Maude Leblanc, d’Haïti Progrès, est décédée

1
258
Marie Maude Leblanc

(English)

Marie Maude Leblanc, doyenne des membres de l’hebdomadaire socialiste Haïti Progrès, est décédée de cancers du poumon et du cerveau le 25 janvier 2024 à l’âge de 69 ans.

Née le 31 août 1954 à Port-au-Prince, elle a passé la majeure partie de sa vie hors d’Haïti, mais s’est toujours consacrée au changement social radical dans son pays d’origine.

Aînée de Léonvil Leblanc, l’un des principaux dirigeants syndicaux d’Haïti dans les années 1960, elle a développé dès son enfance une compréhension approfondie de la dynamique politique, devant fuir Haïti à l’âge de 10 ans avec sa mère et ses deux frères et sœurs plus jeunes pour la République Dominicaine, où son père avait fui un an plus tôt.

Là, elle a vécu l’invasion du pays par les marines américaines d’avril à septembre 1965, domiciliée dans le quartier même de Saint-Domingue où ont eu lieu les combats les plus violents et les plus meurtriers. Elle avait l’habitude de décrire à ses collègues d’Haïti Progrès comment un cessez-le-feu était décrété à midi pendant la guerre. Elle, sa famille et ses voisins s’aventuraient dans les rues jonchées de balles, contournant les cadavres et les décombres des bâtiments, pour aller chercher de la nourriture et de l’eau. Une heure plus tard, un coup de sifflet retentissait et les combats reprenaient.

De telles expériences et l’activisme de son père ont sûrement forgé le côté dur de son caractère, tandis que sa mère, toujours religieuse et exubérante, Lamercie Leblanc, a probablement fait ressortir son côté optimiste, encourageant et attentionné, qui rendait les rigueurs du travail à court d’argent, à l’hebdomadaire haïtien radical, d’autant plus facile à supporter pour ses camarades. Son rire rapide et mélodieux, ses conseils et idées réfléchis, ainsi que les playlists de Sylvio Rodriguez ont fait d’elle le « potomitan » (pilier central) du bureau de New York d’Haïti Progrès pendant près de 40 ans.

Après avoir passé trois ans sans ses parents dans un internat catholique en République dominicaine, Maude et ses frères et sœurs se sont rendus à New York au début des années 1970 pour rejoindre leurs parents.

Elle a fréquenté le Hunter College, où elle est devenue active au sein de l’Association des étudiants haïtiens de la CUNY et a enseigné des cours d’anglais comme langue seconde aux immigrants haïtiens à l’église catholique St. Matthew’s sur Eastern Parkway à Brooklyn.

La fin des années 1970 et le début des années 1980 ont été une période grisante pour les Haïtiens progressistes. La dictature des Duvalier commençait à s’effondrer et la plupart des étudiants se laissaient emporter par la ferveur politique de l’époque.

​ Maude a été recrutée dans le Mouvement de libération d’Haïti (MHL), dirigé par Ben Dupuy, un révolutionnaire communiste dynamique décédé en avril 2023. Elle a fait partie d’un mouvement étudiant progressiste appelé Idées, a contribué à la fondation de l’Association des travailleurs haïtiens (ATH) et puis en 1983 a rejoint l’hebdomadaire Haïti Progrès, où elle passe des centaines d’heures à taper des articles sur une machine à composer géante et bruyante, travaillant en étroite collaboration avec Dupuy et l’institutrice française Jeanie Loubet, dont l’écriture tranchante et élégante définit la devise politique du «  Journal qui offre une alternative ». Elle a également réalisé de nombreuses voix off dans le film primé de 1983, Canne Amère, produit par certains de ses camarades d’Haïti Progrès.

Au cours des quatre décennies suivantes, Maude a travaillé principalement à Brooklyn, New York, avec des séjours occasionnels en Haïti, où elle produisait l’hebdomadaire.

​ Durant cette période, elle a subi de nombreuses épreuves et pertes. En 1995, Jeanie Loubet et l’ancien prisonnier politique Jacques Magloire quittent Haïti Progrès. En 2006 et 2007, plusieurs rédacteurs d’Haïti Progrès quittent le journal pour lancer un autre hebdomadaire, Haïti Liberté. En 2012, Maude et son compagnon de vie et âme sœur, Georges Honorat, rompent politiquement avec Dupuy, l’expulsant d’Haïti Progrès et du Parti Populaire National (PPN). Un an plus tard, en 2013, un homme armé à moto a abattu Honorat devant son domicile à Port-au-Prince, ce qui était probablement un assassinat politique, mais toujours non résolu. Un an plus tard, en 2014, Harry Numa, un autre ancien dirigeant du PPN et ami cher, se noie après que sa voiture soit tombée dans une rivière à Jérémie dans la nuit.

Malgré ces coups durs, Maude a persévéré, produisant le journal avec des écrivains aux États-Unis et en Haïti.

Cependant, fin 2023, des années de tabagisme incessant l’ont rattrapée, même si elle a arrêté de fumer, il y a près de dix ans. On lui a diagnostiqué un cancer du poumon de stade 4, qui s’est ensuite propagé à son cerveau.

Parlant couramment quatre langues, amoureuse de romans policiers et talentueuse organisatrice d’activités, la personnalité pétillante mais réfléchie de Maude s’associe à sa compétence et à sa persévérance pour faire d’elle une leader extraordinaire, malgré ses manières modestes et réservées. Surtout, son indéfectible engagement et ses sacrifices en faveur d’un changement social radical lui ont permis de devenir l’un des géants des acteurs politiques de sa génération.

Dans un communiqué de presse du 30 janvier, Haïti Progrès écrivait que : « Femme dévouée et aimante, elle était le cœur, le soutien et l’équilibre de toute l’équipe. Faisant preuve d’un grand optimisme, elle ne baissait jamais les bras et apportait force et dynamisme à tous ceux qui la côtoyaient ».

La nécrologie produite par sa famille indique que la belle-sœur de Maude l’a interviewée en 2009. Maude a décrit son parcours comme « des années d’apprentissage intellectuel, mais il y a l’expérience réelle de les vivre autant que possible, car tout se résume: à chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. »

Elle laisse dans le deuil son frère Myrthon (Milton) et sa sœur Marie France (Francia), sa belle-sœur Nadine, ainsi que de nombreux neveux, nièces, petites-nièces et petits-neveux.

Une visite et un service auront lieu le vendredi 2 février 2024 à partir de 10 h à la maison funéraire Frank R. Bell, 536 Sterling Place à Brooklyn, NY 11238. Tél. 718-399-2500.

En Haïti, un mémorial aura lieu le même jour à l’hôtel Galata Inn, 57 Rue Capois à 10 heures.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here