Les Haïtiens affamés en ont assez

0
73

Le 22 août est le jour où la révolution haïtienne a commencé en 1791. La date commémore le fait qu’un peuple asservi, dont la majorité est née en Afrique, a organisé une armée qui a vaincu l’armée française très appréciée et vétéran de guerres, sur les champs de bataille de Vertières et ailleurs – donnant aux opprimés de ce monde un puissant exemple de lutte réussie.

Chaque Haïtien est conscient de l’importance de cette date, c’est pourquoi Pitit Desalin (PD), un petit parti anti-impérialiste basé au Cap-Haïtien, la deuxième plus grande ville d’Haïti, l’a choisie pour une manifestation contre les prix élevés du carburant, la nourriture et contre la violence des gangs.

Ariel Henry, le Premier ministre de facto qui dirige le gouvernement – ce qu’il en reste après l’assassinat du président Jovenel Moïse l’année dernière – est parti pour une conférence sur la production agricole à Trinidad le 18 août. Il n’a pas vu la nécessité de rester dans les parages pour les manifestations réclamant sa démission. Le Nouvelliste, le seul quotidien d’Haïti, a mis l’accent sur une interview du directeur de la banque nationale d’Haïti sur les relations entre le dollar et la gourde, la monnaie d’Haïti.

Participation au Cap-Haïtien

Manifestation massive du 22 août au Cap-Haïtien.

Moïse Jean-Charles et d’autres dirigeants du PD avaient parlé à plusieurs reprises à la radio du Cap-Haïtien dans les semaines précédant le 22 août et avaient fait construire un podium pour leur activité sur la place qui honore les héros de la bataille de Vertières.

Le 22 août, PD a dirigé un certain nombre de marches de différents quartiers vers le monument de Vertières. Lorsque Moïse Jean-Charles a parlé de la façon dont les banques haïtiennes manipulent le taux de change entre la gourde et le dollar – 20% du PIB d’Haïti provient des envois de fonds en dollars américains – la foule immense a répondu par “N ap Boule yo!” qui peut se traduire par : « Nous les brûlerons » !

La foule s’est opposée au Premier ministre Henry, qualifié d’outil des États-Unis et des autres grandes puissances impérialistes qui composent le Core Group, selon Le Nouvelliste. Le journal a qualifié le 22 août de “journée folle”, soulignant que la foule agitait des drapeaux russes et chinois et méprisait les étoiles et les rayures.

Tout le pays souffre d’une forte baisse du niveau de vie, de la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’essence, et de l’absence de toute sécurité. Des manifestations ont eu lieu dans tout le pays.

Peu après l’aube du 22 août, des barricades de pneus enflammés et des blocs de pierre ont été dressées sur les routes principales de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, ainsi qu’à Jacmel et aux Cayes, deux grandes villes de province. Il y a eu une manifestation remarquablement importante à Petit-Goâve, une petite ville balnéaire de 12 000 habitants dans le sud-ouest d’Haïti. Les villes de province de Jacmel, Miragoâne et les Cayes et les Nippes ont toutes prolongé leurs mobilisations populaires jusqu’au 23 août.

La colère des masses en Haïti est palpable. La vraie question est de savoir comment ils peuvent faire avancer la lutte dans un petit pays sous l’immense pression des requins impérialistes. Tout le pays souffre d’une forte baisse du niveau de vie, de la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’essence, et de l’absence de toute sécurité. Des manifestations ont eu lieu dans tout le pays.

Peu après l’aube du 22 août, des barricades de pneus enflammés et de blocs de pierre ont été dressées sur les routes principales de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, ainsi qu’à Jacmel et aux Cayes, deux grandes villes de province. Il y a eu une manifestation remarquablement importante à Petit-Goâve, une petite ville balnéaire de 12 000 habitants dans le sud-ouest d’Haïti. Les villes de province de Jacmel, Miragoâne et les Cayes et les Nippes ont toutes prolongé leurs mobilisations populaires jusqu’au 23 août.

La colère des masses en Haïti est palpable. La vraie question est de savoir comment ils peuvent faire avancer la lutte dans un petit pays sous l’immense pression des requins impérialistes.

Workers World  1er septembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here