Les affrontements entre gangs font plus de 180 morts et des milliers de déplacés

0
287
Abri pour personnes déplacées par la guerre des gangs, à Tabarre (Haïti). Photo : Johnson Sabin, EFE

Ces dernières semaines, les combats entre gangs armés en Haïti ont fait monter en flèche le nombre de morts, de blessés et de déplacés. La France a ordonné le retrait des proches de son personnel diplomatique de l’ambassade en Haïti, les écoles de la capitale ont été fermées et l’organisation Médecins Sans Frontières a dénoncé que son hôpital du quartier Tabarre de Port-au-Prince est submergé par les blessures par balle qu’il reçoit. La situation affecte une vaste zone au nord de la ville, où les gangs 400 Mawozo et Chen Mechan se disputent le contrôle territorial.

Le Haut-commissaire des Nations unies (ONU) aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, s’est inquiétée mardi de “l’extrême violence” qu’atteint le phénomène. Selon leurs chiffres, en trois semaines, 188 personnes sont mortes – 92 civils et 96 membres de gangs –, 12 sont portées disparues, 113 ont été blessées et 49 ont été enlevées. Mais le nombre réel de morts “pourrait être beaucoup plus élevé”, a-t-il averti.

« Des hommes armés du gang des 400 Mawozo ont mis le feu à ma maison et tué plusieurs de mes voisins avant de brûler aussi leurs maisons »

La violence armée a atteint des niveaux inimaginables et intolérables en Haïti“, a déclaré Bachelet dans un communiqué, appelant à une action urgente pour rétablir l’État de droit. Il a souligné que des incendies de cadavres, des décapitations, des meurtres d’enfants et des viols ont été signalés. “J’appelle la communauté internationale à redoubler d’efforts pour éviter que la situation ne devienne encore plus incontrôlable“, a-t-il ajouté.

Quelque 9 000 personnes ont dû quitter leur domicile en raison de la guerre entre les 400 Mawozo et Chen Mechan, qui a éclaté avec plus de force le 24 avril pour le contrôle des quartiers du quartier Cul-de-Sac de Port-au-Prince, qui se divise en deux grands quartiers : Tabarre et Croix-des-Bouquets.

Selon Bachelet, les deux autoroutes qui relient la capitale au nord et à l’est du pays sont touchées par le conflit, ce qui « pourrait avoir des effets dévastateurs à long terme sur la situation économique déjà difficile en Haïti ». Il a également souligné que l’extrême violence a entraîné la fermeture d’écoles, de centres médicaux et de magasins, ce qui a provoqué des pénuries et la privation des droits fondamentaux.

Des familles vivent ensemble dans un abri improvisé pour personnes déplacées par la guerre des gangs, à Tabarre

Médecins sans frontières a déclaré dans un communiqué la semaine dernière : « Nous sommes alarmés par la dernière vague de violence à Port-au-Prince, en Haïti, car nous avons reçu 96 personnes blessées par balle dans nos installations médicales depuis le 24 avril ». Le coordinateur général de l’organisation, Mumuza Muhindo, a noté dans le document que “le nombre d’admissions en traumatologie reçues par semaine a triplé par rapport à la mi-avril, et la plupart d’entre elles sont des blessures par balle très graves qui nécessitent des soins intensifs“.

Le chef de l’hôpital Médecins Sans Frontières, Serge Wilfrid Ikoto, souligne qu’ils organisent des rotations de 24 heures pour que les médecins se déplacent moins dans les rues. « Certains membres de notre personnel médical local ne peuvent pas rentrer chez eux. Ils prennent des risques énormes à chaque fois qu’ils voyagent », a-t-il déclaré.

Dans son communiqué, l’organisation recueille le témoignage d’une femme blessée à la jambe qui est arrivée à l’hôpital de la zone de Tabarre après être passée par deux autres centres de santé. L’une était fermée et une autre n’avait aucun moyen de la servir. Il n’y a pas que les hôpitaux qui sont saturés. Aussi les prisons, qui ont de la place pour 3 000 personnes, en abritent plus de 11 000, dont 80% n’ont pas été condamnées, a rapporté Radio France International. La justice a également vu sa tâche retardée en raison de violences internes, dues à la peur des fonctionnaires d’aller travailler, a-t-il dit. Le mois dernier, des avocats ont protesté pour demander le transfert d’un tribunal civil dans un quartier plus sûr.

Des écoles comme refuges

« Des hommes armés du gang des 400 Mawozo ont mis le feu à ma maison et tué plusieurs de mes voisins avant de brûler aussi leurs maisons », a déclaré à l’AFP Lucien, un habitant d’un des quartiers touchés par les violences. Lucien et sa mère ont quitté leur maison et se sont réfugiés. Beaucoup d’autres ont fait de même dans une école de la région de Tabarre, où vivent des personnes de tous âges depuis l’intensification des combats.

« Depuis que la catastrophe s’est produite à Butte Boyer [l’un des quartiers de Cul-de-Sac], nous sommes couchés ici. Ma maison a brûlé. Mon magasin a été pillé », a déclaré Tamoumoune, une femme de 38 ans qui s’est réfugiée dans l’école avec ses trois enfants et quelques affaires, à l’agence de presse Efe. Dans ce bâtiment, a rapporté l’agence, il n’y a ni électricité ni eau.

Selon les données de l’ONU du 5 mai, 48 écoles, cinq centres médicaux et huit marchés ont été fermés en raison de la situation de violence. Selon l’Unicef, depuis fin avril, quelque 500 000 écoliers ont été empêchés d’aller en classe. La représentation de l’ONU à Port-au-Prince s’est également inquiétée de la situation des enfants en Haïti, notamment de leur recrutement par les gangs qui opèrent dans le pays, qui sont plus d’une centaine.

Un agent de sécurité à l’école Nationale de la Croix des Missions, fermée en raison de la guerre des gangs, dans la commune de Tabarre, arrondissement de Port-au-Prince

L’Office de la protection du citoyen (OPC), une institution haïtienne dédiée aux droits de l’homme, a interrogé dans un communiqué qu’« il n’y a aucun message ou action de la part du gouvernement ou du Conseil supérieur de la police nationale. Ces gestes démontrent l’incapacité des autorités à réagir, laissant aux gangs armés le soin de décider de la vie et de la mort des citoyens.

Le 6 mai, des dizaines d’Haïtiens des quartiers touchés ont défilé dans les rues de Cul-de-Sac pour exiger que le gouvernement agisse. « Les autorités doivent assumer leurs responsabilités. Monsieur le Premier ministre, prenez vos responsabilités. Je veux que tout le monde rentre chez lui pour vivre confortablement. La plaine de Cul-de-Sac ne va pas se transformer en Martissant », a déclaré l’un des manifestants. Martissant est une zone déjà entièrement contrôlée par les gangs.

Enlèvements à la frontière

Caribe Tours, l’une des deux compagnies de transport de passagers qui relient la République dominicaine et Haïti, a annoncé qu’elle cesserait d’arriver dans ce pays en raison du manque de sécurité. Il a pris cette décision après que la police haïtienne ait empêché le détournement d’un bus de l’entreprise.

L’autre compagnie qui assure ce service, Metro, a subi début mai l’enlèvement d’un de ses véhicules, dans lequel voyageaient huit citoyens turcs, huit haïtiens et un chauffeur dominicain. Selon la police, les ravisseurs étaient membres du gang des 400 Mawozo. Vendredi dernier, seuls le chauffeur et une femme haïtienne qui travaillait comme hôtesse de l’air dans le bus avaient été libérés.

L’an dernier, dans le même quartier, à la Croix-des-Bouquets, ce gang a enlevé 17 religieux – 16 américains et un canadien – qui ont été détenus pendant deux mois. Plus près dans le temps, le 28 avril, un diplomate dominicain, Carlos Guillén Tatis, a été enlevé, détenu pendant quatre jours puis relâché. Le gouvernement de la République dominicaine a déclaré publiquement cette semaine qu’« en aucun cas » il ne paiera la rançon des citoyens enlevés en Haïti.

« La République dominicaine ne peut pas prendre en charge la crise politique et économique dans ce pays ni résoudre le reste de ses problèmes », a déclaré le président dominicain, Luis Abinader, dans un acte officiel le 20 février, lorsqu’il a inauguré la construction d’un 164- kilomètre de « clôture périphérique intelligente » qui sépare son pays d’Haïti.

Jeudi, à Port-au-Prince, des centaines de personnes ont manifesté contre les violences qui touchent la capitale, et contre les enlèvements en particulier. En réponse, selon Efe, la police a dispersé les manifestants en utilisant des balles réelles.

Après l’assassinat

Des gangs armés opèrent en Haïti depuis des années, mais la violence a augmenté depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021. Ce crime reste non résolu, bien que plusieurs aient été arrêtés. L’un d’eux est l’ancien sénateur haïtien John Joel Joseph, qui a été extradé de la Jamaïque vers les États-Unis et a comparu lundi 9 devant un tribunal de l’État de Floride pour être jugé pour complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement en dehors des États-Unis, a rapporté Efé. Il est également accusé d’avoir « fourni un soutien matériel ayant entraîné la mort de [Moïse], sachant ou ayant l’intention qu’un tel soutien matériel serait utilisé pour préparer ou exécuter le complot visant à tuer ou à kidnapper ».

Selon le bureau du procureur américain, Joseph est responsable d’avoir loué quatre véhicules utilisés dans l’attaque contre Moïse, qui a été tué à son domicile. Il ajoute que « le complot s’est initialement concentré sur l’exécution d’un enlèvement du président haïtien », mais « a finalement abouti à un complot visant à tuer le président ».

la violence a augmenté depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021.

Outre Joseph, la justice américaine enquête sur un Haïtien nationalisé chilien, Rodolphe Jaar, et sur l’ex-militaire colombien Mario Antonio Palacios. Des dizaines d’autres personnes sont en prison pour ce crime en Haïti, dont un auteur intellectuel présumé, le docteur Emmanuel Sanon.

Des gangs armés opèrent en Haïti depuis des années, mais la violence a augmenté depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021. Ce crime reste non résolu, bien que plusieurs aient été arrêtés. L’un d’eux est l’ancien sénateur haïtien John Joel Joseph, qui a été extradé de la Jamaïque vers les États-Unis et a comparu lundi 9 devant un tribunal de l’État de Floride pour être jugé pour complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement en dehors des États-Unis, a rapporté Efé. Il est également accusé d’avoir “fourni un soutien matériel ayant entraîné la mort de [Moïse], sachant ou ayant l’intention qu’un tel soutien matériel serait utilisé pour préparer ou exécuter le complot visant à tuer ou à kidnapper”.

Selon le bureau du procureur américain, Joseph est responsable d’avoir loué quatre véhicules utilisés dans l’attaque contre Moïse, qui a été tué à son domicile. Il ajoute que “le complot s’est initialement concentré sur l’exécution d’un enlèvement du président haïtien”, mais “a finalement abouti à un complot visant à tuer le président”.

La Diario mundo, 21 mai 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here