Le Choléra refait surface, 8 morts

0
765
Cette résurgence du choléra est la faute des conditions précaires dans lesquelles vivent la population victime d’un système capitaliste qui subordonne toute l’activité humaine à l’enrichissement d’une petite élite financière et condamne des millions de personnes à mourir sans accès à de l’eau potable et à des conditions hygiéniques élémentaires.

Plusieurs personnes ont été diagnostiquées, puis confirmées d’être atteintes de la maladie du cholera à la capitale haïtienne précisément dans les quartiers populaires de Cité Soleil et Carrefour Feuille. Une façon de dire que cette épidémie qui a été introduite dans le pays, à Mirebalais le 18 octobre 2010, dans une base Népalaise de la force d’occupation la MINUSTAH et qui avait infecté des centaines de milliers de gens et tués plus de 10 milles, refait surface.

Cette maladie intestinale, transmissible par l’eau, entraîne une diarrhée et des vomissements intenses et peut être fatale en quelques heures, en raison de la déshydratation. A cet effet, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), a informé le 1er octobre 2022 à travers un communiqué qu’un cas d’une victime du choléra a été détecté à Savane Pistache/Decayette dans la commune de Port-au-Prince et d’autres cas suspects ont été détectés dans le quartier pauvre de Brooklyn de la commune de Cité Soleil.

Le dimanche 2 octobre à la résidence officielle du premier ministre de facto Ariel Henry au cours d’une conférence, le ministre de la santé publique et de la population, Dr Alex Larsen, s’est présenté devant la presse pour un nouveau bilan. Il invite « la population qui proteste dans les rues à faciliter le passage des ambulances, l’accès aux centres de santé ainsi que la distribution de l’eau potable dans les foyers afin d’éviter une catastrophe. 

Le directeur général du MSPP, Dr Lauré Adrien a annoncé au cours de ce point de presse avoir détecté huit décès. Il a précisé qu’il y a « deux foyers infectieux identifiés à Brooklyn à Cité Soleil et à Decayette à Carrefour Feuille, ces deux foyers ont déjà provoqués entre 7 et 8 décès »

L’organisation Médecins Sans Frontières (MSF) a admis 68 patients au sein de ses structures dans le quartier de Brooklyn, et dans les centres de Cité Soleil et de Turgeau

Dans la foulée, l’Organisation panaméricaine de la santé /Organisation mondiale de la santé (OPS/ OMS) annonce le lundi 3 octobre avoir installé un Centre de Traitement du Choléra à Cité Soleil afin de prendre en charge les personnes atteintes du Vibrio cholerae. Elle informe avoir fourni plus de 2 tonnes d’intrants et matériels médicaux à Médecins sans Frontières France pour la mise en place d’un Centre de Traitement de Choléra d’une capacité de 50 patients.

L’organisation Médecins Sans Frontières MSF a admis 68 patients au sein de ses structures dans le quartier de Brooklyn, et dans les centres de Cité Soleil et de Turgeau. Le décès d’un enfant de trois ans a été constaté, a annoncé cette organisation dans un communiqué datant du 3 octobre 2022.

Dans un autre communiqué daté du 4 octobre 2022, Médecins Sans Frontières (MSF) informe avoir ouvert des unités de traitement du choléra de 10 lits dans le quartier de Brooklyn, 20 lits au centre d’urgence MSF de Turgeau et un centre de traitement du choléra (CTC) d’une capacité de 50 lits à l’hôpital MSF de Cité Soleil.

Le MSPP compte sur la collaboration de la Population tout en prenant les dispositions nécessaires pour circonscrire cette flambée du choléra. Pour éviter d’attraper cette maladie sinon sa propagation, le Ministère recommande à tout un chacun de prendre toutes les mesures d’hygiène adéquates : Lavage des mains ; Consommation d’eau potable (ou de l’eau bouillie, ou de l’eau traitée avec un produit chloré), Protection des aliments, Utilisation de latrines pour la défécation. Toute personne présentant une diarrhée aigüe, profuse doit se rendre immédiatement au centre de santé le plus proche.

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)

Par ailleurs, les Nations-unies n’ont jamais dédommagé la famille des victimes du choléra, ni aidé à mettre en place des infrastructures nouvelles pouvant éviter la résurgence de ce mal. Rien n’a été fait pour un quelconque réaménagement; pourtant le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Gueterres, vient de verser des larmes de crocodile en déclarant « profondément préoccupé par la santé et la sécurité des personnes en Haïti suite à la confirmation de cas positifs de choléra et de plusieurs cas suspects dans la capitale, Port-au-Prince. » Il appelait également « à un accès immédiat et sans entrave sur le terrain pour faciliter la livraison de carburant à des fins humanitaires. »

La base Népalaise de la force d’occupation la Minustah

Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations-Unies a pour sa part indiqué que « l’ONU est prête à déployer des équipes d’intervention d’urgence pour soutenir les communautés touchées dès qu’un accès sûr sera assuré et que l’approvisionnement en carburant sera débloqué » Cette résurgence du cholera est la faute des conditions précaires dans lesquelles vivent la population haïtienne victime d’un système capitaliste d’exploitation qui subordonne toute l’activité humaine à l’enrichissement d’une petite élite financière et condamne des millions de personnes à mourir sans accès à de l’eau potable et à des conditions hygiéniques élémentaires.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here