La seconde révolution haïtienne ne sera pas avortée !

1
927

Le peuple haïtien, trahit par ses dirigeants politiques, est à un carrefour où les impérialistes préparent à l’humilier à nouveau. En enrôlant des gouvernements laquais pour concocter une autre intervention étrangère dans un pays où l’Etat, l’autorité et la légitimité politique sont mis en question par le peuple qui s’interroge également sur les cycles d’exploitation, de coup d’Etat et d’interventions impérialistes qui ont préparé la situation actuelle.

Rien ne pourrait cacher les séquelles de la politique de faillite poursuivie pendant plus d’un siècle de domination par les différents régimes inféodés aux intérêts néocoloniaux des occidentaux. Les objectifs prioritaires ne sont pas ceux définis réellement. L’unique but à atteindre de cette énième occupation en gestation sera tout d’abord de renforcer l’Etat corrompu et pourri contre toutes formes de résistance populaire grandissante constituant des obstacles aux inégalités sociales. Et ensuite, déstabiliser le mouvement populaire en vue de son élimination totale afin d’avoir les coudées plus franches dans leurs intentions réelles.

Selon le mensonge évident qu’on a vendu aux gouvernements et agents alliés, et partenaires de l’impérialisme des pays enrôlés tels que le Kenya, Antigua et Barbuda, Jamaïque et les îles Bahamas qu’ils vont jouer un rôle dans le rétablissement d’un climat de paix en Haïti. Ils sont plus que naïfs et laids, ces gouvernements caribéens et africains affichant ouvertement leur ignorance et leur mentalité de vassaux sous-développés. S’ils peuvent croire franchement qu’ils vont pouvoir faire quelque chose de bien ou d’humanitaire dans ce bourbier, il y a de quoi s’inquiéter pour leur propre avenir, ne comprenant pas, qu’ils sont enrôlés en tant que mercenaires, délinquants au club des gendarmes et sous-gendarmes des puissances impérialistes en vue d’étouffer les mouvements résolument engagés contre la pax americana.

S’ils peuvent croire franchement qu’ils vont pouvoir faire quelque chose de bien dans ce bourbier, il y a de quoi s’inquiéter pour leur propre avenir…

En d’autres termes, ces gouvernements fossoyeurs sont embauchés pour qu’ils puissent servir de tapis pour faciliter qu’Haïti soit dépossédée de ses ressources et donner à l’impérialisme l’occasion qu’il recherchait pour atteindre ses objectifs, ses desseins criminels de continuer à punir les masses populaires haïtiennes.

C’est une leçon que tous les peuples luttant pour leur libération se doivent de méditer et de ne jamais oublier que les impérialistes sont en train d’utiliser d’autres peuples appauvris du tiers-monde comme instrument à leur service pour envahir un peuple souverain, rebelle et toujours en lutte contre l’inflation et la hausse incessante du coût de la vie sans oublier le chômage galopant, des problèmes récurrents auxquels sont confrontés les masses haïtiennes et qui les forcent à refuser de se soumettre et de lutter jusqu’au bout afin de faire échec aux manœuvres de l’impérialisme et de ses alliés locaux.

Jamais le pays n’a été témoin d’un contraste aussi considérable entre une classe privilégiée composée de quelques familles baignant dans l’opulence face à une immense majorité de la population abandonnée à elle-même dans une misère aussi effroyable.

Le fait que les masses haïtiennes brandissent certaines fois le drapeau russe au cours de leurs manifestations augmente en un sens l’obsession interventionniste des occidentaux. Ils n’ont pas le courage d’admettre que le chaos actuel a bel et bien été provoqué par leur politique déstabilisatrice et surtout leurs anciennes forces d’occupation impérialiste sous couvert des Nations-Unies. Voilà pourquoi, ils ne veulent pas présenter leur visage hideux, mais préfèrent porter des masques africains et antillais pour continuer comme bon leur semble leur barbarie contre tout vrai changement démocratique.

Dans leur imagination criminelle et égoïste, brandir le drapeau russe ou chinois est un appel, sinon, un signe d’alternative à leur mauvaise politique comme cela se fait maintenant au Mali, au Burkina Faso, et récemment au Niger.

Cela nuit forcément à leur stratégie impérialiste qui consiste à consolider leurs positions hégémoniques les plus importantes. Pourquoi Haïti, un pays souverain depuis 1804, ne peut pas être libre de sa destinée ? Une main qui n’est plus invisible, une force qui n’est plus obscure tire toujours des ficelles et l’empêche même d’établir des relations diplomatiques avec la Fédération de Russie et de la République Populaire de Chine.

Ce n’est pas avec la clique de cette classe politique décadente et néo-colonisée, ces factions de la bourgeoisie « patripoche », à la traine du Premier ministre Ariel Henry et les forces militaires ou policières au service des puissances impérialistes que des solutions seront trouvées à la crise haïtienne. Au contraire, c’est sans eux et contre eux, qu’il nous faut agir et le faire au plus vite serait le mieux. Il est temps de couper ce cordon ombilical, car il ne nous sert à rien d’autre que de nous assujettir, et nous empêcher toute transformation fondamentale des anciennes conditions sociales.

La seconde révolution haïtienne peut être retardée; elle est peut être encore loin, mais elle ne fera pas marche arrière, voire qu’elle pourrait être avortée. Malgré l’allergie des puissances occidentales à tous les mouvements populaires du monde, elles ne réussiront jamais à affaiblir ou à détourner la volonté indomptable du peuple haïtien de poursuivre sa lutte de libération nationale jusqu’à la victoire finale.

Qu’il pleuve, qu’il tonne, le peuple haïtien tôt ou tard frayera le chemin qui le libérera de la domination de l’impérialisme américain. Car, Haïti ne restera pas éternellement une chasse gardée des intérêts néocoloniaux et occidentaux.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here