Pourquoi les Etats-Unis ont-ils expulsé Moise Jean-Charles ?

Des agents américains détiennent, interrogent, emprisonnent et expulsent Moïse Jean-Charles pendant une escale à Miami

0
603
L'ancien sénateur haïtien, candidat à la présidence Moïse Jean-Charles arrêté aux États-Unis, puis expulsé en Haïti après un voyage en Afrique.

(English)

Les responsables américains de l’immigration ont arrêté et grillé l’ancien sénateur haïtien et candidat à la présidence Moïse Jean-Charles pendant huit heures lors de son passage à Miami le lundi 24 janvier, alors qu’il rentrait en Haïti après un voyage au Nigeria.

Le fondateur et leader du parti Les Enfants de Dessalines (Pitit Desalin) a ensuite été expulsé, avec empêchement d’entrer aux États-Unis pendant au moins cinq ans. Il revient d’une visite d’une semaine au Nigéria.

Des responsables américains à Miami ont également détenu et interrogé pendant environ cinq heures cinq autres Haïtiens qui faisaient partie de la délégation de Jean-Charles. (Deux autres membres de sa délégation de sept personnes, dont deux Haïtiens résidents américains, ont été arrêtés par les services d’immigration en Turquie.)

Moise Jean-Charles au cours de sa visite au Nigeria

Cependant, des agents américains ont interrogé Moïse toute la soirée, jusqu’à ce qu’ils le placent dans une cellule de prison à l’aéroport international de Miami. Jean-Charles a passé la nuit en prison jusqu’à ce que des agents de l’immigration l’escortent jusqu’au vol 819 d’American Airlines vers Haïti.

« J’ai quitté Haïti le 17 janvier et je suis passé par les États-Unis pour prendre un vol vers la Turquie, puis vers le Nigeria”, a expliqué Jean-Charles à Haïti Liberté peu après son arrivée en Haïti le 25 janvier vers midi. ” Parti du Nigeria, je suis passé par le Qatar, pour prendre un vol à destination de Miami, puis d’Haïti. Alors que j’étais dans la file d’attente à Miami, ils m’ont fait sortir de la file. »

« Pendant huit heures, à partir de 16 heures jusqu’à minuit, ils n’ont fait que me poser ces deux questions : Qu’ai-je dit au [président vénézuélien Nicolas] Maduro en novembre 2021, et qu’ai-je fait sur le continent africain ? Ils voulaient que je leur parle de chaque personne à qui j’avais parlé et de ce que je leur avais dit. Je leur ai répondu que je ne pouvais pas leur dire ce que j’avais fait ni avec qui j’avais parlé ».

Certains ressortissants haïtiens qui ont retracé leurs racines sur la terre Igbo (la partie orientale du Nigeria) ont visité Enugu. La délégation a rencontré des chefs traditionnels et des représentants du gouvernement lors de leur visite dans l’État. Ils ont été reçus par le Gouverneur Ifeanyi.

Les autres membres de la délégation détenus et interrogés ne l’ont été que jusqu’à 21 heures mais ils n’ont pas été emprisonnés.

« Il n’est pas rare que des agents d’immigration saisissent et interrogent des personnes transitant par les États-Unis et les interrogent sur toutes sortes de choses, en particulier après le 11 septembre 2001 », a expliqué Ira Kurzban, l’un des avocats spécialisés en droit de l’immigration aux États-Unis.

Moins fréquemment, les autorités américaines détiennent des détenus dans une cellule de prison jusqu’à leur vol, et « c’est évidemment une forme de harcèlement », a déclaré Kurzban. « Les personnes immigrées à l’aéroport ont désormais le pouvoir d’être juge, jury et bourreau. Ils peuvent entrer dans ce qu’on appelle une ordonnance accélérée d’éloignement ou d’expulsion ».

Les agents américains ont en fait expulsé Jean-Charles des États-Unis et révoqué son visa. Cela en fera une infraction pénale pour Jean-Charles d’entrer aux États-Unis, ou même de transiter par un aéroport américain, pendant un minimum de cinq ans et peut-être plus, s’ils le décident.

« L’ironie est que je n’ai même pas parlé à Maduro en Novembre 2021 », a déclaré Jean-Charles. « Mais ils ont dit: “Non, il y avait une réunion” et ils voulaient savoir ce qui s’était dit lors de la réunion ».

Des agents de l’immigration détenant Moïse Jean-Charles après son arrivée à Miami sur un vol en provenance du Qatar

Mais, les agents d’immigration (dont un haïtien-américain), ne sont que des intermédiaires pour d’autres agences, a expliqué Kurzban. « L’agent d’immigration est assis devant un ordinateur, et les questions lui sont envoyées par le Groupe de travail sur le terrorisme, ou le FBI, ou le Bureau de contrôle des avoirs étrangers, pour le Département d’État. Ce sont les agences qui posent les questions, et le bureau de l’immigration n’est qu’un idiot assis là, recevant les questions dactylographiées et interrogeant le détenu ».

Selon Jean-Charles, la majeure partie de son long interrogatoire, à l’exception de celui effectué par l’Haïtiano-Américain, s’est déroulée en espagnol.

Les autres membres de la délégation comprenaient Mme. Monique Laponyet, Pr Anton Norélus et Mme. Létrann Jean-Pierre.

« Une fois que vous voyez les États-Unis agir comme ça, vous savez que vous les avez durement frappés, car Haïti doit pouvoir parler à toutes les nations du monde aujourd’hui », a déclaré Jean-Charles.

Lorsqu’on lui a demandé si le discours qu’il a prononcé le 2 janvier 2022 à Trou du Nord dans lequel il critiquait vivement les États-Unis pouvait être à l’origine de son interrogatoire et de son expulsion, il a répondu : « Cela a peut-être contribué à ce qui s’est passé. Pourquoi? Parce que ce qui se passe en Haïti, ce sont les Américains qui le font ».

« Mais ils ne veulent pas être dénoncés. Je ne comprends pas! Comment faire tous ces trucs dans un pays et ne pas être dénoncés ? Ce sont les Américains qui ont porté deux groupes d’Haïtiens à se lever l’un contre l’autre en 2004 : les GNbistes qui se sont opposés aux lavalassiens en 2004. Ce sont les Américains qui manigançaient toutes les manœuvres au Parlement avec Youri Latortue, Joseph Lambert, et Michel Martelly à la présidence. Ce sont encore eux les Américains qui manipulent Ariel Henry, cette marionnette de Premier ministre ».

L’avocat Ira Kurzban

Interrogé par Haïti Liberté au sujet des motifs pour lesquels Jean-Charles avait été détenu et expulsé, un porte-parole des douanes et de la protection des frontières américaines a répondu : « Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure d’entrer dans les détails du cas de cet individu. Pour des raisons de confidentialité, le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis n’est pas en mesure de discuter du traitement/de l’arrivée d’un individu spécifique aux États-Unis ».

Le porte-parole a également déclaré qu’il existe “plus de 60 motifs d’irrecevabilité” et que “chaque demandeur d’admission est soumis à une inspection complète à son arrivée aux États-Unis“.

Après l’épreuve, Jean-Charles s’est montré philosophe, bien qu’il envisage de consulter un avocat américain. « Nous sommes au 21e siècle », a-t-il conclu. « Ils doivent moderniser leur système. Washington ne devrait plus avoir une approche aussi brutale, arbitraire et discriminatoire. C’était une sale affaire ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here