Pas de commission indépendante de vérification!

0
492

bottom_front_pictureSourire aux lèvres, visages détendus et douces paroles, le groupe des 8 candidats à la présidence sans principe, toujours prêts à collaborer, à s’asseoir avec ses frères de classes, se sont rendus à une invitation des membres du Conseil électoral Provisoire pour essayer de résoudre à l’amiable la crise. En d’autres termes, les victimes rencontrent ceux qu’ils accusent de mettre en place les recettes qui ont concocté le vol électoral.

Ces candidats malgré la mobilisation entamée dans les rues, nourrissent l’illusion de résoudre la crise par les négociations, prouvant ainsi une fois de plus qu’ils n’ont jamais confiance dans les masses populaires. C’est ce qui explique qu’ils ont accouru béatement à une réunion à huis clos dans les bureaux du CEP.

La rencontre a débuté peu après 4 heures de l’après-midi et a duré plus de deux heures d’horloge. Étaient présents les candidats à la présidence, Jude Célestin, Moise Jean Charles, Jean Henry Céant, Eric Jean Baptiste, Steven Benoît, Sauveur Pierre Etienne, Samuel Madistin, Mario Andrésol ainsi que les 9 membres du CEP au complet. Il y avait trois points à l’agenda de cette rencontre : une mise en contexte faite par Pierre-Louis Opont ; une discussion sur la mise en place d’une commission indépendante chargée d’évaluer le processus électoral et le dernier point portait sur les questions d’intérêt général.

Selon Samuel Madistin, le candidat à la présidence du MOPOD, porte-parole du groupe des huit candidats à la présidence, « Il y a eu beaucoup d’échanges sur la journée électorale et sur les cas de fraudes qu’on a dénoncés ».

Madistin a également fait savoir que « … les conseillers se sont rendus compte de la gravité de la situation et le président du CEP a dit que vu l’importance de la décision à prendre, il ne peut pas l’annoncer immédiatement, indiquant que le Conseil va se réunir avant de communiquer sa décision. » 1

Pour le G8, cette Commission d’enquête doit être composée de 5 membres dignes de confiance, désignés par des secteurs crédibles. Juste après la rencontre, au cours d’un point de presse, le candidat de la plateforme Pitit Dessalines Moïse Jean-Charles a indiqué : « Nous allons continuer avec la mobilisation et nous avons dit au Conseil qu’il est responsable des cas de fraudes et d’irrégularités »

A la fin de la rencontre le président du CEP a promis qu’une réunion du Conseil d’administration devra statuer sur la possibilité de former une commission indépendante.

Ce même lundi, le parti Ayisyen tèt kale a banalisé la position des candidats à la présidence contestant le Conseil électoral qui place Jovnel Moïse en première position.

Le CEP qui n’a pris aucune décision durant la réunion, s’est réuni après la rencontre, en séance plénière, et dans la nuit du 16 au 17 novembre, il a affirmé dans une note publiée « ne pas pouvoir donner suite à la proposition des huit candidats à la présidence, consistant à la mise sur pied d’une commission indépendante pour statuer sur les élections du 25 octobre. Le décret électoral ne dispose pas de provisions à cet effet »

Toutefois, pour tourner en dérision le G8, le Cep dit réitérer l’engagement pris lors de cette rencontre « de faire tout ce qui est nécessaire à l’amélioration du processus électoral ». Une autre peau de banane sur laquelle «les huit» vont glisser allègrement. Quelle misère !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY