L’impérialisme canadien en Haïti

0
555
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Joe Biden en mars 2022.

Diriger une intervention pour restaurer la classe dirigeante d’Haïti. Ceci est la première partie d’une série sur l’impérialisme canadien en Haïti, contre la lutte des organisations populaires haïtiennes pour se libérer de l’occupation occidentale.

 

Le 2 avril, un groupe de solidarité haïtien nommé « Debout pour la dignité » a manifesté devant le bureau du premier ministre Trudeau à Montréal.

Leur principale demande est que le Canada intervienne en Haïti. Le président de l’organisation, Wilner Cayo, s’est adressé aux 200 manifestants – tous membres de la diaspora haïtienne. Selon un reportage du Journal de Montréal, il a dit aux manifestants qu’ils veulent un « engagement sérieux » du gouvernement canadien » et que « le Canada peut faire la différence ».

Joseph Flaubert Duclair, membre de Debout pour la Dignité, a déclaré à un journaliste du Journal de Montréal « nous ne voulons pas une invasion militaire, mais une force opérationnelle qui intervient au coup par coup ». Duclair croit que « le Canada doit faire cela, nous ne faisons pas confiance aux autres pays ».

L’approbation par Debout pour la Dignité d’une intervention dirigée par le Canada en Haïti ne reflète pas nécessairement les opinions d’une majorité de la diaspora haïtienne du Canada. Il y a seulement sept mois, plusieurs dirigeants de la communauté ont dit à Marisela Matador du Toronto Star qu’ils étaient contre une intervention. Chantal Ismé, vice-présidente de l’organisation communautaire Maison d’Haïti et membre de la Coalition haïtienne au Canada contre la dictature en Haïti, a déclaré que la plupart de la communauté haïtienne de Montréal s’oppose à une intervention militaire étrangère. Jean Ernest Pierre, propriétaire et animateur de CPAM 1410 – une station de radio de langue française desservant principalement la communauté haïtienne de Montréal, a fait écho à l’opposition d’Ismé en disant que “l’intervention et l’occupation militaires étrangères n’ont jamais aidé Haïti et n’ont fait que causer plus de mal”.

Reflétant le débat qui se déroule au niveau international, la diaspora haïtienne a des opinions variées sur la question de savoir si une intervention étrangère en Haïti contribuerait à aggraver la crise là-bas.

Comprendre le cadre d’une intervention et d’une occupation d’Haïti

Suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021, le Premier ministre par intérim Claude Joseph a pris le pouvoir. Le successeur de Joseph, Ariel Henry, avait déjà été nommé par Moïse, mais n’avait pas encore prêté serment au moment de l’assassinat. Washington et le CORE groupe, dont le Canada est membre, ont décidé que le Dr Ariel Henry devrait être le chef du gouvernement et l’ont installé comme Premier ministre de facto d’Haïti par un tweet le 17 juillet 2021 lié à une courte déclaration du CORE Group, qui a été consciencieusement affiché par le BINUH, le Bureau des Nations Unies en Haïti.

Cette décision a démontré le statut actuel d’Haïti en tant que néo-colonie, dirigée par le gouvernement américain et ses alliés du CORE groupe. La nomination d’Henry par les puissances néocoloniales était en soi une intervention. C’était aussi une action de maintien pour permettre à Washington et au CORE groupe d’organiser un cadre d’intervention, tout en aggravant la crise d’insécurité et de pauvreté à l’intérieur d’Haïti par le biais de la corruption et des tactiques dilatoires d’Henry. Henry, qui n’a pas de mandat populaire, a demandé cette intervention le 9 octobre 2022. Cette demande a été soutenue par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Le cadre proposé par Guterres dans une lettre du 8 octobre 2022 au Conseil de sécurité propose deux options. La première, une “force militaire spéciale” dont le but serait de rétablir l’ordre dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Deuxièmement, « l’appui à la Police nationale d’Haïti (PNH) » sous la forme de « conseillers », d’équipements, de formation, d’armes et de munitions.

La ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly à Ottawa en mars 2022.
Photo: Adrien Wyld

Les efforts pour simplement envahir et occuper Haïti ont été bloqués au Conseil de sécurité par la Russie et la Chine. Cela faisait suite aux efforts concertés de l’Alliance noire pour la paix et d’Haïti Liberté pour faire pression sur les gouvernements des deux pays afin de bloquer les efforts des États-Unis et de l’ONU pour envoyer une «force militaire spéciale». Ces deux organisations ont effectivement relayé ce que le peuple haïtien a clairement exprimé à maintes reprises : Non à une autre intervention militaire étrangère !

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, l’a confirmé dans un commentaire fait lors d’une entrevue avec Daniel Thibeault de RDI sur “Les Coulisses du Pouvoir”. Joly a déploré que “le problème avec l’ONU en ce moment est que le Conseil de sécurité est paralysé parce que la Chine et en particulier la Russie bloquent toute forme de travail qui peut être effectué via le Conseil”. Cela a mis en évidence le soutien diplomatique du Canada à la demande d’intervention du chef de facto, malgré le manque de soutien d’Henry et un mandat populaire.

Dans une lettre du 8 octobre 2022 au Conseil de sécurité, Guterres explique que « la Police nationale haïtienne est dispersée ». Selon Guterres, “quelque 13 000 agents seraient affectés à des activités de maintien de l’ordre” en Haïti. Il est important de noter que « seul un tiers serait opérationnel et assumerait des fonctions de sécurité publique à un moment donné ».

Le nombre d’agents de la PNH serait tombé entre 9 000 et 10 000. L’ONU calcule qu’Haïti a un ratio de policiers par rapport à la population de 1,06 policiers pour 1 000 habitants. C’est près de la moitié du ratio international suggéré par l’ONU de 2,2 pour 1 000.

Il est entendu qu’un nombre important d’officiers sont redevables à des gangs criminels, travaillent comme sécurité personnelle pour des politiciens corrompus ou collaborent avec des brigades de vigilance en dehors de la structure de commandement de la PNH.

Décrivant par inadvertance les risques d’un «soutien impérialiste à la PNH» dans le Washington Post du 2 décembre 2022, l’ancien ambassadeur des États-Unis en Haïti a appelé l’administration Biden à envoyer «2 000 forces de l’ordre armées» en Haïti. Pour éviter l’optique de milliers de forces de l’ordre américaines armées débarquant en Haïti, elle propose que les États-Unis “en envoient quelques centaines à la fois, pendant six mois, avec peu de fanfare”.

Si le « soutien à la PNH » devient un flux lent mais régulier d’officiers et de militaires étrangers en Haïti, les officiers étrangers pourraient facilement égaler ou dépasser en nombre le personnel actuel de la PNH, conduisant à une occupation étrangère sous un nom différent. Ce «soutien» peut être qualifié de dirigé par les Haïtiens, car une poignée d’agents de la PNH auraient sûrement un rôle symbolique dans les opérations de police «anti-gang».

La réalité est qu’une “force internationale” de 3 000 à 5 000 hommes conduirait certainement des officiers étrangers à avoir un effet significatif et direct sur la vie quotidienne en Haïti. Le « soutien à la PNH » est simplement une intervention militaire étrangère sous un autre nom.

Le ministre Joly a confirmé avec désinvolture comment un prétendu soutien à la police haïtienne peut fonctionner comme un double langage politique pour l’occupation et l’oppression. “Le Canada est toujours un chef de file sur la question d’Haïti”, a-t-elle déclaré, ayant “contribué à la formation des policiers pendant des années”. Joly ignore ou oublie que la formation policière à laquelle elle fait référence impliquait que la GRC ait été amenée en Haïti pour former des agents de la PNH immédiatement après le coup d’État de 2004 contre le président démocratiquement élu Jean Bertrand Aristide. Aristide a remporté plus de 90 % du vote populaire lors des élections de 2000, tandis que des milliers de candidats Fanmi Lavalas (FL) ont également été élus à divers postes gouvernementaux. La plupart d’entre eux ont également été renversés lors du coup d’État.

Une enquête menée par les auteurs Nik Barry-Shaw et Dru Oja Jay a révélé que la GRC « a fourni une formation et un contrôle à la nouvelle Police nationale d’Haïti, qui a ramené de nombreux membres de l’armée nationale redoutée qui avait été dissoute par Aristide ». Cela fait suite au rôle actif du Canada dans le coup d’État qui «a plongé Haïti dans la violence et le chaos dont il ne s’est pas encore remis».

Leur enquête montre que la police haïtienne formée par la GRC était «souvent accompagnée de soldats américains et canadiens et plus tard des forces des Nations Unies» alors qu’elle «se lançait dans une série d’incursions dans les quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince». La PNH « a tué des civils innocents, emprisonné des dissidents politiques sans inculpation et poussé les principaux partisans d’Aristide à se cacher ou à s’exiler ».

Lorsqu’il est devenu clair pour Washington et le CORE Group fin 2022 que toute tentative d’intervention militaire serait rejetée par le peuple haïtien et bloquée au Conseil de sécurité, la deuxième option de Guterres pour intervenir en Haïti a été acceptée : « Soutenir la PNH » par la vente d’armes, d’équipements militaires, de véhicules militaires, de formations et de « conseillers » militaires et policiers. Comme l’a expliqué Joly, « la situation en Haïti s’est aggravée et justifie l’approche du Canada de renforcer la Police nationale d’Haïti ».

En d’autres termes, le soutien du CORE groupe au Premier ministre Ariel Henry a fait croître l’insécurité et la violence des gangs armés à un tel degré qu’une intervention étrangère sous une forme ou une autre semble inévitable.

Qui dirigera l’occupation d’Haïti ?

Washington et le CORE groupe ont eu du mal à trouver un leader national prêt à mener une intervention en Haïti, seule une poignée de pays des Caraïbes et d’Afrique proposant de fournir du personnel ou des soldats pour soutenir la PNH.

Les efforts de l’ONU et de Washington pour trouver une nation prête à mener une intervention armée ont jusqu’à présent échoué. Même le Premier ministre canadien Justin Trudeau a, jusqu’à présent, refusé le rôle. Au lieu de cela, il a essayé de trouver un dirigeant de la CARICOM pour le faire lors du récent sommet semestriel des dirigeants de l’organisation. Il s’est fait grignoter par une poignée de dirigeants caribéens, dont le Premier ministre jamaïcain Andrew Holness.

Tout en étant disposé à s’impliquer dans les négociations avec Ariel Henry et divers groupes politiques et de la société civile rivaux, Holness n’a pas pu rassembler suffisamment de personnel et d’expertise pour mener l’intervention.

Quelques semaines plus tard, le président américain Joe Biden effectuait sa première visite au Canada. En tête de l’ordre du jour, Haïti. Trudeau a de nouveau évité l’appel à mener une intervention en Haïti. Après avoir dit aux médias que « le Canada est prêt à aider », Trudeau a promis 100 millions de dollars supplémentaires pour la PNH et a déployé deux navires de guerre de classe Kingston pour « faire de la reconnaissance » le long de la côte d’Haïti. Cela a suivi le Canada qui a fait voler un avion espion militaire au-dessus d’Haïti, soi-disant pour faire de la reconnaissance sur les activités des gangs. De plus, le Canada a organisé la vente de certains véhicules blindés à la PNH, et d’autres sont en cours. L’ambassadeur du Canada en Haïti, Sébastien Carrière, a résumé les mouvements comme « un important déploiement militaire ».

La livraison initiale de véhicules blindés a contribué à briser le blocus du terminal pétrolier de Varreaux en novembre 2022.

Les chefs militaires canadiens ont clairement indiqué qu’ils n’avaient pas les ressources nécessaires pour mener une mission en Haïti, ce qui rend ce scénario peu probable.

De plus, le calendrier proposé pour une intervention en Haïti est irréaliste, le général canadien à la retraite Tom Lawson faisant cette évaluation sans ambages à Matt Galloway sur l’émission The Current de CBC Radio : un crochet à tout pays qui pourrait diriger ou contribuer à une force là-bas. On ne parle pas de six mois. Nous ne parlons pas de quelques années. Nous parlons probablement de cinq à 10, 15 ans parce que nous parlons d’édification de la nation. Il ne s’agit pas d’établir une zone sûre et sécurisée pour que le gouvernement puisse maintenant s’acquitter de ses tâches. Nous parlons d’un gouvernement qui ne fonctionne pas… Et c’est en termes de décennies, comme nous l’avons vu en Afghanistan et en Irak.

Les observations de Lawson soulignent comment le «soutien» à la PNH ne fait que couvrir ce qui allait devenir une autre occupation étrangère d’Haïti.

Diriger une force d’occupation en Haïti pendant une décennie ou plus, avec une population hostile aux troupes étrangères, contre des gangs intégrés à la géographie et aux populations de Port-au-Prince, est probablement désagréable pour Trudeau, qui doit être conscient de cette évaluation .

Trudeau a sans aucun doute été informé de la force d’occupation de l’ONU de 2004 à 2017, la MINUSTAH. Son mandat initial était de six mois mais a été prolongé de plus de 12 ans.

Le Premier ministre Trudeau a créé avec enthousiasme une liste de politiciens haïtiens sanctionnés, de soi-disant chefs de gangs et de «chefs d’entreprise». Ce régime de sanctions a été entièrement performatif. Les quelques Haïtiens sanctionnés qui ont de l’argent ou des biens au Canada n’ont pas encore vu ces sanctions appliquées. Plus important encore, la grande majorité des dirigeants et politiciens haïtiens ciblés ont leur argent et leurs investissements aux États-Unis.

Avant l’annonce de l’accord du 21 décembre d’Henry l’année dernière, il semblait que ces sanctions étaient conçues pour aligner la classe politique et le secteur des affaires haïtiens fracturés sur les diktats de Washington. Ces sanctions n’ont pas menacé le pouvoir d’Henry. Lors de sa visite à la réunion semestrielle des dirigeants de la CARICOM, il a expliqué à VOA Kreyol que les sanctions lui avaient été “utiles”.

 

 

  • Une version antérieure de cet article a été publiée pour la première fois par The Canada Files. Travis Ross est un enseignant basé à Montréal, Québec. Il est également co-rédacteur en chef du projet d’information Canada-Haïti sur canada-haiti.ca. Travis a écrit pour Haïti Liberté, Black Agenda Report, TruthOut et rabble.ca. Il est joignable sur Twitter.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here