Pont-rouge : le G9 affirme son contrôle

0
300
Au Pont Rouge, le 17 octobre 2021, c’est l'ancien policier Jimmy Chérizier, porte-parole du G-9 qui a eu l’opportunité de déposer une offrande florale au pied du monument du père fondateur de la nation, Jean-Jacques Dessalines.

La nation caraïbéenne souffre d’un état d’insécurité croissant en raison des inégalités sociales et du contrôle de certains territoires par des groupes armés revendiquant un autre projet de société qui n’aliénera pas les masses des ghettos.

Tout d’abord, pour éviter toute confusion, nous tenons à souligner qu’il y a un monde de différence entre les mercenaires érigés en criminels kidnappeurs et des groupes armés vivant dans des endroits déclarés « zone de non-droit » ou zones de misère et de pauvreté réclamant un changement dans le pays. Il fut un temps où Cité Soleil était dans la capitale, Port-au-Prince,  l’unique bidonville portant cette signature. Pour l’instant, il est très difficile de faire la différence avec d’autres quartiers comme Martissant où des kidnappeurs ne cessent de troubler la paix publique tout en empêchant la circulation en direction de quatre départements du Grand Sud.

Le monument du père fondateur de la nation au Pont Rouge

Ainsi le dimanche 17 octobre, à l’occasion du 215ème anniversaire de l’assassinat du Fondateur de la nation, l’Empereur Jean-Jacques Dessalines, le premier ministre Ariel Henri – dont le nom est cité dans le cas de l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moise – accompagné du ministre de la Justice, Liszt Quitel, et d’autres membres du gouvernement, ainsi que du chef de la police, se préparaient  à déposer la gerbe traditionnelle sur la place consacrée à l’assassinat de Dessalines dans le quartier populaire de Pont Rouge. Mais ils ont été contraints de rebrousser chemin après des échanges de tirs nourris entre les forces de police et les hommes de la coalition G-9.

La délégation de la Primature sous la direction du PM Ariel Henry à l’autel de la Patrie, à la rue du Champ de Mars

Le Premier ministre a été obligé de se rendre au MUPANAH, qui malheureusement était fermé. C’est à l’hôtel de la Patrie, à la rue du Champ de Mars, qu’il a déposé l’une des deux offrandes florales et a déclaré qu’« à l’occasion du 215e anniversaire de l’assassinat, à Pont Rouge, de l’illustre fondateur de la nation, Jean-Jacques Dessalines, je viens déposer, à la mémoire de l’Empereur, une gerbe à l’Autel de la Patrie où reposent ses restes impérissables».

Le cortège de la Primature s’est ensuite vite rendu à Marchand Dessalines où une cérémonie de circonstance a été planifiée en l’honneur de Dessalines. Le PM Ariel et sa suite s’est trouvé sur un stand vide, dépourvu de sonorisation. Empêtré, il a déposé quand bien même, l’autre offrande florale au pied du buste de Dessalines sur la place publique de Marchand Dessalines, à l’occasion du 215e anniversaire de l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines par des forces réactionnaires le 17 octobre 1806. Ce sont les assassins de Dessalines à la solde des puissances impérialistes qui continuent à diriger et piller le pays tout en excluant les masses populaires haïtiennes.

Le PM Henry au cours de son discours de circonstance à l’Arcahaie

Le Premier Ministre, Ariel Henry a terminé son périple à l’Arcahaie où à l’initiative de la commission communale on célébrait les 200 années de cette commune. Finalement, le PM a trouvé une foule et un micro de sorte qu’il a pu prononcer son discours de circonstance. Il a été obligé de lier la commémoration de l’assassinat de Dessalines à la célébration de la fête de l’Arcahaie.

Au Pont Rouge, c’est l’ancien policier Jimmy Chérizier, porte-parole du G-9, qui a eu l’opportunité d’offrir une offrande florale au pied du monument du père fondateur de la nation. Il a profité de cette occasion pour saluer à travers une photo la mémoire de l’ancien président Jovenel Moise assassiné chez lui le 7 juillet dernier.

Après son discours de circonstance, il a harangué la foule aux cris de : « Nous avons faim ! Nous avons faim ! » Tout s’est terminé dans le calme.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY