Pourquoi Haïti jouera un rôle clé dans la nouvelle approche américaine de la sécurité nationale pour « faire avancer ses intérêts » ?

Vendredi, le président Joe Biden a confirmé la mise en œuvre de la "loi mondiale sur la fragilité", qui commencera à s'appliquer dans au moins cinq pays.

1
753
Le président américain Joe Biden

Haïti, la nation la plus pauvre d’Amérique latine, est l’un des quatre pays choisis par les États-Unis pour mettre en œuvre sa loi sur la fragilité mondiale, un instrument qui, bien qu’approuvé en 2019, entrera désormais en vigueur sur les ordres de Joe Biden.

Dans une lettre publiée vendredi, Biden a fait valoir qu’alors que le monde se trouve dans une “décennie décisive”, marquée par la pandémie, la crise climatique et “l’enhardissement des autocrates”, les États-Unis “doivent diriger” ce tournant d’inflexion.  Dans ce sens, il a promis que l’application de la loi sera la feuille de route de la nouvelle stratégie de Washington “pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité” dans le monde.

Le “test pilote” commencera en Haïti, en Libye, au Mozambique et en Papouasie, et couvrira également la côte ouest de l’Afrique, qui comprend le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Togo, a confirmé la Maison Blanche dans un communiqué. Le plan, né d’un consensus bipartisan, a été présenté par l’administration Biden comme la “stratégie pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité avec les pays partenaires du monde entier“.

La loi sur la fragilité mondiale commencera en Haïti, en Libye, au Mozambique et en Papouasie

Selon les mots du président américain : “C’est un investissement dans la paix et la sécurité mondiales, un investissement qui générera des avantages critiques, non seulement dans les nations avec lesquelles nous travaillerons, mais surtout ici aux États-Unis”.

En quoi consistera le plan ?

Selon des documents publiés la semaine dernière, il s’agit d’une stratégie décennale qui vise à aplanir les conflits dans ces zones et, en même temps, “améliorer la façon dont” le gouvernement américain opère “dans une variété de contextes”.

Nous exploiterons les forces des communautés, des gouvernements et des nations pour se remettre des chocs, affronter les tendances mondiales négatives et créer de nouveaux paradigmes pour une coopération plus large. Les États-Unis assurent que la stratégie trace une “nouvelle voie” qui cherche à “éteindre la discorde potentielle avant qu’elle n’éclate”.

La justification de l’initiative stipule que le plan sera régi par plusieurs principes, notamment :

*Travailler en collaboration avec les gouvernements de ces pays pour prévenir les conflits, promouvoir la résilience et le développement économique.

*L’établissement de plans décennaux de l’ensemble du Gouvernement, « mutuellement déterminés » pour les pays en conflit, « au-delà des crises urgentes ».

Les forces de sécurité enquêtent sur les périmètres de la résidence de l’ancien président haïtien Jovenel Moïse. 7 juillet 2021 Odelyn Joseph / AP

*La promotion « d’outils et de perspectives » au sein des institutions de ces pays, ce qui inclurait la reformulation de leurs systèmes judiciaires.

En pratique, la nouvelle stratégie « d’approche multifacette » rééditera l’ancienne tutelle institutionnelle américaine, dans un contexte international volatil qui laisse peu de marges de manœuvre à ces pays. Pour cela, le Congrès allouera jusqu’à 200 millions de dollars par an.

« Cette stratégie établit une approche pangouvernementale pour faire avancer les intérêts nationaux américains sur la scène mondiale. Cela signifie puiser dans la vaste expérience et les ressources qui résident dans l’ensemble de notre gouvernement, affiner et mettre à jour ces outils si nécessaire, appliquer humblement les leçons coûteuses et douloureuses du passé et transformer la façon dont nous travaillons les uns avec les autres » .

Cette année, 125 millions de dollars ont déjà été alloués à un Fonds de prévention et de stabilisation, qui viendra compléter les accords de coopération et d’assistance que Washington a avec ces pays.

« Un partenaire fiable »

Au milieu d’un scénario mondial conflictuel, alimenté par l’opération militaire russe en Ukraine, les États-Unis entendent ouvertement reprendre leur rôle de premier plan dans des zones très instables afin de se considérer à nouveau comme un “partenaire fiable”. Pour des raisons géographiques, le pays le plus proche de sa zone d’influence est Haïti.

Mais ce n’est pas la première fois que Washington tente d’intervenir dans le pays des Caraïbes. Les incursions militaires à Port-au-Prince en 1915, 1994 et 2004 sont les participations les plus scandaleuses, sans parler des formes d’ingérence les plus voilées, telles que l’octroi de prêts impayés à cette nation afin qu’il lui soit impossible de s’extirper de ses créanciers ou de la faillite induite de son industrie rizicole à la fin du siècle dernier, inondant le marché de produits américains.

D’autre part, des chiffres récents de l’USAID, révélés l’année dernière par The Guardian, ont montré que sur les 2,3 milliards qui étaient prévus pour aider Haïti jusqu’en 2019, plus de la moitié se sont retrouvés aux États-Unis. Economic and Policy Research (CEPR) affirme que seulement 0,6% des fonds sont allés à des organisations haïtiennes et 0,9% ont finalement été remis au gouvernement insulaire.

Cette analyse ne tenait pas encore compte de l’escalade qu’Haïti a connue l’année dernière, après l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet et l’impact du tremblement de terre survenu un mois plus tard. Ces deux événements ont non seulement aggravé la situation déjà préoccupante du pays, mais ont également consolidé le leadership des gangs criminels qui contrôlent tout, du flux d’essence à l’entrée de l’aide humanitaire.

De plus, au moins deux Américains ayant la double nationalité seraient impliqués dans le meurtre de Moïse, perpétré par un commandement de mercenaires, pour la plupart d’anciens militaires de l’armée colombienne. Bien que plusieurs soient détenus à Port-au-Prince, les progrès de l’enquête sont maigres.

Un manifestant tente de retirer une affiche du président assassiné Jovenel Moise. 29 mars 2022 Copyright 2022 The Associated Press / AP

Après le tremblement de terre d’août 2021, la Maison Blanche a publié une déclaration confirmant que les États-Unis restaient “un ami proche et durable du peuple haïtien”. “Nous serons là après cette tragédie”, disait le texte. En fait, la stratégie lancée maintenant par Biden confirme que les plans de Washington n’incluent pas de quitter le pays des Caraïbes.

Des cours difficiles ?

Le secrétaire d’État Antony Blinken a souligné la semaine dernière que la nouvelle approche tiendra compte des « dures leçons apprises » au cours des décennies précédentes. À l’avenir, selon le Département d’État, toutes les agences gouvernementales, des ambassades aux experts techniques à Washington, se concentreront sur la planification, l’exécution et le suivi du plan qui « nécessite un changement fondamental dans la manière dont les États-Unis travaillent pour prévenir les conflits à l’échelle mondiale »

La promesse est que ce personnel travaillera avec les organisations de la société civile dans les pays sélectionnés, ainsi qu’avec les entreprises et les responsables gouvernementaux, pour soi-disant contribuer au renforcement institutionnel et social, et « atténuer la propagation des idéologies extrémistes, s’attaquer à l’impact corrosif de l’inégalité entre les sexes, cultiver une plus grande confiance entre les forces de sécurité et les citoyens, et se prémunir contre la menace déstabilisatrice du changement climatique ».

Les « Etats-Unis peuvent et doivent diriger ce nouvel effort essentiel pour perturber les voies potentielles de conflit, atténuer les menaces avant qu’elles ne s’intensifient et n’atteignent nos côtes, et aider à protéger l’économie, la santé et la sécurité de notre nation pour les générations à venir », a déclaré Biden.

Dans cet « effort » pour sauvegarder ses propres intérêts, le pays le plus pauvre d’Amérique latine sera l’un de ceux choisis par l’ancien hégémon pour tester sa nouvelle stratégie.

Résumé latino-américain
5 avril 2022

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here