Le peuple dit « Non » à l’occupation !

0
729
Au cours des récentes manifestations populaires, le peuple semble montrer ses choix et ses aspirations en brandissant les drapeaux russes. N’est-ce pas un signe de divorce consommé avec les Etats-Unis ? Une façon de dire « Non » à l’occupation !

Bandé à l’arrière, le peuple haïtien reste mobilisé contre tout projet d’intervention étrangère que concocte les Etats-Unis. Pendant ce temps, les ministres des Affaires étrangères américains et canadiens se rencontrent.

Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken était en visite au Canada la semaine dernière pour tenter de convaincre les dirigeants canadiens en l’occurrence le Premier ministre Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly.

Conférence de presse commune Anthony Blinken et Melanie Joly

Les deux personnalités politiques ont donné une conférence de presse commune au cours de laquelle Joly a  indiqué : Le secrétaire Blinken et moi avons également discuté de la situation en Haïti. C’est une chose qui nous préoccupe beaucoup. Nous avons récemment discuté des crises auxquelles Haïti est confronté lors du Sommet de l’OEA, et nous avons travaillé ensemble pour livrer des véhicules achetés par le gouvernement haïtien pour leurs forces de police. Nous avons actuellement une équipe de responsables canadiens sur le terrain en Haïti qui évalue la crise de la sécurité humanitaire et trouve des moyens de la résoudre. Dans l’immédiat, nous devons voir une trêve humanitaire pour rétablir l’approvisionnement en carburant, en eau et en nourriture. Cela permettra au peuple haïtien de répondre à ses besoins de base et permettra aux hôpitaux de répondre à l’épidémie de choléra en cours.

Il était également essentiel que nous sanctionnions les gangs qui alimentent la violence sur l’île, et nous saluons tous les deux les mesures prises par le Conseil de sécurité de l’ONU pour imposer des sanctions. Nous devons maintenir la pression. Le Canada continuera de surveiller la situation de près, et nous aiderons là où nous le pourrons et essaierons de soutenir les solutions dirigées par les Haïtiens.

L’ambassadeur canadien en Haïti, Sébastien Carrière

Blinken a enchainé: comme vous l’a dit Mélanie, dans le cas d’Haïti. Nous convenons qu’entre l’aggravation des pénuries de nourriture et de carburant, l’épidémie croissante de choléra et les gangs bloquant les ports et terrorisant les civils, la situation est tout simplement insoutenable.

Nous apprécions le leadership du Canada dans la création du fonds commun des Nations Unies pour renforcer la sécurité des citoyens et l’application de la loi, et dans le transport aérien d’équipements vitaux liés à la sécurité au gouvernement haïtien la semaine dernière – efforts dans lesquels les États-Unis ont été un fier partenaire. Et nous continuerons à travailler ensemble pour rallier le soutien international afin d’aider le peuple haïtien à trouver une voie à suivre – des sanctions adoptées à l’unanimité la semaine dernière par le Conseil de sécurité contre les chefs de gangs et les patrons qui les dirigent et en profitent, à d’autres mesures visant à améliorer la sécurité des Haïtiens.

Le peuple haïtien en a marre de la domination impérialiste américaine. Il dit : A bas Ariel ! A bas l’occupation !

Ils n’ont rien dévoilé en public du projet d’invasion puisque le Canada même quand il n’est pas hostile à l’idée, hésite un peu à prendre part à ce bourbier. Et c’est pour cela qu’une mission canadienne  d’évaluation était en Haïti afin de déterminer comment pourrait être leur contribution à ce projet.

Sauf que Blinken en a profité pour ajouter « Ce qu’il faut avant tout c’est de dénouer la problématique de la sécurité car, maintenant la situation est telle que les gangs occupent l’espace  public que ce soit à Port-au-Prince ou ailleurs au pays »

Par ailleurs l’ambassadeur canadien, Sébastien Carrière, a indiqué ce lundi 31 Octobre 2022  que « l’équipe chargée d’évaluer la situation est rentrée au Canada. Et cette équipe aura à témoigner devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes. Pour finalement ajouter « que le Canada n’avait pas encore décidé, s’il appuierait la démarche de l’intervention militaire. »

Un fait est clair et certain, le peuple haïtien en a marre de la domination impérialiste américaine et veut prendre en main sa destinée de façon à établir d’autres rapports avec d’autres pays pouvant les aider à surmonter les désastres de la domination américaine.

C’est en sens, au cours des récentes manifestations populaires, le peuple semble montrer ses choix et ses aspirations en brandissant les drapeaux russes et chinois. N’est-ce pas un signe de divorce consommé avec les Etats-Unis ? Une façon de dire « Non » à l’occupation !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here