Le pacte anti-haïtien d’Abinader a échoué

0
258
Les mesures envisagées par le pacte anti-haïtien d'Abinader, même si elles aboutissent, n'apporteront rien de positif pour le peuple dominicain.

Le 26 octobre, le gouvernement a annoncé son « Pacte national face à la situation de crise actuelle en Haïti », un document politique signé par 28 partis, pour la plupart alliés du PRM, ainsi que quelques intellectuels occupant des positions au sein du gouvernement. Le document n’a pas obtenu le consensus partisan proposé, car il n’a pas été signé par des partis tels que le PLD, le FP et le PRD. En outre, cela a été rendu public précisément au milieu du retrait de la politique visant à empêcher la construction d’un canal d’irrigation haïtien sur la rivière Dajabón ou Massacre. Il est important de construire à gauche une opposition aux axes du document : l’intervention impérialiste en Haïti et la persécution raciste de la communauté immigrée haïtienne et dominicaine d’origine haïtienne.

Répétitif et comportant de nombreuses erreurs éditoriales, le document recycle les théories du complot de Trujillo, Balaguer et de l’extrême droite actuelle, en présentant la communauté immigrée haïtienne et la nation haïtienne comme une menace pour la sécurité nationale et « l’intégrité territoriale et démographique » dominicaine.

Le texte promeut l’intervention étrangère en Haïti, intensifiant la politique d’expulsions collectives et massives d’immigrés haïtiens avec la participation de la Police Nationale, des militaires et des agents de renseignement ; continuer à utiliser CONANI pour l’expulsion des mineurs non accompagnés ; achever la construction de la barrière frontalière et poursuivre les mesures visant à garantir le contrôle unilatéral des eaux des fleuves binationaux. Il est également proposé de créer un Institut pour les relations dominicaines-haïtiennes, de préparer un livre blanc pour guider le discours des missions diplomatiques dominicaines, de créer des bureaux d’intermédiation du travail à ségrégation raciale, pour servir uniquement les travailleurs dominicains ; approfondir le régime de propriété aux frontières pour exclure les immigrants haïtiens de la possibilité d’acquérir des terres ou des biens, promouvoir l’installation d’entreprises dominicaines dans les zones franches haïtiennes à l’instar de la CODEVI, délocaliser et clôturer les marchés frontaliers, investir dans la mécanisation agricole pour réduire l’embauche de travailleurs haïtiens , et exempter les capitalistes agro-industriels d’impôts tels que l’ISR pendant une décennie, soi-disant pour encourager ces investissements.

Signature du Pacte National pour la crise haïtienne par le Président Luis Abinader

Bien que certaines mesures isolées ne soient pas négatives, comme la prétendue intention de construire trois hôpitaux sur le territoire haïtien et de veiller à ce que les travailleurs haïtiens titulaires d’un visa valide bénéficient des mêmes droits du travail que les travailleurs dominicains, il est peu probable qu’elles soient mises en œuvre. On sait que le gouvernement n’atteint même pas le minimum légal d’investissement dans la santé publique de 4% du PIB, et nous avons vu le gouvernement défendre le travail forcé imposé par Central Romana contre les travailleurs immigrés haïtiens, ainsi que son refus de payer les retraites. dû à des milliers de travailleurs haïtiens retraités de la canne à sucre, qui ont cotisé aux fonds de sécurité sociale pendant des décennies. S’ils voulaient garantir leurs droits du travail, la première mesure que prendrait le gouvernement serait de respecter leurs droits acquis et leur droit de se syndiquer.

Le texte promeut l’intervention étrangère en Haïti, intensifiant la politique d’expulsions collectives et massives d’immigrés haïtiens avec la participation de la Police Nationale, des militaires et des agents de renseignement

Après la première réunion pour promouvoir cet accord, en mars de cette année, nous avons averti du MST que le gouvernement accusait « la communauté ouvrière haïtienne de la « dénationalisation des marchés du travail », de la « surcharge des services publics essentiels », du « décalage » dans la modernisation et la modernisation des zones de production stratégiques » et (étant) une prétendue menace pour la « sécurité nationale »… Avec son agitation raciste et xénophobe, le gouvernement a recherché des gains politico-électoraux à court terme et a souscrit à la consolidation d’un régime d’apartheid. … les actions de groupes néo-nazis ont été incitées en coordination avec la police nationale, ainsi que les expulsions et les lynchages par des hordes fanatiques et racistes dans les communautés rurales…”

Le 13 janvier 2022 déjà, le gouvernement a publié une déclaration commune appelant les États-Unis, la France, le Canada et l’Union européenne à « sauver Haïti ». Le document du 26 octobre n’était pas seulement signé par la droite, il comportait également des signatures d’organisations de centre-gauche telles que Alianza País, Frente Amplio, Alianza por la Democracia et Movimiento Izquierda Unida. Nous regrettons cette position contraire aux traditions de la gauche socialiste, due à ses principes antiracistes et internationalistes.

Les mesures envisagées par le pacte anti-haïtien d’Abinader, même si elles aboutissent, n’apporteront rien de positif pour le peuple dominicain. Ils ne réduiront pas le chômage ni n’amélioreront la répartition des richesses ou l’accès à des services publics de qualité. Au contraire, la politique raciste d’Abinader génère déjà de graves dommages à l’économie et le mécontentement des communautés frontalières et des producteurs agricoles, en plus de violer les droits de l’homme et de générer un climat de persécution antidémocratique. Pour améliorer la situation de la classe ouvrière, les moyens sont différents : respecter la liberté syndicale et la démocratie pour une syndicalisation massive ; une réforme fiscale progressive pour éliminer les impôts régressifs et les exonérations fiscales pour la bourgeoisie ; un investissement accru dans la santé et l’éducation publique, la prison et la confiscation des avoirs des corrompus ; plus d’ARS ni d’AFP, entre autres mesures.

Une fois de plus, nous exigeons la fin des persécutions racistes contre la communauté immigrée haïtienne, qui a historiquement apporté une grande contribution au développement économique, social et culturel du pays. Nous exigeons la restauration de la nationalité des Dominicains d’origine haïtienne devenus apatrides de manière inconstitutionnelle il y a dix ans. Nous exigeons la fin des politiques néo-Trujillo fondées sur les théories du complot et la haine raciale. Nous sommes un pays à majorité noire qui n’est menacé ni territorialement ni démographiquement par Haïti, la véritable menace pour notre peuple vient des politiciens corrompus de droite et des tendances antidémocratiques du régime politique qui nous opprime, qui attise le racisme, qui divise la classe ouvrière et fait en sorte que ses politiques économiques et sociales servent une petite minorité de capitalistes et d’impérialistes nationaux. Nous appelons toutes les organisations et militants qui partagent cette perspective à s’organiser pour lutter et défendre nos droits en tant que travailleurs dans la rue, car en fin de compte, c’est la classe ouvrière dominicaine et immigrée qui a construit ce pays et la seule force sociale qui représente la possibilité d’un avenir meilleur.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
​1er Novembre 2023

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here