Pour que vive la mémoire d’un immortel révolutionnaire !

0
658

Il est quasiment certain. Cet événement ne va pas faire la une de l’actualité de cette semaine. C’est une évidence, une vérité élémentaire que  le 260ème anniversaire du fondateur de la patrie haïtienne ne soit pas reconnu pour être commémoré par une digne manifestation officielle pour exprimer son rôle historique au service de l’humanité.

Ce n’est pas le fruit du hasard si le 20 septembre, date de naissance de ce révolutionnaire qui symbolise le réveil populaire, la prise de conscience aiguë des aspirations des damnés de la terre n’interpelle jamais les dirigeants haïtiens. Ignorer un tel homme, c’est une manifestation claire de la lutte des classes puisqu’il est admiré et vénéré par les masses défavorisées, exploitées ; alors que pourtant son nom n’inspire aux classes dominantes réactionnaires qu’une haine violente et sans bornes par le fait de son origine sociale et de sa conviction profonde de combattre le système esclavagiste, et tout ce qu’il comporte: la répression, l’exploitation de l’homme par l’homme, le racisme et la domination coloniale.

Jean-Jacques Dessalines n’appartient point au passé. Au contraire, cet homme dont l’humanisme lumineux et l’idéalisme exaltant et victorieux se confondaient tellement et si intimement avec la modestie révolutionnaire au point qu’il est le propre des êtres de valeur. Il est toujours présent vu que ses idéaux sont grandement  projetés sur l’avenir de la lutte du peuple haïtien. Tout comme José Marti pour le peuple révolutionnaire Cubain,  Simon Bolivar pour le Venezuela, Dessalines un homme épris de liberté et de justice, ne saurait être oublié par le peuple haïtien, dont il reste le symbole et le modèle d’homme rebelle engagé fidèlement à la cause des opprimés de partout.

Jean-Jacques Dessalines est le héros de la cause des exploités et des exclus, sauf que la bourgeoisie esclavagiste capitaliste voudrait continuer à faire de lui un criminel.

Ne devrait-il pas en ce moment être un sujet de réflexion dans une période comme celle que traverse actuellement le pays de façon à reconnaître et valoriser son rôle positif et très important ; sa résistance héroïquement organisée, ses chemins parcourus et ses succès accumulés en comptant sur les forces populaires sans oublier son internationalisme.

L’histoire du peuple haïtien reste une chronique de durs combats pour la liberté et la justice sociale pour l’indépendance et la souveraineté nationales. Les luttes de Dessalines ont déterminé le destin historique d’un peuple aspirant à être le maître de son destin et qui a dû affronter courageusement la domination étrangère avec un inépuisable esprit de sacrifice. L’histoire est un guide précieux. C’est le rôle de la mémoire dans la lutte et dans l’analyse des phénomènes contemporains ; en d’autres termes les leçons du passé ne doivent pas être ignorées ni oubliées comme par exemple ce cri de ralliement avec une force de conviction toute particulière de Dessalines à la Crête à Pierrot « Je ne veux garder avec moi que des braves. Que ceux qui veulent redevenir esclaves des Français sortent du fort. Que ceux au contraire qui veulent mourir en hommes libres se rangent autour de moi… »

La crise structurelle qui persiste et qui continue d’hypothéquer lourdement notre vie ne demande-t-elle pas un cri pareil de sorte que nous continuions à mener la lutte pour notre indépendance économique jusqu’à ce que soient renversées les bastilles impérialistes et leurs bastions nationaux jusqu’à la victoire finale, qui n’est rien d’autre que l’installation du socialisme ! Rien d’autre ne pourra sauver la mémoire dessalinienne face aux nantis et aux vautours locaux vivant dans un luxe insolent en pillant et en accaparant toutes  les richesses du pays qu’un soulèvement général pareil à celui organisé tout récemment au mois de juillet 2018 dernier mais mieux structuré avec un objectif plus précis de libération nationale.

Jean-Jacques Dessalines est le héros de la cause des exploités et des exclus ; sauf que pourtant l’histoire réactionnaire de la bourgeoisie esclavagiste capitaliste voudrait continuer à faire de lui un criminel puisqu’il avait attaqué le fondement même de ce système.  Ne nous avait-t-il pas enseigné « Jurons-nous de combattre jusqu’au dernier soupir pour l’Indépendance de notre Pays », puisque la victoire ne se donne jamais autour d’une table de réunion, mais au bout d’une lutte sans merci face aux politiques économiques imposées à travers des multinationales corrompues pour saboter et détruire toutes nos capacités à produire pour le bien-être du peuple haïtien.

Il est de notre devoir de ne pas laisser passer l’occasion qui se présente pour souhaiter « Bon Anniversaire à notre immortel Empereur, Jean-Jacques Dessalines »

Que le bon sens des masses populaires haïtiennes rejoigne les enseignements de l’histoire pour nous permettre de répéter à l’unisson: Longue vie à Dessalines ! Longue vie à notre père Jean Jacques Dessalines, le Grand !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY