Le Canada pousse les troupes caribéennes à occuper Haïti

Le Canada agit comme la petite puissance impériale qu’il est dans une partie du monde que ce pays considère depuis longtemps comme son arrière-cour.

0
1068
La Communauté des Caraïbes (CARICOM)

Washington demande à Ottawa de diriger une mission militaire en Haïti. Le gouvernement canadien, à son tour, tire parti de son influence pour amener les pays des Caraïbes à doter en personnel et à vendre une force haïtienne.

Justin Trudeau préférerait mettre un visage noir sur son intervention militaire et les troupes de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont sa préférence. Vendredi, le Premier ministre canadien a déclaré : « Je suis tellement heureux que les pays des Caraïbes manifestent un tel intérêt à faire partie de toute solution » en Haïti.

Trudeau a rencontré à plusieurs reprises la CARICOM pour discuter d’Haïti. Mardi, le Jamaica Gleaner a rapporté : « Le Premier ministre Justin Trudeau a, en l’espace d’une semaine, tenu une deuxième série de pourparlers avec les dirigeants de la Communauté des Caraïbes (Caricom) sur la détérioration rapide de la situation humanitaire et sécuritaire en Haïti ».

Justin Trudeau conduit une réunion sur la sécurité d’Haïti aux Nations Unies

La sensibilisation directe à la CARICOM s’ajoute à une campagne canadienne plus large, qui a inclus des dirigeants des Caraïbes. Le mois dernier, Trudeau a organisé une réunion sur Haïti au siège des Nations Unies à New York, tandis que la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a organisé une réunion pour discuter de ce pays lors du sommet de l’Organisation des États américains au Pérou.

Le Premier ministre des Bahamas a déclaré qu’ils enverraient des troupes si la Communauté des Caraïbes acceptait la mission. « Si la CARICOM décide que la situation haïtienne nécessite le déploiement de troupes de sécurité, alors les Bahamas respecteront le résultat de la résolution de l’organisation », a déclaré Philip Brave Davis. Le ministre jamaïcain de l’Information, Robert Morgan, a fait écho à ce commentaire.

Si Ottawa convainc les membres de la CARICOM de se joindre à son entreprise impériale, cela mettra en évidence l’influence du Canada parmi les pays de la CARICOM, pour la plupart petits. L’influence d’Ottawa dans la région remonte au moment où le Canada First Movement cherchait « un lien politique plus étroit » avec les Antilles britanniques dans les années 1870. Au début des années 1900, la politique canadienne appuyait l’annexion des possessions antillaises de l’Empire britannique (les diverses îles ainsi que le Belize et la Guyane d’aujourd’hui). À la fin de la Première Guerre mondiale, Ottawa demanda au cabinet de guerre impérial s’il pouvait prendre possession des Antilles britanniques en compensation de la défense de l’empire par le Canada. Londres rechignait.

L’important secteur financier du Canada est à l’origine de ces efforts. Avec leur présence dans la région depuis les années 1830, les banques canadiennes étaient des acteurs majeurs à la fin des années 1800.

Les banques canadiennes continuent d’être influentes. Après l’indépendance, des politiciens canadiens, des hommes d’affaires et des représentants de la Banque du Canada ont élaboré des politiques bancaires et fiscales dans un certain nombre de pays des Caraïbes.

La Banque de développement des Caraïbes est une banque multilatérale vieille d’un demi-siècle qui donne à Ottawa une influence sur l’économie de la région. Initialement composés du Canada et du Royaume-Uni, ces deux pays contrôlent chacun 9,31 % des actions avec droit de vote de la banque (contre 20 % auparavant).

Le Canada a également joué un rôle militaire important dans la région. Le Canada, note Canadian Caribbean Relations in Transition, « a coopéré étroitement avec la Jamaïque à la mise en place des organisations de sécurité nationale de cette dernière » après l’indépendance du pays. Au cours du dernier demi-siècle, le Canada a régulièrement formé les forces de sécurité jamaïcaines et possède une petite base militaire sur l’île.

Si Ottawa convainc la CARICOM d’envoyer des forces en Haïti, cela reflétera l’influence canadienne dans la région. Les puissances impériales veulent toujours que les autres fassent leur sale boulot.

Yves Engler, 2 novembre 2022
Orinoco Tribune, 9 Novembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here