La République Dominicaine dément les accusations de racisme contre Haïti

0
443
Luz Andújar, Conseillère de la Mission permanente de la République dominicaine auprès des Nations Unies.

Les panélistes de l’Instance permanente des Nations Unies sur les personnes d’ascendance africaine ont qualifié l’État dominicain d’abusif envers les Haïtiens.

La conseillère de la Mission permanente de la République dominicaine auprès des Nations Unies (ONU), Luz Andújar, a répondu aux attaques et accusations de « racisme systématique » et « d’abus des haïtiens » fondées contre la République dominicaine lors de la deuxième session de la Commission permanente Forum sur les personnes d’ascendance africaine de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Dans son discours, Andújar a profité de l’occasion pour défendre le pays des accusations négatives précédemment portées par les panélistes Gay Mcdougall, Barbara Reynolds et la secrétaire générale de l’Association des États de la Caraïbe, June Soomer, en qualifiant l’État dominicain de raciste et abusif contre le Haïtiens.

La représentante dominicaine a assuré que son pays « a été le pays le plus solidaire d’Haïti et il est hautement irresponsable de venir dans cette enceinte pour déverser des informations qui ne correspondent en rien à la réalité », puisque son pays dépense « une grande quantité de le budget à la fourniture de soins de santé à des dizaines de milliers d’Haïtiens », ainsi qu’à « l’éducation ».

Les plaintes sont basées sur des événements tels que la construction d’un mur à la frontière, qui, selon la République dominicaine, est “une clôture périphérique intelligente”.

Celui-ci a commencé à être construit le 20 février 2022, sous la direction du président de ce pays, Luis Abinader, avec un investissement de 32 millions de dollars, puisqu’il assure que « La République dominicaine ne peut pas prendre en charge la crise politique et économique en Haïti ni résoudre le reste de leurs problèmes ».

D’autre part, le dirigeant a demandé à plusieurs reprises une intervention dans le pays latino-américain, car il propose de « rétablir la paix et l’ordre » en Haïti.

La dernière de ses demandes a été adressée le 13 avril à la sous-secrétaire d’État américaine, Wendy Sherman, à qui il a réitéré qu’« il n’y aura jamais de solution dominicaine à la crise en Haïti ».

 

 Télésur 1er juin 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here