Le déploiement des forces kenyanes retardé

2
256
De gauche à droite : le Premier ministre haïtien Ariel Henry et le ministre des Affaires étrangères Jean Victor Généus. Le président kényan William Ruto et le ministre des Affaires étrangères Alfred Mutua.

Le gouvernement haïtien est impatient puisque les forces robustes demandées par le Premier ministre de facto Ariel Henry et son ministre des Affaires étrangères Jean Victor Généus tardent encore d’arriver.

La cheffe du BINUH Isabel Salvador a plaidé pour sa part en faveur du déploiement de la mission multinationale de soutien à la réunion du Conseil de sécurité qui a eu lieu le 22 octobre 2023.

Les forces robustes kenyanes

Trois semaines après que le Conseil de sécurité de l’ONU ait donné son feu vert au déploiement d’une mission multinationale non-onusienne dirigée par le Kenya soi-disant pour venir en aide à la police haïtienne, un tribunal kényan a pris  la  décision de justice en suspendant le déploiement de cette force d’un millier de policiers en Haïti, dans le cadre d’une mission onusienne mais parrainée par les Etats-Unis.

La cheffe du BINUH Isabel Salvador

La Haute cour de Nairobi avait suspendu le 9 octobre cette décision dans l’attente de l’examen d’un recours déposé par l’avocat et opposant Ekuru Aukot, qui soutient que ce déploiement est inconstitutionnel.

L’avocat et opposant Ekuru Aukot

Maintenant c’est le tour du juge Mwita qui a ordonné aux parties concernées de déposer leurs documents judiciaires et de comparaître devant le tribunal pour les mettre en évidence le 9 novembre prochain.

Les détails de cette mission en Haïti ne sont pas encore finalisés et le Parlement ne l’a pas encore votée, comme l’exige la constitution.

Des citoyens du Kenya continuent de manifester contre cette décision qui selon eux viole la constitution kenyane.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here