Lettre du Bureau des Organisations de défense des droits humains (BODDH) à Luis ALMAGRO

0
360
Jacceus JOSEPH

Monsieur Luis ALMAGRO LEMES,
Secrétaire Général de l’Organisation des États américains (OEA)
En ses bureaux.-

Monsieur le Secrétaire général,

Le Bureau des Organisations de défense des droits humains (BODDH) vous présente ses compliments pour l’engagement de l’OEA en faveur des droits humains en général et de la lutte contre la corruption en particulier dans les Amériques.

Le BODDH est une organisation à but non lucratif de défense des droits humains, dûment reconnu légalement par les autorités haïtiennes. Il s’engage à contribuer au respect des droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels du peuple haïtien.

Le BODDH salue l’initiative de l’OEA de convoquer le sommet des Amériques contre la corruption au Pérou le 12 avril 2018 prochain. Il félicite l’organisation hémisphérique de cette convocation qui vise à endiguer cette endémie qui gangrène plusieurs États de la région, en particulier Haïti.

Par ailleurs, le BODDH souligne que la lutte contre la corruption en Haïti et la poursuite des corrupteurs et corrompus impliqués dans la dilapidation des Fonds du Petro Caribe et des maigres ressources du pays commencent à atteindre un point culminant. La population et certains acteurs de toutes les catégories sociales sont sensibilisés et aperçoivent la nécessité d’éradiquer ce fléau qui contribue à affaiblir l’État, à appauvrir la population et enfin à sous-développer le pays.

Ainsi, en tenant compte de la possible ramification transnationale des activités de blanchiment de l’argent PetroCaribe, le concours des pays frères de la région s’avère indispensable pour aider à Haïti récupérer cet argent.

C’est dans ce sens que le BODDH vous demande d’intégrer dans l’ordre du jour, profitant de la présence des chefs d’États et de Gouvernements à ce sommet, une Résolution POUR L’ENTRAIDE JUDICIAIRE, POLICIERE ET BANCAIRE afin de RETRACER ET DE RÉCUPÉRER l’argent du Petrocaribe, probablement déposé par les personnes impliquées dans la dilapidation de ce fonds dans les banques des pays membres, DE LE GELER ET LE RESTITUER À HAÏTI et d’initier une autre Résolution pour la protection des défenseurs des droits humains et des plaignants constamment menacés par les sbires et satellites des corrompus et corrupteurs depuis le dépôt des plaintes au cabinet d’instruction, spécialement le cas de St Fleur Édouard Plaignant qui a dû laisser sa maison le même jour de sa plainte après avoir reçu des messages menaçants et celui du coordonnateur général du BODDH, Me Jacceus JOSEPH, qui vit plusieurs cas d’intimidation et de haine. Cette mesure garantira la liberté personnelle de vivre sans crainte, sans intimidation et sans menace, la liberté d’expression et d’association des défenseurs des droits humains et le droit de la défense et l’accès à la justice de la part des plaignants de PetroCaribe. Une telle mesure intéressera également Me André Michel, Me Marc Antoine Maisonneuve, Me Max Ollivier Benedict, Me François Louis, Me Alexandra DÉSIR et les autres avocats, ainsi que les autres plaignants.

Convaincu que l’Organisation des États américains accompagnera le peuple haïtien dans la lutte contre la corruption, le BODDH, vous prie de recevoir, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de sa plus haute considération.

Port-au-Prince, le 26 mars 2018
Me Jacceus JOSEPH, Coordonnateur du BODDH

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY