Marche contre l’insécurité !

0
816
A l'occasion du 35e anniversaire de la Constitution de 1987, la population a manifesté dans les rues contre l’insécurité et les kidnappings et également le pouvoir de facto du Premier ministre Ariel Henry.

Dans le cadre du 35e anniversaire de la Constitution de 1987, le 29 mars 2022, des organisations de la société civile dont le Collectif du 4 décembre 2013 en ont profité pour appeler à une grande marche contre l’insécurité et les kidnappings sévissant dans le pays et également pour dénoncer le pouvoir de facto du Premier ministre Ariel Henry.

Cette mobilisation a eu lieu dans plusieurs autres villes à part la capitale, particulièrement dans la commune de Carrefour, la ville des Cayes et Jacmel avec l’unique objectif de forcer le gouvernement à agir pour que la route de Martissant reliant Port-au-Prince et plus de quatre départements soit accessible à la population.

Dans la commune de Carrefour, les riverains ont marché pour protester contre l’insécurité grandissante

Les écoles ont gardé leurs portes fermées, à Port-au-Prince et ses environs. Des activités commerciales de certaines entreprises ont été paralysées notamment à Delmas et le transport en commun a été grandement perturbé.

A Port-au-Prince, c’est au Champ de Mars, sur la place de la Constitution, que le rassemblement a eu lieu à partir de 9h00 du matin. Et aux environs de 10:00, la marche a démarré, entrainant une foule immense, passant par la rue Capois, pour atteindre l’avenue John Brown (Lalue), l’avenue Poupelard en direction de l’avenue Martin Luther King (Nazon) pour se rendre au carrefour de la résistance  (carrefour des routes de Delmas et de  l’aéroport international de Port-au-Prince).

De nombreux partis et organisations politiques ont apporté leur plein soutien à ce mouvement et en ont profité pour demander le départ du premier ministre Ariel Henry.  Sur des pancartes on pouvait lire « Aba kidnapping », « Aba Ariel, Ariel lage pye w », « Aba lavichè ». « Si n pa voye Ariel Henry ale, n ap mouri wi. Aba kidnaping ».

Les manifestants en nombre imposant ont envahi aux Cayes l’aéroport Antoine Simon et pris en otage un avion

Les manifestants ont pris la route de Bois-Verna pour retourner au même endroit où la marche a démarré pour prendre fin au Champ de mars sur la place de la constitution.

Dans la commune de Carrefour, les riverains ont marché pour protester contre l’insécurité grandissante et qui n’épargne personne.

A Jacmel, la population n’est pas restée indifférente à la mobilisation. Dans ses revendications, elle a demandé au Premier ministre Ariel Henry de rendre des comptes de sa gestion à la tête du pays et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre un terme à l’insécurité.

Cet avion appartenant à la Compagnie Aérienne AGAPE a été par la suite incendié

Aux Cayes dans la 3eme ville du pays, des citoyens ont manifesté contre l’insécurité et pour dire NON au kidnapping. Selon un bilan partiel, une personne a été tuée d’une balle à la tête et plusieurs autres ont été blessées lors d’une tentative d’intervention de la police pour éviter la prise d’assaut de l’aéroport. Les manifestants en nombre imposant ont finalement envahi l’aéroport Antoine Simon, ils ont emporté, puis incendié un avion appartenant à la  Compagnie Aérienne AGAPE dans la ville des Cayes qui se trouvait sur le tarmac de cet aérodrome.

Le chef de facto de la Primature Ariel Henry, dans un tweet a réagi ainsi sur cet incident « Je condamne, énergiquement, les violences de manifestants ayant abouti à l’incendie d’un avion, à l’aéroport des Cayes »

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here