Manifestation devant le Palais National Dominicain !

Forte manifestation devant le Palais National Dominicain en défense de l'environnement

1
1426
Des organisations populaires dominicaines de toutes les régions du pays s'étaient réunies le 4 juin 2023 devant le Palais National pour protester contre la privatisation de l'eau et la déprédation de l'environnement

A l’appel du Réseau Socio-environnemental et de la Coordonnatrice Populaire Nationale, ainsi que de dizaines d’organisations, plus de deux mille militants associatifs, environnementaux, sociaux et populaires de toutes les régions du pays se sont réunis le 4 juin devant le Palais National pour protester contre la déprédation de l’environnement promue par le gouvernement national main dans la main avec le capital national et transnational. La colère et l’indignation populaires se sont fait sentir dans des slogans tels que « L’eau vaut plus que l’or ! », « Non à la privatisation de l’eau ! », « Dehors la barge des Noirs d’Azua ! » et « Loma miranda, parc national! ».

Lors de la manifestation, organisée dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement, divers dirigeants de luttes environnementales de tout le pays ont pris la parole pour exposer la déprédation atroce que le ministère de l’Environnement dirigé par Ceara Hatton a validé et promu, dans le cadre de la politique de privatisation et de reddition du gouvernement actuel.

L’écologiste et universitaire Luis Carvajal a prononcé un discours dans lequel il a mis en garde contre les menaces qui pèsent sur le peuple dominicain en vue de l’intention d’avancer davantage dans la privatisation de l’eau, d’augmenter l’exploitation minière et de détruire les forêts et les zones protégées pour générer des profits privés au détriment du bien-être général des générations actuelles et futures.

Grande protestation des travailleurs dominicains

A travers un manifeste, lu comme l’acte de clôture de la contestation, signé par plus d’une cinquantaine d’organisations, les principales revendications et doléances du mouvement social et environnemental ont été présentées au gouvernement. Les organisations ont reproché au président Luis Abinader de prétendre livrer le pays aux élites financières et commerciales et de le diriger “sur la voie de la destruction morale et physique”.

« Nous produisons la richesse de la nation, nous sommes responsables de maintenir ce pays debout et nous exigeons que nous soyons respectés, nous ne demandons pas de faveurs, nous exigeons les droits sociaux et environnementaux de nos communautés et de nos populations », ont-ils déclaré, tout en ajoutant que le gouvernement et les élites patronales n’écoutent pas les travailleurs. « La recherche du profit d’un petit groupe insatiable qui s’enrichit aux dépens de la majorité ne peut pas empoisonner un pays entier avec du charbon, du mazout, des barges et des projets énergétiques polluants, coûteux, corrompus et clairement nocifs, tout en en même temps, des freins sont mis aux énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien, moins chères et plus respectueuses de l’environnement », ont-ils dénoncé.

« Nous proposons un modèle socio-économique basé sur l’agriculture, l’agro-industrie, le tourisme communautaire, les énergies renouvelables, où les sources d’eau, les emplois productifs, les droits des personnes, les ressources naturelles et l’environnement sont préservés », ont-ils déclaré. Sa longue liste de revendications démontre l’échec du gouvernement en matière environnementale et son énorme dette sociale.

Entre autres mesures, ils ont exigé l’annulation du projet hydroélectrique Las Placetas à San José de Las Matas et La Sierra ; refuser l’autorisation à la transnationale Gold Quest d’exploiter l’or à San Juan de la Maguana et arrêter les activités d’Uni Gold in Restoration et de la Northwest Line. Ils ont exigé l’annulation de l’exploitation des barges polluantes à Playa Los Negros, Puerto Viejo Azua, installées avec un permis environnemental truqué.

Les manifestants ont dénoncé le président Abinader contre l’oppression et la violence que subissent les femmes et les travailleurs immigrés haïtiens

Ils exigent la relocalisation des victimes de Barrick Gold actuellement menacées par la digue à résidus d’El Llagal et l’arrêt de la construction de la nouvelle digue à résidus, qu’ils considèrent comme illégale. Déplacer le barrage hydroélectrique Dos Ríos à Santiago Rodríguez et l’aqueduc multiple de la province, et récupérer la réserve naturelle de la lagune de Saladillo, entre Montecristi et Dajabón. Que l’impunité pour la corruption à Punta Catalina cesse et que ses activités polluantes et qui contribuent au phénomène du réchauffement climatique cessent.

En outre, ils exigent que Loma Miranda soit déclarée parc national, que la rivière Camú et la colline Guaguí à La Vega soient protégées. Annuler le projet hydroélectrique privé sur la rivière Masipedro à Bonao et forcer la société impérialiste Falconbrigde à se conformer à la loi et à placer des filtres dans ses cheminées. Ils exigent la fin et sanctionnent la fraude immobilière et la destruction environnementale du projet illégal Bucanyé des capitalistes espagnols du groupe Ebro, à Pedernales, ainsi que la cessation de la complicité du ministère de l’Environnement et de la Direction générale des Alliances public-privé.

Arrêtez la déprédation minière par Belfond et d’autres entreprises à Bahoruco Oriental, car elles endommagent les sources d’eau, l’agriculture et le tourisme dans la région. Auditer et terminer le barrage de Monte Grande et ses travaux complémentaires. Que la sucrerie de Barahona soit cédée aux communautés organisées de la région d’Enriquillo et que les terres de l’État et de la réforme agraire usurpées par le Central Sugar Consortium (CAC) soient récupérées. Déclarer d’utilité publique les terres en conflit dans la Province d’El Seibo et reconnaître la propriété des paysans pèlerins.

Le cas du bébé d’une immigrante haïtienne resté pendu à la porte d’un camion de la DGM a été dénoncé dans la déclaration finale

Déplacez les paysans qui plantent dans le Parc National Los Haitises et arrêtez la répression militaire. Restaurer le parc national Manuel Aurelio Tavares Justo. Mettre fin à la complicité du gouvernement avec les granceras qui détruisent les rivières du pays. Ils ont également exprimé leur solidarité avec les luttes sociales face à la vie chère, le manque d’accès à une santé publique de qualité et à la sécurité sociale, appelant à l’arrêt des affaires de l’ARS et de l’AFP, et rejeté l’oppression et la violence que subissent les femmes et les travailleurs immigrés, comme on l’a vu récemment dans le cas du bébé resté pendu à la porte d’un camion de la DGM alors que sa mère qui le tenait à travers une grille du véhicule restait arbitrairement détenue à l’intérieur. De même, la dénationalisation et l’apatridie qui touchent des milliers de Dominicains d’origine haïtienne ont été rejetées.

Enfin, ils ont annoncé l’appel dans les prochaines semaines à une Assemblée nationale populaire pour les droits sociaux et environnementaux pour délibérer et adopter des actions plus énergiques sur l’ensemble du territoire national, au cas où le refus du gouvernement et des élites d’entendre les revendications populaires se poursuivrait.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
4 juin 2023

HTML tutorial

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here