Les capitulards à court de cartes

0
217

L’année a changé mais les problèmes des masses populaires restent telles quelles : des conditions d’exploitation, de pauvreté et de misère encore mêmes plus dramatiques.

On n’a pas été sans remarquer la totale capitulation de l’opposition traditionnelle face au pouvoir du PHTK. Tout ce que l’on peut dire avec une certitude raisonnable, c’est que ni le pouvoir ni  l’opposition traditionnelle n’ont de solution à la crise. Ils ne sauraient y trouver de solution allant aux intérêts des masses défavorisées puisque leur survie en dépend.

La vérité têtue, révolutionnaire s’est finalement imposée, comme nous n’avons jamais cessé de le dire dans ce journal : cette opposition opportuniste et le pouvoir sont les « deux jambes de pantalon » de l’impérialisme.

Comment expliquer que des hâbleurs parlant haut et fort n’ont apporté que du vent au peuple pour la fête.

Les événements de ces derniers jours, les prises de position de certains politicailleurs avérés ne sont profitables qu’aux ennemis de toujours du peuple haïtien. Ces leaders de la dite opposition ont été, sont et seront toujours de véritables marionnettes entre les mains des puissances dominantes. La prétendue lutte contre le régime en place n’a été qu’une diversion bien huilée pour détourner l’attention de la population des problèmes inhérents au chaos économique et au chômage dont les masses continuent à être victimes.

Quel constat amer pour ceux et celles qui par naïveté avaient en quelque sorte placé toute leur confiance en ces politiciens ! Le triste spectacle des Petro Challengers, les jeunes de « Nou pap konplis » nous rappelle la honte histoire de deux jeunes avocats populaires : Newton Saint-Juste et André Michel, qui sont tous deux toujours sur la scène politique, certes dans des sphères différentes, mais enfoncés quand bien même dans la poubelle politicienne du fait de se laisser balloter par les caprices des forces rétrogrades.

Ce n’est pas la première fois que les capitulards dépourvus de cartes, tentent,  au mépris de toute logique, d’évacuer le contenu politique et ridiculiser la lutte des peuples. Les faits parlent d’eux-mêmes : ainsi ceux très significatifs de la désinvolture et du cynisme de l’Alternative consensuelle  annonçant la fin des manifestations de jour pour les faire la nuit, jusqu’à minuit. Tristes et dégueulasses farceurs !

Des déclarations et des interprétations sans aucun fondement, des contre-vérités savamment distillées, des comparaisons insensées, tout cela ne manquent pas de donner un avant-goût d’une politique délibérée pour non seulement induire en erreur les laissés pour compte qui rêvent d’un changement,  mais les tenir en otages.

A ce stade, une question doit être enfin aujourd’hui posée par les masses ? Doivent-elles continuer à s’associer à ceux ou celles qui se réclament de l’opposition quand pour autant et à n’en point douter ils sont dans l’autre camp et ne sont pas pour une lutte de libération nationale ?

N’y a-t-il pas une collusion criminelle contre le peuple entre le pouvoir et les acteurs de la dite opposition. Collusion démontrée entre autres par les dénonciations les uns contre les autres et clairement illustrée par les différentes rencontres  soit nocturnes soit diurnes  avec le chef de l’exécutif Jovenel Moise.

Face à cette coalition des forces pro-impérialistes, les masses défavorisées qui n’ont rien à perdre doivent prendre la décision qui s’impose : la création de leurs propres structures politiques de sorte que leur combat ne soit pas un avortement politique  mais une flamme qui devra rester allumée jusqu’à la libération totale et la victoire finale.

La fête des capitulards sous le dos du peuple, engagée en dehors du peuple et à leur insu doit finir.  Ils ne font qu’utiliser la lutte des masses de façon à la récupérer à leur profit. Le pacte que l’Alternative vient de proposer relève du plus pur opportunisme politique et de la volonté sinistre de récupération et d’étouffement du mouvement populaire.

La vigilance et la réflexion sont de mise. Les masses doivent enfin distinguer leurs ennemis de leurs amis. Il ne faut pas qu’elles se laissent abuser et sacrifier par des mercenaires, des fossoyeurs, des caméléons vendant leur  conscience pour une voiture de sorte que la bourgeoisie corruptrice antinationale et antipopulaire assure, de façon durable et continuelle, sa domination économique, politique et idéologique au bénéfice des puissances impérialistes.

Finie la fête des capitulards !  Et que cette nouvelle année sonne le lambi de ralliement des forces révolutionnaires pour qu’enfin chaque homme, chaque femme joue le rôle qu’il faut et qu’à chaque rôle corresponde l’homme ou la femme qu’il faut.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY