Le PHTK va-t-il passer à l’opposition ?

0
358
Sainfort Liné Balthazar président du PHTK et conseiller de Jovenel Moise

 Tout comme les sénateurs Joseph Lambert (en fonction), Youri Latortue, Sorel Yacinthe ainsi que l’avocat des mauvaises causes Reynold Georges sont automatiquement passés de défenseurs du Phtk à l’opposition du Secteur Démocratique Populaire, la société ne doit pas s’étonner si dans les jours à venir le PHTK de Michel Martelly sous la présidence de Liné Balthazar n’annoncerait pas son passage à l’opposition contre Jovenel Moise. 

En effet, dans une interview Sur Magik 9, le vendredi 16 avril dernier, Liné Balthazar président du PHTK et conseiller de Jovenel Moise a fait valoir son désaccord au projet de réforme constitutionnelle de son régime au pouvoir. Il l’a ouvertement précisé : le referendum que le gouvernement se propose d’organiser le 27 juin prochain est illégal. 

A ce sujet, il a tout bonnement indiqué : « je pense que le référendum du 27 juin n’aura pas lieu. Ceux qui pensent le contraire sont en train d’induire le président Moïse et le peuple haïtien en erreur »

Il a même menacé que si le referendum devait avoir lieu, le PHTK voterait contre. Pour argumenter sa position, il a déclaré : « Trois raisons expliqueraient ce choix. Sur le plan technique et logistique cela aurait été un fiasco. De plus, il n’y a pas de consensus. Le PHTK n’a pas besoin d’une Constitution en faveur d’un groupe au détriment d’un autre. Par ailleurs, le texte proposé est une reproduction d’un modèle autoritaire de la Constitution de 1935 de Sténio Vincent. Dans l’ADN du PHTK il n’existe aucune velléité dictatoriale et autoritaire »

Gabriel Fortuné

« Nous exerçons deux activités depuis 200 ans: produire des Constitutions sur mesure pour faire plaisir à des secteurs et nous fixer des règles que nous refusons de respecter. C’est ce que nous faisons depuis 1801. Dans notre histoire, tous les initiateurs de nouvelle Constitution l’ont fait à leur avantage ou contre quelqu’un d’autre. De 1801 à 1987. L’article 291 de la Constitution de 1987 a exclu les duvaliéristes durant 10 ans » poursuit-il.

Après toutes ces considérations, Liné a de préférence proposé à Jovenel de se concentrer  sur l’organisation des élections d’ici avant la fin de l’année. Selon lui « Le mandat du président Jovenel Moïse n’est pas d’organiser un référendum pour modifier la Constitution. Son mandat est de s’assurer du fonctionnement régulier des institutions sous l’empire de la Constitution de 1987. Il a l’obligation de transmettre le pouvoir à un président élu le 7 février 2022 et de restaurer le Parlement. C’est cette feuille de route que je lui aurais recommandée. Ils ont à peine le temps pour organiser une élection entre aujourd’hui et le 7 février 2022 »

Même son de cloche de la part de plusieurs alliés du gouvernement, tel Gabriel Fortuné qui a pour sa part affirmé : « Le référendum est suicidaire pour l’avenir du pays. Il est impossible de le réaliser le 27 juin prochain ». Selon Fortuné, actuellement « La priorité de la population c’est la sécurité ».

Liné, Jovenel et Martine

Malgré tous les conseils et le doute manifesté par le vrai instigateur du projet de nouvelle constitution, le Bureau intégré de l’ONU en Haïti (BINUH) qui lui-même a exprimé son doute : « A ce stade, le processus n’est pas suffisamment inclusif, participatif ou transparent. L’appropriation nationale du projet de constitution exige l’engagement d’un éventail plus large des acteurs politiques, sociétaux, y compris les groupes de femmes et de religieux dans tout le pays. »

Pourtant Jovenel et sa clique font la sourde oreille et ne font que foncer en continuant de s’accrocher au référendum. Par sa volonté de changer la loi-mère, le président a écrit sur son compte Twitter : « Je félicite les membres de CCI qui font un excellent travail. Je vous dis de ne pas vous décourager, votre travail est très noble. Une fois de plus, j’invite tous les Haïtiens, ceux qui vivent dans la diaspora, à s’unir pour donner à Haïti une autre constitution, une constitution qui est dans l’intérêt de tous »

Son poulain Guichard Doré l’a renforcé tout récemment quand il a tweeté « Le cap est maintenu sur le référendum constitutionnel pour permettre à la nation d’avoir sa constitution du 21e siècle, donner l’opportunité aux jeunes talentueux, aux hommes et femmes d’expérience de servir le pays, rationaliser les pouvoirs de l’Etat et renforcer les droits »

 Cependant, il ne faudrait pas s’étonner si cette stratégie de Liné Balthazar du PHTK face à Jovenel n’est pas pour essayer de redorer le blason du parti décrié par plus d’un, le PHTK de Michel Martelly qui sans doute rêvait ou se préparait à participer aux élections à la fin de l’année auxquelles il a déjà fait référence.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY