY