Les collaborateurs liés à l’USAID envisagent les envois de fonds de la diaspora pour les taxer et les réorienter

0
40
Kesner Pharel, directeur général du cabinet de conseil Group Croissance, lié à l'USAID, a contribué à l'organisation du sommet de Miami sur la réorientation des envois de fonds

Le Haitian Times a récemment publié un article de Dieudonné Joachim sur un « sommet révolutionnaire », tenu à Miami, où « des experts et des chefs d’entreprise influents se sont réunis » pour discuter du « potentiel inexploité des envois de fonds » de la diaspora haïtienne.

Le « Sommet financier international » s’est tenu les 6 et 7 avril au Miami Airport Convention Center et s’est concentré sur la réorientation des envois de fonds de la diaspora provenant des dépenses « pour consommation immédiate » des membres de la famille en Haïti vers des fonds « d’investissement en actions », a rapporté Joachim. Les intervenants du sommet ont fait valoir que ce « changement stratégique » pourrait potentiellement « débloquer un développement économique durable en favorisant les partenariats avec des entreprises établies ».

Selon un rapport de l’Institut haïtien de statistique et d’information (IHSI), les transferts de la diaspora haïtienne ont totalisé 3,8 milliards de dollars en 2023 et représentent environ 20 % du produit intérieur brut d’Haïti.

Joachim note qu’« une étude du Programme des Nations Unies pour le développement de 2022 montre que les envois de fonds de la diaspora haïtienne sont quatre fois supérieurs aux exportations du pays et près de 100 fois supérieurs aux investissements directs étrangers ».

Les intervenants au sommet s’accordent sur le fait que la majorité des envois de fonds vers Haïti sont consacrés à la « consommation ». Joachim cite un rapport de 2006 de l’économiste Manuel Orozco réalisé pour la Banque interaméricaine de développement (BID). Selon Joachim, l’analyse d’Orozco montre que « 80,9 % des envois de fonds sont dépensés en nourriture », même si cette statistique n’a pas pu être confirmée.

Étant donné que la plupart des envois de fonds envoyés à Haïti sont consacrés aux besoins quotidiens, en particulier à la nourriture, il est peut-être surprenant que les intervenants se soient montrés enthousiastes à l’idée de rediriger les envois de fonds vers des fonds d’investissement et des partenariats avec des « entreprises établies ».

Trois panélistes non identifiés lors du « Sommet financier international » les 6 et 7 avril à Miami, où la réorientation des envois de fonds a été discutée.

  L’analyse des intervenants du sommet est révélatrice.

Les présentateurs du sommet sont liés à l’USAID et à une initiative du Département d’État américain

Rémy Telfils, PDG de Café Lux, est également intervenu lors du sommet. Il « s’est dit préoccupé par l’utilisation de l’argent de la diaspora pour importer des produits alimentaires », ce qu’il considère comme « un cycle contre-productif ».

Le logo du Département d’État américain apparaît sur le site Internet de Café Lux. Café Lux a été fondé grâce au soutien du programme Global Innovation through Science and Technology (GIST) du Département d’État.

Selon son site Internet, l’Initiative GIST aide les participants à « accéder au financement » grâce à des « connexions directes avec des experts américains », avec des partenaires comme les géants de la technologie Amazon et Microsoft.

Bernice Charles, PDG de Cosmos Solution, a également pris la parole lors du sommet. Elle est membre de l’Initiative des jeunes leaders des Amériques, organisée par le DoS.

Charles est également membre de l’Action Diplomatique et Sociale-Haïti (ADIS-Haïti). La page Facebook de l’ADIS décrit l’organisation comme étant dédiée aux « jeunes professionnels dans le domaine des relations internationales », mais elle semble inactive pour le moment.

Un article de Loop Haiti News décrit un événement ADIS-Haïti qui révèle l’orientation de l’organisation. Le 28 mai 2018, les membres de l’ADIS-Haïti ont visité les bureaux de l’Organisation des États Américains (OEA), où alors l’Ambassadeur Cristobal Dupouy a fait une présentation. Un responsable anonyme de l’OEA, qui dirigeait à l’époque trois projets de l’USAID en Haïti, a donné une conférence après celle de Dupouy.

Deux éminents intervenants du sommet sont directement impliqués dans le programme de renforcement de la société civile (CSSP) de l’USAID. Qu’est-ce que le CSSP ?

Bernice Charles, PDG de Cosmos Solution, était l’une des organisatrices du Sommet de Miami.

Programme de renforcement de la société civile de l’USAID

Le CSSP fait partie de la deuxième phase du « Plan stratégique décennal pour Haïti » de Washington. Il prétend s’attaquer aux « causes profondes de l’instabilité » et « met fortement l’accent sur le partenariat avec les dirigeants et les parties prenantes haïtiens » avec un « plan de communication stratégique » pour « garantir que les efforts financés par le gouvernement américain soient efficacement amplifiés dans tout le pays ».

Des plans sont en cours pour « approfondir l’engagement avec la société civile haïtienne, y compris les groupes religieux et les ONG, ainsi qu’avec d’autres donateurs internationaux, les organisations de la diaspora haïtienne et les organisations multilatérales ».

L’USAID a officiellement annoncé le CSSP pour Haïti le 21 octobre 2022. Ce programme fait partie des premières mises en œuvre de la phase deux et a été officiellement lancé le 11 janvier 2023 au Cap Haïtien.

Un communiqué de presse de l’ambassade américaine explique que l’objectif du CSSP est de « renforcer les capacités des organisations de la société civile [OSC] haïtiennes, y compris les organisations confessionnelles, les groupes locaux et ceux qui travaillent avec la diaspora qui sont enregistrés et opèrent en Haïti. » Les OSC qui participeront seront « mieux équipées pour développer, mettre en œuvre et suivre leur plaidoyer », explique le communiqué de presse.

L’USAID explique qu’« il existe un besoin crucial » pour les OSC haïtiennes de collaborer et « d’étendre leur impact » et « leur influence sur les politiques publiques et la prise de décision ». L’un des principaux objectifs du CSSP est de « soutenir des relations de travail productives entre les organisations de la société civile et les acteurs du développement, y compris, mais sans s’y limiter, le gouvernement local/central, le secteur privé et les principaux donateurs ».

Avec le CSSP, le gouvernement américain vise à développer son réseau d’OSC, qui sont conformes aux intérêts américains, tant en Haïti que dans la diaspora haïtienne.

La première phase du « Plan stratégique décennal pour Haïti » – le déploiement de la Mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS) – ainsi que la deuxième phase permettront effectivement à Haïti de redevenir une colonie américaine, comme elle l’était de 1915 à 1934 lorsque les Marines américains l’ont occupée, de par son statut actuel de néo-colonie (nominalement politiquement indépendante mais complètement dominée économiquement).

Ce déclassement au statut colonial se produira sous le MSS – une force d’occupation par procuration – tandis que les OSC et les groupes de « droits de l’homme » soutenus et financés par l’USAID (et la NED) guideront la reconstruction d’Haïti vers une société entièrement redevable aux intérêts américains.

Cela créera une façade d’accord haïtien ou de « consensus » (c’est-à-dire de respect) avec la domination américaine sur Haïti. Ces OSC et groupes de « droits de l’homme » fourniront des porte-parole et des dirigeants qui pourront consciencieusement répéter les points de discussion de l’USAID et du Département d’État. L’USAID, grâce à son « plan de communication stratégique », peut « garantir que les efforts financés par le gouvernement américain soient efficacement amplifiés dans tout le pays » grâce à son réseau d’OSC et de groupes de défense des droits de l’homme.

De gauche à droite : Dr Guerda Nicolas, co-fondatrice d’Ayiti Community Trust, Karine Jean-Pierre, aujourd’hui porte-parole de presse de la Maison Blanche, et Dr Guitele Nicoleau, directrice exécutive d’Ayiti Community Trust lors du 14e Brunch annuel des dames haïtiennes en octobre 2019.

Deux éminents conférenciers du Sommet sont directement liés au CSSP

Cette façade jouait au sommet.

Le premier intervenant du sommet dont l’organisation est directement impliquée dans le CSSP est Kesner Pharel, directeur général du cabinet de conseil Groupe Croissance. Pharel a contribué à l’organisation du sommet et anime également l’émission du Grand Rendez-vous Economique sur Radio Télé Métropole.

Le Groupe Croissance figure parmi les « partenaires » de Papyrus, qui gère la mise en œuvre du CSSP de l’USAID.

L’USAID identifie Papyrus comme l’un de ses « partenaires locaux » en Haïti.

Papyrus est une « société de gestion à responsabilité limitée » privée à but lucratif qui opère en Haïti depuis 2007 et a collaboré avec l’USAID pour gérer « plusieurs projets de grande valeur et à haute visibilité pour le secteur privé et les donateurs en Haïti ».

Fondé en 1994, le Groupe Croissance a géré plusieurs projets de l’USAID. Leur site Web met également en valeur leur travail pour le Forum économique mondial et met en évidence DevHaiti, une publication de l’USAID qui se concentre sur le développement économique en Haïti.

Un document de référence de l’USAID explique que le Groupe Croissance jouera un rôle d’intermédiaire entre l’USAID, le gouvernement haïtien et certaines OSC. Papyrus et le Groupe Croissance « resteront informés » des « priorités et plans territoriaux » du gouvernement haïtien afin d’aider « à identifier les opportunités de collaboration entre les OSC et à construire de larges alliances ».

Le deuxième intervenant dont l’organisation est impliquée dans le CSSP est le Dr Guerda Nicolas, président d’Ayiti Community Trust (ACT). Basée à Miami, en Floride, ACT est une fondation dont la mission est de « soutenir et soutenir l’innovation en matière de développement à Ayiti dans les domaines de l’éducation civique, de l’environnement et de l’entrepreneuriat ».

Le même document de référence explique que le CSSP « canalisera une part importante des fonds du programme vers les OSC sous forme de subventions et mobilisera les ressources clés de la diaspora via des fondations privées comme Ayiti Community Trust ».

L’accent mis par l’ACT sur l’entrepreneuriat semble s’aligner sur l’accent mis par l’USAID sur les politiques néolibérales « basées sur le marché ».

Le principal partenaire d’ACT est la Fondation Miami, mais aussi La Grande Fondation d’Haïti (GFH), organisée et fondée par l’USAID.

Un rapport intitulé « Haiti’s New Konbit To Compete 2020 » explique que l’USAID, dans le cadre de son programme Konbit, vise à « éduquer et motiver la communauté philanthropique d’Haïti à mieux cibler et exploiter ses investissements sociaux ». Le rapport explique que « Konbit a facilité la création d’une alliance formelle de fondations et d’entreprises sociales haïtiennes appelée La Grande Fondation d’Haïti (GFH) ».

Le Haitian Times a été contacté directement pour obtenir plus de détails sur le sommet, mais n’a pas répondu avant la publication.

On ne sait pas exactement comment ce réseau d’organisations est lié au plan de l’USAID visant à réorienter les envois de fonds des Haïtiens. Pour l’instant, la trajectoire de ces organisations financées par l’USAID est de s’aligner sur l’approche de développement « basée sur le marché » de l’USAID.

The Haitian Times et la taxe PHTK sur les envois de fonds

En 2011, le gouvernement PHTK de Michel Martelly a imposé illégalement une taxe sur les envois de fonds.

En septembre 2018, la banque centrale d’Haïti, la Banque de la République d’Haïti (BRH), a publié un rapport sur les revenus générés par la taxe de 1,50 $ sur la plupart des transferts d’argent internationaux à destination ou en provenance d’Haïti depuis l’imposition de la taxe. Selon le rapport, la taxe aurait généré 120,13 millions de dollars. Ces fonds étaient destinés à soutenir l’éducation en Haïti.

Martelly a été accusé d’avoir détourné des millions du fonds d’éducation dans ses poches et d’avoir construit un somptueux manoir sur la plage.

Le fondateur du Haitian Times, Garry Pierre-Pierre, est un critique virulent de la taxe sur les envois de fonds. Dans un éditorial d’avril 2022, Pierre a encouragé la diaspora haïtienne à « aggraver la situation » en exigeant que le gouvernement haïtien « annule les frais sur les transferts ». Il a également suggéré aux Haïtiens de la diaspora de « couper les cordons de la bourse » et de « cesser d’envoyer des fonds vers Haïti ».

Cette position éditoriale peut expliquer la couverture enthousiaste du sommet par le Haitian Times et la suggestion selon laquelle les envois de fonds vers Haïti subissent un « changement stratégique », passant de la fourniture d’une « consommation immédiate telle que la nourriture » à, comme l’a décrit Telfils, « l’exploration de nouveaux marchés et l’établissement de nouveaux marchés » des partenariats bénéfiques.

L’USAID et la Fondation Gates visent à capturer les « services financiers » en Haïti

Selon une étude de la BID, l’USAID s’intéresse aux envois de fonds en Amérique latine depuis 2000.

En 2011, la Fondation Gates et l’USAID ont accordé 2,5 millions de dollars au géant de la téléphonie mobile Digicel et à son partenaire la Banque Scotia pour des services d’argent mobile, qui permettent aux clients d’utiliser leur téléphone mobile pour effectuer des dépôts et des retraits dans des points de vente et transférer de l’argent entre Tcho Tcho comptes (d’argent).

Selon un communiqué de presse de la Fondation Gates, « le prix a été décerné dans le cadre de l’Haïti Mobile Money Initiative (HMMI), un effort de 10 millions de dollars établi par la Fondation Gates et l’USAID pour relancer les services financiers mobiles en Haïti et accélérer la fourniture de services financiers mobiles, l’aide en espèces fournie par les agences humanitaires aux victimes du tremblement de terre dévastateur de l’année dernière », tout en « reconnaissant également Digicel pour avoir lancé Tcho Tcho Mobile, le premier service d’argent mobile » en Haïti.

L’intérêt de l’USAID à inciter les Haïtiens à utiliser Digicel – un partenaire de l’USAID – pour leurs services bancaires mobiles n’a peut-être pas éveillé les soupçons en 2011, car de nombreuses initiatives ont été lancées à la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a dévasté la région autour de Port-au-Prince. Prince.

Cet enthousiasme semble plus insidieux à la lumière des propositions visant à réorienter – via une nouvelle forme de taxation – les envois de fonds vers Haïti. Bon nombre des intervenants marquants du sommet de Miami avaient des liens directs avec le Département d’État américain via l’USAID, qui, depuis des décennies, cherchent activement à saper la souveraineté et la démocratie haïtiennes.

Le Dr Bertrhude Albert mène une marche le 23 avril 2024 pour célébrer la livraison de fournitures d’une valeur de 20 000 $ pour le deuxième Canal d’Haïti au large de la rivière Massacre.

Le projet de canal

L’intérêt de Washington à interférer dans l’échange de soutien financier partagé entre les familles haïtiennes de la diaspora et Haïti pourrait être lié à l’achèvement récent du canal d’irrigation près de Ouanaminthe, en Haïti. Mesurant plus de 2,4 kilomètres de long et environ 1 mètre de large, il irrigue plus de 7 000 acres de terres fertiles couvrant toute la plaine de Maribaroux, redirigeant l’eau de la rivière Massacre qui forme la frontière avec la République dominicaine.

Ce premier canal est le résultat d’une collaboration massive entre des centaines d’Haïtiens locaux, qui ont travaillé sans relâche pour construire le canal, et des membres de la diaspora haïtienne, qui ont payé les matériaux, les salaires, la nourriture et d’autres fournitures.

Le canal est devenu un symbole nationaliste et une cause de ralliement pour les Haïtiens à l’intérieur et à l’extérieur d’Haïti.

Construisons un canal, pour que demain nous puissions construire un pays” (An n bati yon kanal, demen pou n bati yon peyi) est devenu le slogan répété par de nombreuses personnes encouragées par la construction du canal, ce qui a suscité l’intérêt de la diaspora pour transferts de fonds directs vers de grands projets d’infrastructures.

Le succès du premier canal a incité à commencer la construction de nouveaux canaux dans la région pour irriguer davantage de terres agricoles. Dans un article récent sur X, l’éducateur, activiste et co-fondateur de p4hGlobal Bertrhude Albert a expliqué la livraison de « plus de 20 000 $ US de fournitures au deuxième canal ».

Albert a déclaré au Miami Herald : « Nous sommes Haïtiens et c’est notre combat. Nous savons que si nous pouvons construire un canal aujourd’hui, nous pouvons construire nos infrastructures demain, nous pouvons renforcer notre population demain. Nous pouvons construire notre nation demain ».

 Il y a une autre caractéristique importante des projets de canaux : ils ont fonctionné hors du contrôle de l’État haïtien et de l’influence de Washington, financés directement par la diaspora haïtienne.

Le succès du canal contraste fortement avec les projets d’infrastructures largement infructueux de l’ancien président Michel Martelly, qui ont vu les fonds du projet fournis par le programme Petrocaribe du Venezuela être dilapidés et détournés par des politiciens et des amis.

Le financement de la diaspora est également allé directement aux dirigeants qui ne font pas appel au soutien et à la légitimité de Washington. Fin juin 2023, un comité de la diaspora a envoyé à Miragoâne au commissaire Ernest Muscadin un SUV blindé, dont les membres anonymes l’ont payé. Muscadin est très populaire en raison de sa position ferme contre toute activité criminelle.

L’inflation monte en flèche alors qu’Haïti se rapproche de la mise en œuvre de la loi sur la fragilité mondiale

L’intérêt de Washington à s’intéresser aux envois de fonds de la diaspora sera probablement entièrement négatif pour la plupart des Haïtiens.

Selon l’IHSI, le taux d’inflation annuel d’Haïti a augmenté à 26,7 % en mars 2024. Le taux d’inflation en Haïti était en moyenne de 15,42 % de 2003 à 2024, avec un pic à 49,3 % en janvier 2023.

Les Haïtiens ont besoin de fonds pour payer leur nourriture et leurs dépenses quotidiennes, qui augmentent à mesure que les prix montent en flèche.

Des projets véritablement locaux, comme les canaux, pourraient être menacés si Washington obtenait une plus grande influence sur les envois de fonds aux Haïtiens en Haïti.

Le CSSP de l’USAID est la pointe de la lance de Washington dans ses opérations d’influence douce en Haïti. L’USAID, aux côtés du National Endowment for Democracy (NED), du gouvernement canadien et de fondations privées comme l’Open Societies Foundations, cherchent tous à prendre en charge les finances d’Haïti, tout comme Washington l’a fait lorsque les Marines américains dirigeaient Haïti de 1915 à 1934.

Le ciblage des envois de fonds de la diaspora haïtienne n’est qu’un élément supplémentaire des efforts américains visant à maintenir l’hégémonie sur Haïti en facilitant la mise en œuvre du Global Fragility Act (GFA).

Comme nous l’avons souligné dans de nombreux articles précédents, le GFA est fondamentalement une réponse à la Chine et à la Russie, les principaux challengers de l’hégémonie mondiale des États-Unis, qui cherchent à faire d’Haïti un « partenaire » dans un accord d’« assistance à la sécurité » de 10 ans.

Washington a un bilan sanglant de barbarie dans ses relations avec Haïti au cours du siècle dernier, à égalité avec la violence qu’il a parrainée contre la Palestine. Si les opérations de « puissance douce » d’aujourd’hui ne sont pas révélées et contestées, Haïti risque d’être contraint de subir de nouvelles décennies de domination et de sauvagerie impérialistes américaines.

*Travis Ross est un enseignant basé à Montréal, Québec. Il est également co-éditeur du Projet d’information Canada-Haïti sur canada-haiti.ca. Travis a écrit pour Haiti Liberté, Black Agenda Report, The Canada Files, TruthOut et rabble.ca. Il est joignable sur X.

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here