Pleins Feux Sur : Gracia « Tikit » Jean Philippe

« Un étinceleur vocal » | Desdunes, 2 mai 1955 – NY, 1993

0
259
Gracia Jean Philippe « Tikit »

Un autre produit des légions nordistes, Tikit a émergé avec une ascendance de vocaliste charismatique et baroudeur qui a fini par se frayer un début avec les « Pachas du Canapé-Vert ». Dans ce qui devrait être la dernière version de ce groupe, après la précédente avec les :Lilavois, Ti Gérard, Tiyale etc. Et comme la plupart de ces devanciers partis pour la quatrième version des « Shleu-Shleu ». Gracia Jean Philippe lui aussi a maintenu la même filiation, en joignant la 5e et ultime version de l’immortel « Shleu-Shleu » de Dada Djakaman. Au sein duquel il va sortir de ses gonds de freluquet pour animer la ville à un moment de grande pénurie carnavalesque. Le macadam ayant alors appartenu au « Super 9 »…si Tipyè Bayonne antre nan bann lan, n ap mete l deyò…’’. Et au « Shleu Shleu » de Tikit qui haranguait la foule dans ‘’Krapo ooo’’. Tout en envoyant du caviar à Dada et à sa fillette Joanne. Que de souvenirs !

A star was born. Et Gracia a continué à voguer à l’avant- poste de ce « Shleu Shleu » diminutif qui a fait du club Babaco ex Chez Maxim’s, situé à l’entrée de la route de l’aéroport, son quartier général. Où Tikit extériorisait sa facture rauque aux connotations buissonnières. Mais, tout aussi emballé d’une vocation inébranlable d’artiste, infuse d’insolence et de confidence. Lui ayant permis de gagner le cœur des fans. Dans la foulée, il est venu s’installer dans le bloc, et avec Harold Joseph (Safari, Super 9, Frères Déjean, et, futur System band, Super Stars) ; on a constitué ce ‘’tres amigos’’ toujours à l’affût de quelques envolées nocturnes. Et par le temps qu’on soit aux abonnés absents ; Tikit lui a rallié un « Ambassadeurs » en fin de cycle. Ma foi, pas vraiment ce qu’il lui faut, alors vivant au state.

il s’est établi comme l’anti-Manno.

En fait, quelque temps après, il est allé rejoindre le « Shoogar Combo » avec lequel il va prendre bonne tournure, dans des compositions qui lui permettent de souffler et d’apporter un bémol à ses envolées impromptues. Spécialement Vivine de Blagueur qu’il a repris avec maitrise. Et aussi: Come on people …get your head together/pou nou voye bèl mizik monte….’.’ Démontrant sa nouvelle capacité à se contenir. Un tournant l’ayant catapulté dans l’élite des vocalistes et donc, sous l’attention des groupes plus en vue. D’où son introduction au sein du « Scorpio » à la place de Olson déserté au state ; et, à la demande insistante du maestro Robert Martino. A partir de là, c’est l’ascension de Tikit qui va d’abord s’imposer dans l’album :’’1980’’, pour ensuite prendre de l’ampleur dans le disque : ‘’Gypsy Fever /(Christiane)’’.

Dans cette apogée, il s’est établi comme l’anti-Manno. Ayant même le toupet de rivaliser avec celui qui tournait alors le music-hall antillais sens dessus et dessous ; en porte étendard du « DP Express », l’insatiable locomotive. L’engageant dans des polémiques fielleuses et personnelles aux connotations carnavalesques ; que Timanno a eu la sagesse d’ignorer. Pourtant, les deux vont prendre la porte de la rébellion. Manno, en abandonnant le « DP », et, Tikit lui, en organisant la révolte qui a démis le maestro co-fondateur, guitariste Robert Martino, ainsi que son beau-frère Pierrot Al-khal le manager, pour gloutonnerie administrative. Mais, Jean-Philippe aussi va se rendre compte que dans le domaine règlementaire, nul ne peut se hasarder.

C’est ainsi que Tikit lui aussi, a fait le frais des revendications, en laissant de son côté le « Scorpio ». Puis, en essayant de rebondir dans un certain « Apocalypse », de parcours éphémère, en compagnie du guitariste Ignace ‘’Penm’’ Evans, transfuge du « DP ». Entre les creux de la vague, il est allé avec son maestro apporter du renfort à son ancien groupe le temps d’un carnaval ; devenant entretemps « Scorpio » de Leroy et qui se débrouillait bien sans ses deux piliers. La prochaine étape retrouve Tikit à NY ; où il essaie de refaire surface avec une nouvelle version de « Scorpio La Crème », patronné par ses deux frères entrepreneurs de Brooklyn, Prudent et Prospère Jean Philippe. Cependant, bien de pubs et d’autres avantages n’ont pu sauver ce nouvel ensemble qui n’a pas su décoller.

Puis, reprenant son bâton de pèlerin, il a répondu à l’appel de son ancien maestro Martino, qui de sa nouvelle résidence en Floride voulait regrouper tout le monde du temps « Scorpio », pour une nouvelle aventure. Mais, l’épisode mort-né avec le « Speed Limit », n’a pas fait recette. Et mine de rien, Tikit est retourné à NY avec la tête bourrée de projets. Tout en s’incrustant dans des collaborations avec le « MAS » de Fred Paul et d’autres plans de retour avec Mario de Volcy et Roméro avec lesquels ils élaboraient  ses perspectives, (laissant un répertoire utilisé par le second, notamment avec le « Zin »). Puisque la maladie ne lui a pas donné le temps ; mourant prématurément d’un mal incurable. Ces obsèques célébrées à Brooklyn étaient une occasion pour proches et sublimes de lui faire un dernier salut. Incluant ceux venus d’ailleurs : Tipolis (dcd), Ticlaude Marcelin (venu d’Haïti), Timitou (dcd), que Mario de Volcy (comme toujours), chambrait pour sa taille et son élégance. Et tant d’autres artistes, parents, amis et fans qui étaient là pour montrer combien le passage de Tikit a marqué leur vie.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY