Le gouvernement de Jovenel Moise cherche un bouclier constitutionnel

0
123
Le président haïtien Jovenel Moise (C) et le chef du haut commandement de l’armée par intérim Jodel Lesage inspectent les troupes avant un défilé des Forces armées haïtiennes (FAD’H) dans les rues du Cap-Haïtien, Haïti, le 18 novembre 2017. REUTERS/Andres Martinez Casares

Le président haïtien Jovenel Moïse et le ministre des affaires étrangères Claude Joseph ont annoncé la rédaction d’une nouvelle Constitution cette année pour remplacer la Constitution en vigueur dans le pays depuis 1987.

 

À la demande de l’exécutif, le Conseil électoral provisoire (CEP) a établi un calendrier marathon : un référendum d’approbation aura lieu le 25 avril, le premier tour des élections présidentielles et législatives le 19 septembre, et le second tour éventuel et les élections municipales le 21 novembre. Le gouvernement agit comme si la saturation électorale pouvait éviter le discrédit d’un gouvernement qui a depuis longtemps abandonné la voie constitutionnelle et qui est clairement un gouvernement de facto. Jovenel Moïse, qui est devenu, devant le silence retentissant de la communauté internationale, le dictateur le plus flamboyant d’Amérique latine et des Caraïbes, cherche maintenant un bouclier constitutionnel en rédigeant une Constitution selon ses propres caprices.

Une dictature sans stridence

« Nèg banann », le « garçon banane », est le surnom sous lequel les vastes majorités populaires d’Haïti connaissent le président sortant. Homme d’affaires bananier du nord-ouest du pays, personnage sordide et terni comme le reste des outsiders fabriqués par les gourous de la droite continentale, filleul politique de l’ancien président Michel Martelly — un « bandit en règle » comme il se présente souvent — et membre du parti ultraconservateur PHTK, Moïse a réussi à tenir bon au milieu des tremblements de la politique haïtienne, malgré le fait que les premières demandes de sa démission coïncident avec la date des élections qui l’ont amené à la présidence de la nation caribéenne.

Après les allégations retentissantes de fraude et la suspension des élections de 2015, le CEP a organisé en 2016 de nouvelles élections contestées où Moïse a été élu avec seulement 590.000 voix sur un registre de plus de 6 millions d’électeurs, soit une participation de seulement 18,1 %. Selon divers spécialistes et observateurs internationaux, l’intervention délibérée dans le corps électoral aurait déplacé le favori Jude Célestin de la première place et écarté du scrutin le nationaliste de gauche Jean-Charles Moïse, lui aussi aspirant à la présidence de la République.

Commémoration du vendredi 13 novembre 2020 des deux ans du massacre
de La Saline, en mémoire des dizaines de personnes assassinées dans
l’indifférence des autorités

Depuis juillet 2018, mois de l’annonce et de la suspension des lourdes augmentations du prix des carburants, la démission du Premier ministre de l’époque entraînerait la vacance prolongée du chef du gouvernement, quatre Premiers ministres s’étant succédé au cours des deux dernières années. Loin de faire contrepoids aux prérogatives présidentielles, le dernier d’entre eux, Joseph Joute, a été nommé directement par Moïse et n’a même pas été ratifié par le Parlement, comme l’exige la Constitution du pays.

D’autre part, les élections législatives qui auraient dû avoir lieu en 2018 ont été suspendues à plusieurs reprises, jusqu’à ce que le CEP annonce la dernière date, prévue, avec un retard de deux ans, pour la fin de cette année. Face à l’impossibilité de renouveler les mandats des députés et des deux tiers des sénateurs, Moïse a décidé de fermer le Parlement, de sorte qu’à partir de janvier 2020, il statuera par décret.

L’autre aspect consubstantiel à la dérive dictatoriale du gouvernement concerne la violence politique. Un décret présidentiel de décembre a établi une série de mesures pour le « renforcement de la sécurité publique », tandis qu’un autre a créé l’Agence nationale de renseignement (ANI), dont les agents jouissent d’une immunité virtuelle dans l’exercice de leurs fonctions opaques.

La Commission nationale du désarmement de l’État estime qu’il existe 76 groupes criminels hautement organisés qui opèrent

Même le « Core Group », une organisation regroupant les principaux pays occidentaux qui ont soutenu les gouvernements de la PHTK, a décrit les décrets comme étant en contradiction avec « certains principes fondamentaux de la démocratie, de l’État de droit et des droits civils et politiques des citoyens », dans la mesure où des actes d’opposition et de protestation qui ne peuvent en aucun cas être qualifiés de « terroristes » pourraient entraîner des peines allant de 30 à 50 ans.

Il s’agit de politiques anti-terroristes dans un pays sans autre terrorisme que celui de l’Etat ou des groupes criminels qui, comme le soi-disant « G9 », co-gouvernent le pays et terrorisent les quartiers de la capitale Port-au-Prince. La Commission nationale du désarmement de l’État estime qu’il existe 76 groupes criminels hautement organisés qui opèrent — dont beaucoup ont été armés et financés par des hommes d’affaires, des parlementaires et le gouvernement lui-même. L’un de ces groupes a commis le massacre de La Saline, un quartier populaire de la capitale, où 71 personnes ont été tuées en novembre 2018. Les fonctionnaires Fednel Monchery, ancien directeur général du ministère de l’Intérieur, et Rigaud Duplan, ancien directeur départemental de l’Ouest, ont été impliqués dans une enquête de police et ont dû démissionner de leurs fonctions.

L’objectif tacite des décrets de sécurité, la création de l’ANI et la succession de massacres dans les zones rurales organisées ou dans les quartiers populaires de Port-au-Prince, n’ont d’autre objectif que la répression politique la plus efficace du mouvement populaire qui semble renaître de ses cendres depuis les soi-disant « marches de la faim » de 2016, l’insurrection massive de juillet 2018 et le mouvement qui depuis septembre de la même année réclame le retour du détournement de plusieurs millions de dollars de fonds publics arrivés dans le pays dans le cadre du programme énergétique Petrocaribe.

Sans élections, avec une autorité électorale choisie unilatéralement par l’exécutif, sans parlement, sans premier ministre constitutionnel, avec la Cour des comptes muselée et réduite à un organe « consultatif », sans budget officiel, avec des assassinats sélectifs de journalistes et de leaders de la société civile — comme Monferrier Dorval, ancien bâtonnier du Barreau de Port-au-Prince —, avec des milices et des groupes criminels gérant de larges pans du territoire national, il ne reste pratiquement plus d’institutions juridiques ni d’autorités constitutionnelles pour contrebalancer un gouvernement de plus en plus répressif et autoritaire. Le fantôme de la dictature de Duvalier n’est plus seulement un fantôme, et de nombreux analystes parlent déjà de la « macoutisation » presque complète de l’État, en référence aux « Tonton Macoutes », les fameuses milices du régime de facto qui ont contrôlé le pays pendant trente ans. Pour dissiper les doutes sur l’orientation générale de la politique nationale, le parti au pouvoir a renforcé ses liens avec Nicolas Duvalier, fils de Jean-Claude Duvalier, et a commencé à l’envisager comme candidat possible pour succéder à Moïse à la présidence.

Litige constitutionnel, malaise international

Peut-être une proposition constituante peut-elle sembler progressiste et attrayante, à la lumière du récent « Apruebo » chilien, ou des attentes de réforme qui gagnent en corps et en légitimité dans un pays comme le Pérou. Mais si les deux mouvements constitutifs sont clairement progressistes et anti-autoritaires par essence — l’un post-pinochetiste et l’autre éventuellement post-fujimoriste —, la situation est très différente en Haïti, étant donné que l’actuelle Constitution est la principale conquête du mouvement démocratique qui, en 86, a finalement interrompu la dictature à vie de François et Jean-Claude Duvalier et qui, plus tard, donnera naissance au présomptueux mouvement « Lavalas » qui mènera le prêtre progressiste Jean-Bertrand Aristide à la présidence du pays.

Le président haïtien Jovenel Moise (C) & Donald Trump

Si la vague constituante néolibérale et multiculturelle des années 1990 a été suivie par le nouveau constitutionnalisme latino-américain des années 2000, le processus chilien ou éventuellement péruvien peut être considéré comme un processus différé, peut-être moins radical et à l’échelle du soi-disant « printemps latino-américain ». Alors que le cas haïtien est – en cela comme en tant d’autres choses — sui generis et, peut-être, anticipant les tendances du continent, comme une sorte de thermomètre de l’avancée des forces néo-fascistes dans la région.

La dictature de Moïse est une dictature qui cherche à se protéger constitutionnellement. Se protéger de quoi ? D’abord d’un régime politique hybride, de type semi-parlementaire, dans lequel, contrairement à la plupart des systèmes politiques d’Amérique latine et des Caraïbes, une figure présidentielle —le chef d’État— et un Premier ministre —en tant que chef de gouvernement— coexistent avec un Parlement doté d’un pouvoir de feu et de larges prérogatives. Deuxièmement, une Constitution en vigueur, celle de 1987, qui, malgré ses lacunes, a pu cristalliser à l’époque une bonne partie des aspirations démocratiques dans l’immédiate post-dictature, en introduisant des éléments tels que les politiques de décentralisation et certaines réalisations concernant la revendication de la langue et de la culture nationale et populaire, même si elle n’a pas cristallisé les aspirations anti-néolibérales de l’époque.

Cette hydre à plusieurs têtes était une conception institutionnelle visant à limiter les garanties et les pouvoirs illimités des présidents successifs et à limiter l’intronisation de nouveaux autocrates après une longue dictature de 31 ans. Mais l’interrègne démocratique en Haïti a été fatalement bref. Son maigre bilan depuis 1986 a été, selon l’économiste et cinéaste haïtien Arnold Antonin, « huit coups d’État, 34 changements de gouvernement (par changement de premier ministre), cinq élections avortées, trois interventions militaires étrangères et cinq missions des Nations unies (ONU) pour la stabilité et la paix ». Loin des barbaries avec lesquelles cette instabilité nationale s’explique, ses causes se trouvent dans l’intervention fréquente des pays occidentaux dans les affaires intérieures, et dans l’inégalité générée dans le pays par les politiques de libéralisation commerciale et financière des 50 dernières années.

le gouvernement Moïse, acculé, a su jouer une carte forte : la rupture des relations avec le Venezuela bolivarien, la reconnaissance de l’imprésentable Juan Guaidó,

Par rapport à cela, le front international, la position des grands acteurs géopolitiques a commencé à changer. En 2019, le gouvernement Moïse, acculé, a su jouer une carte forte : la rupture des relations avec le Venezuela bolivarien, la reconnaissance de l’imprésentable Juan Guaidó, et l’alignement complet sur la politique de Donald Trump dans la grande région des Caraïbes. Malgré les coûts de cette politique suicidaire pour le pays en termes d’articulations régionales telles que la CARICOM et Petrocaribe, le geste d’Haïti a donné au gouvernement Moïse une sorte d’immunité internationale qu’il a réussi à administrer. Il est difficile de ne pas voir dans le soutien sans faille de l’OEA et du Département d’État à l’art du spectacle du gouvernement un retour de faveur, malgré le fait que la visibilité de la crise haïtienne en 2018 a augmenté les coûts internationaux du maintien du gouvernement actuel. Et ce, malgré le fait que la suppression des institutions ou des mécanismes démocratiques accentue considérablement le fossé entre l’imaginaire démocratique idyllique de l’Occident et l’incohérence grossière d’alliés régionaux tels que Haïti, le Chili ou la Colombie.

Mais la défaite sans appel de Trump et la montée des démocrates semblent forcer un changement, même de forme, de sorte que les pressions pour une pseudo normalisation institutionnelle dans le pays augmentent — les dernières positions et recommandations du groupe restreint devraient être lues dans cette optique. Le premier fait d’une nouvelle orientation qui ne s’est pas encore pleinement imposée est la sanction du département du Trésor américain contre deux fonctionnaires du gouvernement et un chef paramilitaire allié. En vertu de la loi Magnitsky, ces trois personnes ont vu leurs avoirs gelés et se sont vu interdire l’accès au visa américain tant convoité.

Cela semble donner quelques indications sur les deux principales alternatives de la géopolitique des États-Unis à l’égard d’Haïti : la « normalisation par les canaux institutionnels » — dans le large éventail de nuances qui vont de la démocratie de faible intensité, de la fraude électorale et même d’une réédition des occupations internationales via les Nations unies — ou l’approfondissement du choc répressif, qui comprend le renforcement de l’alliance entre le gouvernement et les groupes criminels, la paramilitarisation du tissu social, les nouvelles lois de sécurité et la répression et les assassinats sélectifs des opposants. Dans cette ligne, en février 2019, la police nationale haïtienne a arrêté un groupe de huit mercenaires lourdement armés — cinq anciens marines étasuniens, deux Serbes et un Haïtien — qui sont censés faire partie d’une politique systématique d’infiltration des forces irrégulières étrangères. Les mercenaires ont été déportés de manière expéditive via l’ambassade des États-Unis, sans pouvoir faire l’objet d’une enquête et d’un procès en Haïti. Dans l’évaluation et l’application de ces deux stratégies, non seulement l’efficacité relative de chaque méthode pèse, bien sûr, mais aussi la « propreté » relative de chacune et les coûts éventuels pour les États-Unis et les agences occidentales sur la scène internationale.

Sur sa page Instagram, Chris Osman Designs, l’un des huit (8) mercenaires
arrêtés dimanche dernier par la Police Nationale d’Haïti (PNH) a clairement
indéxé les proches de Jovenel Moïse pour qui ils ont été en mission de
sécurité dans le pays. «Haïti pour assurer la sécurité des personnes
directement liées au président en exercice », a écrit le mercenaire.

Tout semble indiquer que Biden et les démocrates sont en retard sur le calendrier électoral proposé par le CEP, après l’échec relatif des politiques menées par le Département d’État au cours du dernier exercice biennal. Cependant, le zèle se concentre sur la simulation électorale et non sur la démocratie de fond. C’est pourquoi la nouvelle Constitution est rédigée par une commission secrète, et près de deux mois avant le plébiscite qui devrait la ratifier, son contenu est totalement inconnu.

À ce jour, seules quelques rumeurs ont circulé sur ses objectifs prévisibles : le retour au régime présidentiel, l’élimination formelle du Sénat et la construction d’un Parlement monocaméral, ainsi qu’une série de mesures visant à gagner le soutien de la diaspora, comme la légalisation de la double nationalité. En outre, la proposition présente un autre défaut d’origine : la Magna Carta actuelle interdit explicitement la tenue de mécanismes consultatifs pour sa modification. Malgré toutes ces irrégularités, l’OEA et les États-Unis n’ont pas tardé à exprimer leur soutien à une initiative qui venait probablement de leurs propres bureaux. Pour leur part, des segments de plus en plus importants de la population haïtienne exigent la démission immédiate de Moïse, dans un large réseau d’organisations, de classes et de secteurs qui comprend des partis politiques, des mouvements paysans, des syndicats, des organisations territoriales, des ONG, des églises et même des chambres de commerce.

 

Venesol 22 janvier 2021 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY