Leurs intérêts ne riment pas avec ceux du peuple !

0
98

Une fois de plus, dans ces colonnes, nous sommes obligés de faire quelques réflexions sur certains aspects sinistres d’une politique qui a trahi toutes les aspirations légitimes du peuple haïtien. À bien réfléchir, nous sommes poussés jusqu’à même faire un retour rétrospectif sur certains aspects et faits pouvant nous aider à analyser l’itinéraire de certains individus sur la scène politique dont la plupart sont d’anciens candidats à un quelconque poste aux dernières élections.

En effet, chacun de ces hommes ou femmes a dans son histoire de lutte, pris des positions à l’encontre du peuple ou participé dans des organisations qui ont absolument prouvé que leurs intérêts n’ont pas été et ne seront jamais au service du peuple haïtien. Ce n’est pas sans raison, ou par hasard que bien souvent, on les entend recourir au refrain de l’unité, ce qui est en somme une sorte d’imposture. « « Notre leitmotiv, c’est l’unité » déclara le sénateur Lavalas Nènèl Cassy au rassemblement de l’Arcahaie le 19 août 2017. « On a tenté en vain à maintes reprises d’unir les partis, (les leaders) aux dernières élections » a pourtant regretté Evalière Beauplan provoquant ainsi une espèce de sursaut redonnant vie et redorant le blason de la dite opposition.

Comment prendre en considération cette unité quand autant ces politiciens que leurs courants politiques n’ont évidemment d’autre itinéraire que celui d’être une sorte d’entorse aux aspirations populaires, puisqu’ils ne sont pas prêts à abandonner leurs privilèges et leurs intérêts personnels. En quelque sorte, leur histoire est pleine de contradictions flagrantes, erronées, de positions abracadabrantes, bien souvent correctes et à la fois leur contraire.

Comment prendre en considération cette unité quand autant ces politiciens que leurs courants politiques n’ont évidemment d’autre itinéraire que celui d’être une sorte d’entorse aux aspirations populaires, puisqu’ils ne sont pas prêts à abandonner leurs privilèges et leurs intérêts personnels.

Prenons par exemple l’actuel porte-parole de l’opposition, l’avocat Me André Michel, un ancien Gnbiste, ancien membre du Kid de Evans Paul ; ancien membre du RDNP de Madame Manigat. Dans l’état-major du RDNP, il faisait bonne figure, travaillant de concert avec l’actuel sénateur de l’Artibonite et président du Parlement Youri Latortue.

Lui et son compère Newton Louis St Juste, qui s’étaient fait une renommée de défenseur authentique des intérêts du peuple, avaient tous deux déçu la population en montrant leur vrai visage quand ils se sont déclarés candidats à la présidence, formant chacun son propre parti politique, ce qui a mis tout à coup fin à cette renommée «d’avocats pauvres» qui avait pourtant fait toute leur popularité.

Nous ne pouvons pas avoir la mémoire courte au point de continuer à recycler des caméléons pour nous remettre sous la coupe de l’ennemi de classe avec ces complots qu’ils n’ont pas cessé de tramer pour freiner et corrompre les cadres et intimider d’autres.

Nous ne pouvons pas également oublier l’Organisation politique Fanmi Lavalas qui avait clairement pris une position antipopulaire, pro-impérialiste quand elle se déclarait ouvertement et sous des prétextes insignifiants, sinon oiseux, contre le départ de Michel Martelly. Voilà qu’ aujourd’hui, elle est à l’avant-garde d’une mobilisation pour le départ de Jovenel Moise. Quelle contradiction! Leur alibi? Martelly a été élu, mais Jovenel ne l’a pas été. Encore une fois, ils nous en racontent des vertes et des pas mûres.

Pareille approche contradictoire invite simplement à passer l’éponge sur le rôle néfaste et sinistre de l’impérialisme américain à travers Bill et Hillary Clinton qui ont eux-mêmes imposé leur poulain au pouvoir. À se retrancher ainsi derrière une telle démarche, ça sent le collabo: on ménage les intérêts des capitalistes au détriment de la majorité du peuple haïtien. Autrement dit, toute personne qui se respecte ne va pas vous prendre au sérieux. On a bien tiré leçon d’une certaine expérience : en effet on se demande encore à quoi a servi la marche-rassemblement à la ruelle Vaillant le 29 novembre 2013 sous le faux prétexte d’aller saluer la mémoire des victimes ? Alors que l’objectif de la majorité populaire avait été de se rendre devant l’ambassade américaine à Tabarre. N’est-ce pas jeter le trouble dans les esprits? N’est-ce pas déserter le camp du peuple qui est à la fois viscéralement et rationnellement anti-impérialiste?

C’est une excellente leçon à méditer pour les militants sincères, conséquents et sérieux. Ce bref rappel de certaines acrobaties politiques a été nécessaire pour nous aider à mettre en quetion le vrai but de la mobilisation momentanée en cours. Est-ce vraiment pour contraindre le gouvernement à reculer en renonçant à certains projets tels que la loi de Finances criminelle, la remobilisation de l’armée, et à satisfaire les autres revendications des masses populaires ?

Mais aujourd’hui au delà des enjeux et des intérêts de classe qu’il faut prendre en compte, il est important de ne pas sous-estimer les forces impériales, car elles ont une multitude de moyens, de trucs à leurs dispositions pour essayer de désorienter les masses populaires. Il y a toujours eu des hommes de paille, des fantoches à leur service. En l’occurence, lorsqu’un homme ou une femme, quelles que soient ses convictions personnelles , quel que soit le rôle qu’il a pu jouer pour mobiliser le peuple, ose se faire porter par quelqu’un dans les rues en triomphateur, dans une telle conjoncture , c’est qu’il a, soit perdu toute lucidité, soit qu’il se moque du peuple, soit qu’il est devenu l’instrument conscient ou le mercenaire des forces mêmes qu’il dit combattre. Une telle illustration n’est que conforme au vécu des peuples sous le carcan néocolonial, victimes des forces dominantes.

Dans toute société de classe, il n’y a que deux forces qui s’affrontent. Évitons que au sein du peuple les satellites de la force opposée ne soient pas présents pour nous imposer leur coup de grâce et nous empêcher d’abattre toutes les barrières placées sur notre chemin, puisque qu’on le veuille on non leurs intérêts ne riment pas avec ceux du peuple.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY