Le Conseil présidentiel de Blinken se précise

1
214
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est exprimé avec optimisme concernant la mise en place imminente du Conseil présidentiel de transition.

Durant une conversation téléphonique le secrétaire d’état américain Anthony Blinken, responsable de la planification et du projet des Etats-Unis de mettre en place un quelconque Conseil présidentiel de transition (CPT) en Haïti a parlé au président de la Guyana et président en exercice de la CARICOM, M. Mohamed Irfaan Ali, pour se renseigner sur l’évolution et l’état de santé des acteurs impliqués dans la mise en place du Conseil présidentiel de transition.

Le Président de la Caricom lui a sans doute expliqué les problèmes confrontés entre autres avec les alliés de l’ancien Premier ministre Ariel Henry, membre du conseil en gestation qui dans un courrier daté du 31 mars 2024 a annoncé qu’il abandonnera le CPT pour préconiser de préférence un juge de la cour de cassation pour être le président provisoire.

« Nous croyons que la Caricom et les pays partenaires qui soutiennent ces initiatives, ont péché et ont hypothéqué toutes les chances de succès de leur démarche, en se contentant uniquement de faire accepter le concept de ce conseil de 7 membres et de 2 observateurs, sans se donner la peine d’obtenir que les parties prenantes signent formellement une entente sur sa mission, son organisation, son fonctionnement et la durée de son mandat » ont écrit les partis politiques alliés du Premier ministre démissionnaire.

M. Mohamed Irfaan Ali président en exercice de la CARICOM et le secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, Antony Blinken

Un tel revirement ne ferait pas l’affaire des Etats-Unis, bien qu’un juge de la cour de Cassation ne soit pas un obstacle à la continuation de la domination impérialiste du pays. Et les Etats-Unis pour sa part pour forcer les Conzé haïtiens à un consensus  menacent de recourir à un plan B pour former le prochain pouvoir de transition en Haïti.

Contrairement aux démarches des alliés de l’ancien Premier ministre Ariel Henry, le parti politique Les Engagés pour le Développement (EDE), lors d’une conférence de presse tenue le lundi 1er avril 2024, lance un ultimatum de 72h au gouvernement démissionnaire pour nommer les membres du Conseil Présidentiel.

Est-ce que cela explique que le gouvernement serait en complicité avec les alliés de l’Accord du 21 décembre pour retarder le conseil de façon à faciliter la nomination d’un président issu de la Cour de Cassation. Selon les déclarations de Oneless Francisque « Ils veulent passer le pouvoir à un juge qui est à leur solde afin de continuer de jouir les privilèges de l’Etat, dilapider les ressources de l’Etat. Le reste du gouvernement montre clairement ses velléités pour boycotter le Conseil Présidentiel »

Les membres du Conseil présidentiel de transition des Etats-Unis et de la CARICOM pour Haïti

Ainsi, pour déjouer toutes incertitudes planant sur l’installation du conseil présidentiel, lors de son entrevue avec le Président de la Caricom, le secrétaire d’état américain Anthony Blinken  a exprimé le ferme soutien des Etats-Unis au Conseil présidentiel de transition et rassure également que le déploiement de la Mission Multinationale d’appui à la Sécurité aura bien lieu.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here