L’impérialisme canadien en Haïti (3)

0
482
Trois hommes transportant un présumé bandit. Le mouvement Bwa Kale poursuit des présumés membres de gangs criminels à Port-au-Prince et dans les villes de province

Partie 3 : Bwa Kale et la campagne de propagande financée par les États-Unis contre les opposants au néo-colonialisme. Ceci est la dernière partie de The Canada Files sur l’impérialisme canadien en Haïti contre la lutte de la base haïtienne pour se libérer de l’occupation occidentale.

Bwa Kale est un soulèvement spontané et sans chef contre les gangs.

Selon le journaliste Dan Cohen : “Le terme ‘Bwa Kale’ signifie littéralement ‘bois pelé.’ Il fait référence à l’outil utilisé dans une forme sévère de châtiment corporel dans certains foyers haïtiens et reflète non seulement la volonté de ses participants d’identifier, d’attraper, et tuer les criminels violents qui ont longtemps terrorisé le pays avec des enlèvements, des extorsions et des meurtres, mais aussi d’employer les mêmes méthodes de violence horribles du gang criminel contre la population.

Bwa Kale a également réussi. Selon des informations, les enlèvements en Haïti sont tombés à zéro depuis le début du mouvement il y a 10 semaines fin avril. Selon un récent rapport du groupe de défense des droits de l’homme, le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH), Bwa Kale n’a « entraîné aucun enlèvement entre le 24 avril et le 24 mai ». Le rapport du CARDH poursuit en soulignant que « le mouvement « Bwa Kale » a produit en un mois seulement des résultats probants et visibles ; la peur a changé de camp. Les enlèvements et les meurtres liés aux gangs ont chuté de façon drastique.

Alors que Bwa Kale est un mouvement sans chef, certains dirigeants locaux ont émergé pour encourager et armer la population afin de former des brigades de vigilance et de combattre les gangs, souvent en coordination avec les policiers locaux. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent des machettes produites et distribuées.

Jean Ernest Muscadin, commissaire du gouvernement dans la commune de Miragoâne, dans la péninsule sud d’Haïti, en est un exemple. Muscadin encourage les citoyens à s’armer de machettes et à affronter les gangs. Il a également procédé à des exécutions sommaires de membres présumés de gangs.

D’autres leaders sociaux ou communautaires ont également commencé à émerger. Un rapport récent d’Al Jazeera a identifié deux leaders sociaux, Jean Baptist Kenley du quartier de Solino et un autre leader présenté comme “Emanuel” de Bel Air. Tous deux ont encouragé les gens à rejoindre le mouvement Bwa Kale.

À l’intérieur de Port-au-Prince, Jimmy Cherizier, l’ancien flic et porte-parole des Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés (FRG9), dirige une alliance de brigades de vigilance armée anti-gangs. Alors que des dirigeants comme Muscadin n’ont pas de message politique particulier, Cherizier a appelé au renversement de la bourgeoisie haïtienne et de ce qu’il appelle leur “système puant et pourri”. Au lieu de “5% contrôlant 85% de la richesse de la nation”, il appelle à un système où les ressources d’Haïti sont partagées par tous. Décrit comme “Aristide avec une arme à feu”, les revendications de Cherizier portent sur l’eau potable, la nourriture, l’emploi, les infrastructures, les hôpitaux, les cliniques et l’éducation.

Cherizier a été ciblé par le RNDDH, le FJKL et d’autres organisations soutenues par Washington dans une campagne de diffamation le liant à des massacres présumés. Ces accusations ont été complètement démystifiées dans la série documentaire en ligne Another Vision, disponible sur la chaîne YouTube d’Haïti Liberté.

Le cas de Cherizier montre le risque pour les dirigeants potentiels qui émergeront probablement du mouvement Bwa Kale. Ils pourraient également être ciblés par des ONG soutenues par Washington ou des “groupes de défense des droits de l’homme” qui désapprouvent leurs tactiques ou leurs idéologies politiques.

Les médias grand public (MSM) en Occident sont heureux de consommer et de régurgiter des récits simples présentés par des groupes de défense des droits de l’homme comme le RNDDH, sans jamais soumettre leurs revendications à un examen approfondi. Les journalistes HSH se sont jusqu’à présent montrés réticents à faire des recherches qui indiquent que les « leaders des droits de l’homme » comme Pierre Espérance et Marie Yolène Gilles ne sont pas des sources fiables.

Comme l’a noté le journaliste haïtien vétéran André Charlier, « le RNDDH est une organisation politique qui se cache derrière la façade d’une organisation de défense des droits de l’homme ». Cette façade est maintenue grâce au financement de Washington.

Gilles est une ancienne employée du RNDDH qui est partie pour former son propre groupe de défense des droits humains, la Fondasyon Je Klere (The Open Eyes Foundation ou FJKL), également partenaire du gouvernement américain. Le FJKL est cofondé par Samuel Madistin, un politicien devenu défenseur des droits de l’homme, qui s’est présenté à la présidence lors des élections de 2016. Madistin est également avocat et représente Réginald Boulos, un oligarque haïtien. Boulos a financé le Groupe des 184, une coalition de la « société civile » qui a mené le coup d’État de 2004 contre Aristide. Ces organisations diffusent activement de la désinformation à leurs propres fins politiques ou pour servir les intérêts nord-américains.

Le commissaire de Miragoâne, Jean Ernest Muscadin, encourage les citoyens à s’armer de machettes pour affronter les gangs et à procéder à des exécutions sommaires de membres présumés de gangs.

D’autres sites Web tels que Insight Crime et AyiboPost répètent les allégations réfutées portées contre Cherizier. Comme on pouvait s’y attendre, Insight Crime est financé par la Soros ‘Open Society Foundation et le département d’État américain, tandis qu’Ayibopost reçoit de l’argent du NED.

Il n’est pas rare de voir des policiers en uniforme coopérer avec des militants Bwa Kale. Comme l’a fait remarquer Louis-Henri Mars dans une entrevue avec la CBC, « la police, du moins les agents de rue, a beaucoup souffert aux mains des gangs qui les ont tués, et qui ont caché et détruit les corps de ceux qu’ils tuent afin que leurs familles ne soient pas en mesure de leur offrir un enterrement convenable. Ainsi, les agents de rue prennent également les choses en main à bien des égards.

Cherizier a le soutien de nombreux policiers haïtiens. Lorsque Cherizier a été renvoyé de la PNH en 2018 après que lui et d’autres flics aient été accusés de la mort de civils lors d’une descente de police le 17 novembre 2017 à Grand Ravine, il s’est associé à d’autres agents mécontents pour débarrasser leurs quartiers des gangs armés. Il n’est pas surprenant que les flics s’organisent pour lutter contre les gangs criminels locaux, puisque les dirigeants de la PNH ont fait un si mauvais travail pour les éradiquer. Les similitudes avec Bwa Kale sont évidentes – Cherizier, travaillant avec d’autres policiers indépendamment de la structure de commandement de la PNH, s’est organisé avec ses concitoyens pour débarrasser leurs quartiers des gangs criminels armés.

Cherizier a récemment exprimé son plein soutien au mouvement Bwa Kale dans une interview à Haïti Liberté. La direction du G9 avait auparavant hésité à le faire car elle craignait que les Bwa Kale ne soient ciblés par des groupes soutenus par Washington comme le RNDDH.

Cherizier a expliqué que : « Beaucoup de journalistes essaient de faire croire que le mouvement du G9 est derrière [les Bwa Kale] et que c’est un mouvement de bandit à bandit, juste pour discréditer le combat du peuple. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous, au sein du G9, n’avions pas pris de position publique pour soutenir Bwa Kale, car nous savons que le système est si fort et si puissant. Une fois que nous avons pris une position publique pour dire que nous soutenons Bwa Kale, nous craignions qu’ils ne l’utilisent pour faire de la politique avec. Mais nous de la Famille G9 et Alliés, nous soutenons pleinement le mouvement Bwa Kale que le peuple a lancé, car il apporte de nombreux résultats. Depuis le début des Bwa Kale, il n’y a eu aucun enlèvement depuis deux semaines, c’est grâce au mouvement populaire. Donc, nous, au G9, encourageons les gens à ne pas lâcher leur Bwa Kale, à ne pas s’arrêter, pour que les gens continuent à maintenir le mouvement.

En effet, Rosy Ducema du RNDDH a décrit Bwa Kale comme une « spirale de violence ». Ducema encourage les militants de Bwa Kale à remettre les membres de gangs à la police, tout en reconnaissant que “les rares fois où les bandits armés ont été arrêtés, les commissaires du gouvernement, leurs substituts et les juges acceptent des pots-de-vin pour les libérer”. Dans une interview séparée, Espérance a offert le même conseil à la population.

Ces entretiens faisaient suite à un rapport du RNDDH du 9 mai 2023 qui affirmait sans équivoque que les Bwa Kale « ne peuvent pas vaincre » les gangs et que « les autorités de l’État doivent immédiatement prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à toutes les formes de violence », notamment en adoptant « des mesures immédiates », mettre un terme à la spirale de violence en cours » en Haïti.

Espérance semble se préoccuper avant tout d’arrêter un mouvement populaire dans son élan. Il exige que les militants de Bwa Kale remettent leur mouvement aux « autorités de l’État ». Il faut se demander comment Espérance fait la différence entre les autorités étatiques qui financent activement ou soutiennent tacitement les gangs et celles qui ne le font pas ?

Espérance et le RNDDH ont un bilan qui montre qu’ils n’ont aucun problème avec la violence étatique dirigée contre les mouvements populaires. Ce qu’ils contestent, ce sont les mouvements populaires qui menacent la classe politique, à laquelle appartiennent Espérance et ses acolytes.

Il n’était donc pas surprenant qu’Espérance ait récemment diffamé Muscadin comme étant un “membre du G9 qui travaille pour le PHTK”, n’offrant aucune preuve à l’appui de ses affirmations. Il est plus préoccupé par l’éradication de tout nouveau leadership potentiel émergeant des mouvements populaires, car ils menacent potentiellement la légitimité du leadership bourgeois qui a été nourri et soutenu par Washington.

L’ancien policier Jimmy Cherizier dirige les Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés (FRG9), une alliance de brigades de vigilance armée anti-gangs appellant au renversement de la bourgeoisie haïtienne.

Au lieu de cela, Espérance appelle son principal bailleur de fonds – le gouvernement américain – à “retirer son soutien politique et financier” à Ariel Henry et à ceux qui le soutiennent une fois que l’accord du Montana sera “opérationnalisé”. Dans un article pour Just Security, Espérance a expliqué que “les États-Unis et d’autres membres de la communauté internationale doivent faire pression plus fort” pour provoquer une “transition responsable vers la démocratie et une sécurité durable pour Haïti”.

Comme Saint Dic, Espérance ne voit pas le peuple haïtien comme digne d’en appeler au soutien ou à la légitimité. L’objectif des élites qui soutiennent l’Accord de Montana est de tirer parti de l’hégémonie américaine pour déloger le PHTK et reconstituer la bourgeoisie fracturée d’Haïti.

Montana peut-il changer de cap ?

Le fait que de nombreux membres de la diaspora haïtienne ne soient introduits que maintenant dans la coalition de l’Accord de Montana témoigne de la pauvreté des reportages sur Haïti en général dans l’ouest. Cela reflète également le fait que les dirigeants de Montana ont perdu des mois à faire appel à Washington au lieu de renforcer la solidarité en Haïti et dans la diaspora alors que l’insécurité augmentait de façon exponentielle à l’intérieur d’Haïti.

Un changement de direction pourrait-il faire une différence ? Jean Hénold Buteau, l’un des candidats de Montana au poste de Premier ministre par intérim, en inspire certains dans la diaspora. Il est le leader de l’Alternative Socialiste. Son influence au sein de la coalition du Montana semble cependant insignifiante, car l’appel persistant des dirigeants à Washington pour la légitimité est resté ininterrompu pendant près de deux ans. De plus, sa signature sur la lettre ouverte susmentionnée suggère que l’Alternative Socialiste regarde en dehors de la coalition de Montana pour trouver une solution à la crise.

Un retour de Fanmi Lavalas (FL) dans la coalition de Montana les aiderait-il à faire marche arrière et à reconstituer la base large ? Cela semble peu probable. Alors que FL était extrêmement influent dans le passé, sa popularité en Haïti est actuellement considérablement diminuée par rapport à la période de 1990 à 2016.

La base de FL s’est fracturée au cours des dernières années. Premièrement, l’Organisation du peuple en lutte (OPL), anciennement l’Organisation politique Lavalas, s’est dissociée d’Aristide en 1997 en raison de divergences politiques. Ensuite, René Préval s’en dissocie pour former Lespwa. Fanmi Lavalas a continué à perdre des dirigeants de haut niveau tels que Moïse Jean-Charles, qui s’est séparé de FL pour former son propre parti, Platfòm Pitit Desalin (Plateforme des enfants de Dessalines) et Jean Henry Céant qui a fondé le parti politique Renmen Ayiti (Aime Haïti).

Alors que Jean-Bertrand Aristide reste un dirigeant très populaire et chéri, il a clairement fait savoir qu’il ne reviendrait pas en politique. Le comité exécutif actuel de FL est l’ombre de son ancienne gloire, composé de bourgeois comme Maryse Narcisse, qui se sont avérés incapables de construire une plus grande base de partisans à l’intérieur d’Haïti.

Par ailleurs, deux ex-députés qui continuent de représenter FL, Roger Millien et Printemps Bélizaire, ont été accusés de travailler avec des gangs criminels armés. Millien a admis connaître un chef de gang et avoir conduit des membres de gangs à l’hôpital après une fusillade. Bélizaire est un suspect dans le meurtre du journaliste Vladimir Legagneur en 2018 et a été enregistré déclarant en public qu’il « avait incendié des commissariats de police et tué des gens à la machette ».

L’impuissance de FL en tant que force politique a été renforcée lorsque son comité exécutif a retiré ses délégués du CNT de Montana. Depuis lors, ils n’ont formé aucune coalition ni proposé de stratégies ayant recueilli le soutien populaire. FL produit régulièrement des déclarations qui sont consciencieusement traduites et diffusées par les piliers du parti dans les pays occidentaux. Ces déclarations, cependant, sont vagues et clichées.

Par exemple, une déclaration récente de FL, traduite en anglais par le Comité d’action d’Haïti et datée du 23 mars 2023, stipule ce qui suit : « Pour produire des résultats durables, tout projet de transition viable doit être décidé collectivement et réalisé par une équipe crédible en qui par le public. Dans cette transition, il faut la participation active des ressources humaines de la diaspora, aux côtés des ressources locales, afin qu’ensemble nous puissions développer un projet de société pour les 25 prochaines années par des Haïtiens pour Haïti.

FL est également d’accord avec la stratégie de s’attaquer à la crise sécuritaire en “renforçant la PNH », insistant sur le fait que cela doit être une “initiative haïtienne”.

Le comité exécutif de Fanmi Lavalas semble comprendre leur faible soutien populaire. L’été dernier, six mois après s’être retirés du CNT de Montana, ils ont organisé une conférence de presse pour encourager la population à soutenir la proposition d’Aristide de diriger un gouvernement de transition de deux ans, suggérant apparemment qu’Aristide déloge le président par intérim “élu” de Montana.

Cela a déclenché des manifestations en faveur du retour d’Aristide, soulignant la nette différence entre la popularité personnelle d’Aristide et celle du comité exécutif de son parti. Les piliers de FL aux États-Unis ont également célébré le retour apparemment imminent d’Aristide, le surnommant “la seconde venue d’Aristide”.

L’aspect le plus déconcertant de cette tentative ratée de remettre Aristide en politique a été expliqué par la journaliste Isabelle Papillon. La campagne « a commencé immédiatement après la visite du 8 juin au domicile d’Aristide à Tabarre par Helen La Lime, fonctionnaire de longue date du Département d’État américain », une figure méprisée en Haïti. Jusqu’à récemment, elle dirigeait le BINUH (Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti). Papillon note que si cette campagne avait été couronnée de succès, elle aurait sapé la crédibilité d’Aristide car son ascension au poste de président par intérim aurait facilement pu être interprétée comme une nomination par Washington et le CORE groupe.

Cela illustre ce que Patrick Elie, un militant pro-démocratie qui a travaillé aux côtés d’Aristide, remarquait dans une interview en 2007 : « Vous avez pu voir comment [Fanmi Lavalas] est devenu totalement désemparé après l’enlèvement du président Aristide. C’était ce que je décrirais comme une organisation charismatique, qui dépend strictement de son chef et après vous n’avez rien en termes de structure et en termes de capacité à formuler une stratégie politique. »

Elie a expliqué que « Lavalas est ce mouvement, mais Lavalas et Fanmi Lavalas, bien que liés, sont des choses différentes. Fanmi Lavalas est une organisation politique. Lavalas est une philosophie politique, pas un parti. »

A suivre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here