Pleins Feux Sur : Félix « Féfé » Etienne

« Un spécialiste de la basse » | (P-au-P ?)

0
309
Félix « Féfé » Etienne

« Féfé » pour sa part a eu l’opportunité de croître dans une atmosphère pétrie de musique. Particulièrement en grandissant à New York dans un entourage constitué d’Alexandre Etienne, Winston Etienne et bien sûr Tit Pascal qui sont des gages pour son épanouissement. Aussi bien que des sœurs telles Carole et Yannick Etienne qui sont aussi des aspirantes dans le circuit. Tout cet encadrement en plus des apprentissages didactiques dans les H.S Band le confirme en adepte absolu des cordes tapées et futur spécialiste de la contrebasse. Un adhérent imbu de son sujet, au gré d’un jeu imbibant le tout. Avec assez d’éclats pour qu’il soit repéré par le milieu ambiant. Faisant éventuellement ses débuts avec « Les Gypsies » de Queens à l’aurore des années 1970.

Félix est l’heureux élu d’un groupe de musiciens chevronnés qui compose la formation de « Ayizan » avec Tit Pascal, Bouyou Ambroise, Doudou Ciné, Louis Célestin, Edy Bourjoly parmi d’autres.

Agrémentant sa texture feutrée dans une musique ordinaire qui lui laisse peu d’espace à l’improvisation. Pour se retrouver par la suite au sein de la ‘’Troupe Kouidor’’, explorant les facettes du folklore. Et entre multiples randonnées de musicien itinérant qui le placent dans la prospection du jazz et des autres dérivées. En plus des sollicitations dont il est l’objet de diverses tendances musicales toutes éprises de son toucher imperméable. Incluant une collaboration avec Kiki Wainwright dans l’œuvre ‘’ Koleksyon Koukouy’’. Musicien appliqué, il a fait partie de notre entreprenant cercle d’adeptes à la New Muse School of Music comme support du grand disparu Alexandre Etienne. Mais si en avance sur la majorité de la classe sur les questions théoriques et pratiques.

Dans la foulée, il s’est imposé en vrai illustrateur d’un genre éclectique, imprégné de dosages sonores. Aussi teinté d’exactitude et de groove, fort d’une démarche improvisée qui le campent en émancipateur de la basse. Pendant qu’en même temps, ses sœurs Carole et Yannick, qui devient l’épouse du célèbre Dernst Emile ; font leur rentrée sur la scène dans le disque ‘’Aleco’’ du « Skah-Shah », alors arrangé par ce dernier ; dans le morceau ‘’nous deux’’. Pour insinuer que même au gré des connections familiales, Féfé s’est appliqué à différentes orientations. Apportant sa spécialité à dessein des demandes dont il est particulièrement l’objet.

Entre temps, c’est le ras- de marée du genre rasin-fusion qui est de mise. Et évidemment Félix est l’heureux élu d’un groupe de musiciens chevronnés qui compose la formation de « Ayizan » avec Tit Pascal, Bouyou Ambroise, Doudou Ciné, Louis Célestin, Edy Bourjoly parmi d’autres. Dans une approche vodou-jazz qui incorporent multiples paramètres traditionnels Haïtiens aux structures du jazz. Malheureusement qui n’a pas fait boule de neige ; s’apparentant plus à un essai qu’à un projet durable. Eventuellement, Féfé a continué d’entreprendre ses excursions de musiciens ‘’free- lance’’ ; incluant un ‘’gig’’ avec le « Magnum band » ; au nombre des multiples collaborations qui ont jalonné la carrière de ce musicien inspiré et contrebassiste d’envergure.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY