Exploiter Haïti à travers le Global Fragility Act

1
799
Port-au-Prince, Haïti, 19 juin 2023 - Une mère nourrit son bébé, parmi plus de 165 000 Haïtiens sans abri en proie à la violence des gangs, à la corruption gouvernementale et aux ouragans, dans une ville de près de trois millions d'habitants. PHOTO : Ralph Tedy Erol / Reuters

Les États-Unis ont leurs griffes en Haïti depuis un siècle et ne sont pas près de lâcher prise. La domination étrangère a détruit ce pays des Caraïbes, la première république noire de l’hémisphère occidental, établie par un soulèvement d’esclaves en 1804. Aujourd’hui, une Haïti profondément brisée est en tête de liste pour la réinvasion et la réoccupation par un nouveau complot américain – le Global Fragility Act, voté par le Congrès en 2019.

Priorité américaine ? Protégez les ressources. Ce pays a toujours traité Haïti comme une colonie. Ses ateliers clandestins à bas salaires produisent des vêtements pour Walmart et Target. Ce sont les principales exportations d’Haïti. Les sociétés minières étrangères volent les ressources naturelles de l’île. Depuis que l’agriculture et l’industrie locales ont été détruites par le capitalisme de marché libre, les vendeurs inondent maintenant Haïti de pétrole, de récoltes et de produits manufacturés américains. Les chefs d’État sont choisis par des dirigeants néocoloniaux étrangers.

Alors que la portée mondiale de la Russie et de la Chine progresse, Washington veut empêcher ces concurrents de prendre pied sur « ses » territoires, en particulier dans les Caraïbes voisines. Haïti est le premier test pour une nouvelle loi adoptée en 2019 visant à maintenir les nations subjuguées sous la coupe de l’Oncle Sam et les États-Unis comme premier chien économique. Le Global Fragility Act (GFA) cible les nations les plus vulnérables. Présenté en termes humanitaires, il promet une nouvelle approche qui donne la priorité au “partenariat” avec les civils haïtiens, pour “stabiliser les zones touchées par le conflit et prévenir la violence et la fragilité”. Il met l’accent sur la diplomatie et l’amélioration de la coordination entre les agences.

Le chômage, la misère et la pauvreté en Haïti

Mais l’intention réelle est d’intensifier l’entreprise privée et de s’entendre avec les banques de développement qui accordent des prêts aux aspirants capitalistes. GFA protège les dirigeants des gouvernements locaux qui sont favorables au capitalisme américain. Il prévoit des sanctions économiques pour contrôler les Haïtiens de l’opposition. Il accorde également des fonds à la Police nationale haïtienne (PNH) corrompue et ouvre la porte à des actions militaires étrangères.

La sinistre existence des Haïtiens. Haïti, longtemps le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, se débat dans des conditions désastreuses. Des gangs armés règnent sur de nombreux quartiers de la capitale, Port-au-Prince. Cultivés par l’élite politique pour intimider leurs rivaux et obtenir des votes, ces voyous violent, kidnappent et assassinent maintenant pour contrôler les routes de la ville, les services de bus et les services publics. L’infrastructure a été dévastée par des tremblements de terre et des inondations. De nombreuses zones n’ont ni électricité, ni eau courante, ni carburant. La famine et le choléra sévissent dans le pays. L’effondrement économique menace alors que les usines ferment et que la population jeune fuit le pays.

Le gouvernement est dysfonctionnel. Il n’y a pas d’élus. Le premier ministre vilipendé, Ariel Henry, règne dans l’intérêt des riches et des seigneurs qui l’ont nommé. Ils s’appellent le Core Group – une coalition internationale de surveillants étrangers des États-Unis, du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne, du Brésil et des Nations Unies ! Henry règne à travers des escouades paramilitaires et des gangs qui travaillent avec la police.

Utilisant la violence des gangs comme justification, la Maison Blanche prépare un dossier pour la réoccupation. Son agent, Ariel Henry, a appelé à une intervention étrangère. En octobre 2022, le Mexique et les États-Unis ont présenté une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour un « effort multilatéral » visant à déployer une « force d’action rapide ». Lié à la guerre en Ukraine, Washington, D.C., fait pression sur le Canada ou le Brésil pour qu’ils prennent la tête de l’effort. Pour l’instant il n’y a pas de preneurs. Cependant, le Canada et les États-Unis envoient des armes et des véhicules blindés à la méprisée Police nationale haïtienne (PNH). Les Nations Unies ont appelé des « casques bleus » internationaux pour renforcer la PNH.

Haïti pour les Haïtiens. Dans l’esprit de leurs ancêtres esclaves révolutionnaires, les Haïtiens ripostent. Dans les rues, les habitants ont pris des machettes pour combattre les gangs blindés et les escouades paramilitaires. De fréquentes manifestations de masse appellent à la démission d’Ariel Henry. À l’occasion, un drapeau chinois est hissé en signe d’opposition aux déclarations des États-Unis.

Il y a un regain d’activisme syndical dans l’industrie du vêtement. Les maquiladoras ont réduit leurs effectifs ou fermé leurs portes, certaines à cause du chaos dans le pays. Dans un cas, une usine a fermé du jour au lendemain, les propriétaires se sont enfuis avec les salaires et les indemnités de départ des travailleurs. La protestation ouvrière leur a valu un règlement. Ensuite, une grève à l’échelle de l’industrie en 2022 a entraîné une modeste augmentation de salaire pour les travailleurs absurdement mal payés qui luttent contre une forte inflation.

Comme l’indique une «Lettre ouverte au président Joe Biden» publiée sur haitiwatch.org en 2021: «Le peuple haïtien [est] en train de mener une lutte légitime pour un changement radical de la politique, de l’économie et du social en faveur des masses populaires défavorisées, s’opposant le système mafieux mis en place pour garantir uniquement les intérêts des puissances impérialistes, des multinationales et des élites locales corrompues.

Utilisant la violence des gangs comme justification, les Etats-Unis, le Canada et la France préparent un dossier pour la réoccupation d’Haïti.

Étant donné que la politique américaine est responsable des conditions désastreuses que fuient les Haïtiens, la persécution des réfugiés par l’administration Biden est épouvantable. Plus de 25 000 Haïtiens ont été déportés depuis que Biden a pris ses fonctions. Le racisme alimente le traitement dégradant de ces migrants. Et les nouvelles règles sur l’immigration ne feront qu’aggraver ce sectarisme.

La justice exige que les Américains dénoncent la cruauté impérialiste du gouvernement américain et soutiennent la volonté du peuple haïtien, en Haïti et dans ce pays. Les Haïtiens doivent avoir le contrôle de leur vie et de leur nation. Les militants des droits de l’homme devraient se mobiliser en solidarité avec les descendants des audacieux combattants de la liberté qui ont aboli l’esclavage sur cette île.

Soutenez ces demandes du Comité d’action d’Haïti :

Non à l’intervention militaire américaine et onusienne en Haïti
Les États-Unis cessent de soutenir Ariel Henry en Haïti
Les États-Unis cessent de financer/former la police nationale haïtienne
Les États-Unis cessent d’expulser des réfugiés haïtiens
Mettre fin à l’occupation d’Haïti par les États-Unis et l’ONU !

Socialism
le 8 Août 2023

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here