L’Hôpital St-Luc n’a plus d’oxygène

0
162
Depuis le 14 octobre 2021, l'hôpital St-Luc n'est plus en mesure d'accueillir de nouvelles admissions de patients en détresse respiratoire.

L‘hôpital St-Luc de la Fondation St-Luc, situé à Tabarre, le plus grand centre de traitement de la zone métropolitaine, vient d’indiquer dans une note en date du 14 octobre, qu’ «en raison de facteurs internationaux et locaux affectant directement l’approvisionnement régulier en oxygène au niveau national, l’hôpital St-Luc a le regret d’informer publiquement qu’il n’est plus en mesure d’accueillir de nouvelles admissions de patients en détresse respiratoire».

Signalons que depuis près d’un an et demi, soit le lundi 13 mai 2020, les responsables de St-Luc avaient avisé les autorités sanitaires et le public en général que l’unité de traitement des infections respiratoires aiguës recevant les cas de Covid-19 depuis mars 2020 était déjà saturée. Et ils avaient conseillé la population à s’orienter vers d’autres structures de prise en charge en cas de malaises respiratoires. Le directeur médical de St-Luc, le Dr Marc Edson Augustin, avait amplement expliqué les raisons, à savoir : « Notre capacité avait déjà été dépassée et nous n’avions pas de ressources financières disponibles pour supporter le remplissage quotidien des bonbonnes pour les patients en déficit d’oxygène ».

Des bonbonnes d’oxygène

Au mois de juillet 2021, les dirigeants de l’hôpital avaient fait un autre appel, cette fois pour expliquer qu’ils sont en quête d’une génératrice d’au moins 150 kilowatts pouvant produire plus d’oxygène aux patients. Ils avaient indiqué qu’«avec la contamination communautaire qui progresse à grands pas, nos faibles moyens sont mis à rude épreuve, et nous avons désormais un souci préoccupant qui est la garantie continue et constante d’oxygène aux patients. Nous avons une vieille génératrice qui dessert plusieurs paliers de l’hôpital. Elle ne peut pas faire fonctionner notre générateur d’oxygène. Or, nous avons besoin d’oxygène à haut débit pour prodiguer des soins à nos patients. Certains peuvent consommer jusqu’à quatre bonbonnes d’oxygène en un jour ».

Ministère de la Santé Publique et de la population (MSPP)

Il semblerait que l’hôpital n’a reçu aucune assistance concrète, surtout de la part des autorités du pays pouvant l’aider à combler ses précaires moyens. Cette décision est venue près d’un mois après que le ministère de la Santé publique et de la population ait annoncé le 16 septembre écoulé avoir détecté en Haïti les variants Delta et Mu. On va très probablement connaitre une augmentation du nombre de contaminés et pourtant, c’est à ce moment précis que «l’hôpital St Luc s’engage néanmoins à consentir des efforts héroïques aussi longtemps que possible pour aider les 65 patients de Covid-19 déjà pris en charge par l’hôpital».

Il est clair que le gouvernement haïtien n’a montré aucun signe de vouloir sauver la vie des citoyens malades, car rien n’a été fait pour aider l’hôpital à garantir un minimum d’oxygène aux patients jusqu’à ce que la situation ait empiré.

Le directeur médical de St-Luc, le Dr Marc Edson Augustin

C’en est fait, l’hôpital déclare son incapacité à faire face à ce qui s’apparente donc à une quatrième vague. Pour cela, il est obligé de fermer sa porte aux nouveaux patients. Cela signifie qu’aucun nouveau cas de Covid 19 ne peut se présenter à l’hôpital Saint-Luc.

N’est-ce pas un scandale, quand un centre médical se voit dans l’obligation de refuser des soins faute de moyens à une population au chômage qui est elle-même victime de la misère et de la pauvreté.

Enfin l’hôpital souligne dans sa note que « cette malheureuse décision demeurera en vigueur jusqu’à ce qu’il y ait une garantie d’approvisionnement stable en oxygène dans le pays ».

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY