L’Hôpital général à l’abandon

0
558
Les médecins et infirmières de l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti ont déclaré qu’ils n’ont aucune sécurité face à la pandémie. Le gouvernement ne leur donne aucun moyen de se protéger face à la maladie.

Les médecins et infirmières de l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti populairement appelé Hôpital général ne sont pas venus travailler depuis la déclaration de cas de Coronavirus confirmés, faite par le Ministre de la Santé Marie Greta Roy Clément.

Selon Lebien Joseph, le président du syndicat des travailleurs de santé de l’hôpital, les raisons que les médecins et infirmières ont données pour expliquer leur absence, et laisser les malades abandonnés à eux-mêmes, sont qu’ils n’ont aucune sécurité face à la pandémie. Le gouvernement ne leur donne  aucun moyen de se protéger face à la maladie.

Le petit nombre de malades qui se sont résignés à rester internés ont fait savoir qu’ils n’ont pas d’autre alternative.

Ainsi le syndicaliste s’est adressé aux dirigeants et aux médecins pour leur dire : certes, il n’y a aucun équipement pour les médecins,  mais l’hôpital général n’est pas un centre de traitement du Coronavirus. En ce sens, il doit fonctionner comme à l’ordinaire. Les malades doivent être soignés.

L’hôpital est vide de ses clients habituels, la majorité des lits sont vides puisque beaucoup de parents ont préféré partir avec leurs malades au lieu de les laisser ici sans aucun soin. Le petit nombre de malades qui se sont résignés à rester internés ont fait savoir qu’ils n’ont pas d’autre alternative.

Lebien Joseph, le président du syndicat des travailleurs de santé de l’hôpital.

Par ailleurs,  l’ancien sénateur du Nord Moise Jean-Charles à la tête d’une délégation composée des magistrats de Milot et des membres de son Parti Pitit Desalin ont visité l’hôpital du Sacré-Cœur de cette commune pour se renseigner sur les cas des personnes infectées du Coronavirus, placées en isolement à cet hôpital. Il n’a pourtant rien dit de l’état fonctionnel de ce centre hospitalier.

L’ancien sénateur du Nord Moise Jean-Charles à Milot.

Il a profité pour signaler que « l’Hôpital général est fermé ainsi que celui de la Paix ». Aussi, il a invité ses ennemis politiques : Aristide, Martelly, Lamothe, Apaid, Boulos, Jovenel etc à venir se faire soigner ici dans sa commune : «  N’ayez pas peur, si vous avez besoin de vous faire soigner. Vous pouvez venir  chez moi à Milot puisque l’hôpital est ouvert à tout le monde et est disposé à soigner tous les malades sans aucune discrimination ».

Quelle grandiloquence de la part de Jean Charles ! N’eût-il pas mieux fait d’inviter le citoyen ordinaire, malere yo, à venir bénéficier du dépistage de la maladie aux fins d’auto-isolement ou à se faire soigner pour les cas symptomatiques ? On imagine mal Aristide, Martelly, Lamothe, Apaid, Boulos, Jovenel qui ont les moyens de se faire héliporter à Miami venir traîner leurs ailes dans un hôpital (‘‘ennemi’’) à Milot, fût-il même sous la « protection » (amie) du Sacré-Cœur. Voyons, Moïse ! Al dousman monchè.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY