La Fondation Je Klere (FJKL) n’est pas un groupe de défense des droits humains crédible

1
490
Samuel Madistin, président du FJKL

Samuel Madistin, président du FJKL

Gilles dirige le FJKL avec son président, Samuel Madistin, avocat en exercice.

Après avoir représenté le département de l’Artibonite en tant que sénateur dans les années 1990, Madistin est revenu à la politique en 2015 lorsqu’il a cherché à être le candidat présidentiel du Mouvement patriotique populaire dessalinien (MOPOD), une coalition politique devenue parti.

La rivale de Madistin pour la nomination du MOPOD était l’ancienne Première dame Mirlande Manigat, actuellement présidente du Haut Conseil de transition (HCT) d’Ariel Henry.

L’ancien sénateur Turneb Delpé, membre du MOPOD, a décrit le parti comme un mélange de « démocrates-chrétiens », de socialistes, de « libéraux » et de nationalistes auto-identifiés.

Madistin a perdu contre Manigat. Les membres du parti avaient des raisons de croire que Manigat était un candidat fort. Elle a remporté le premier tour des élections de 2010, mais le département d’État américain est intervenu dans l’élection et le candidat qu’il a choisi, Michel Martelly, a remporté le deuxième tour dans ce qui est largement considéré comme une élection truquée.

Un mois plus tard, Manigat retire sa candidature. Dans une lettre aux membres du parti, elle a déclaré que « les élections telles qu’elles sont programmées, annoncées et fixées selon un calendrier impossible, laissent présager un faux vote qui ne respecte pas les principes démocratiques ».

L’investiture a ensuite été rendue à Madistin, qui a assumé ce rôle avec enthousiasme et a officiellement lancé sa campagne quelques mois plus tard. Le programme de Madistin comprenait de nombreuses promesses d’investissement dans les infrastructures, l’agriculture, la santé publique, l’énergie, le reboisement, l’éducation et la gouvernance. Aucun détail n’a été fourni sur la manière dont tous ces projets seraient financés. Dans son discours de remerciement, Madistin a présenté ses idéaux comme ceux d’un social-démocrate. Il a déclaré aux membres du parti qu’Haïti avait besoin d’un « État uni, souverain, démocratique et populaire… qui se donne les moyens de lutter efficacement contre la corruption et les inégalités sociales ». Un plan généreux sans détails sur la manière dont il pourrait être mis en œuvre.

Ignorant l’évaluation de Manigat quant à la probabilité d’une ingérence étrangère dans les élections de 2015-2016, Madistin s’est présenté à la présidence, en compétition avec 54 autres candidats. Il a perdu. Seulement 18 % des électeurs ont voté lors de l’élection, soit environ 1,5 million d’Haïtiens. Madistin a obtenu environ 13 000 voix, soit moins de 1 % du total.

Le scrutin de 2015-2016 a porté au pouvoir Jovenel Moïse et a été largement considéré comme une élection simulée. Comme tant d’autres politiciens et partis politiques, Madistin a tacitement approuvé l’élection en choisissant de se présenter, renforçant ainsi le pouvoir du PHTK sur Haïti.

L’année après l’investiture de Moïse à la présidence d’Haïti, Madistin et Gilles ont fondé le FJKL en mai 2018 (environ un an après que Gilles a quitté le RNDDH).

On ne sait pas exactement d’où vient le financement du FJKL. Depuis ses années au RNDDH, Gilles a montré une claire volonté de recevoir des financements des agences impérialistes, notamment la NED, l’USAID, le gouvernement canadien et le gouvernement français.

Pendant ce temps, Madistin est l’avocat de Reginald Boulos, l’un des oligarques bourgeois les plus riches d’Haïti. Cela suggère une autre source probable de financement pour le FJKL.

Reginald Boulos, un éminent fondateur et membre du Groupe des 184 organisé par la NED lors du coup d’État de 2004, est accusé d’avoir soutenu financièrement les paramilitaires pour forcer Aristide à quitter le pouvoir lors du coup d’État de 2004 soutenu par les États-Unis. Dans une interview avec Peter Hallward, on a demandé au chef paramilitaire Guy Philip si Boulos et d’autres oligarques avaient subventionné son mouvement. En réponse, Philippe a répondu : « Oui, nous avons eu des réunions avec divers hommes d’affaires et ils nous ont aidés… ils ont contribué environ 200 000 $ (US) pour acheter des armes et des munitions. »

Selon sa page Linkedin, « Boulos est l’ancien et actuel président de la Chambre haïtienne de commerce et d’industrie, et membre de la Chambre de commerce haïtiano-américaine, de l’Association médicale haïtienne et de l’Association haïtienne de santé publique ».

Multimillionnaire, Boulos est également « PDG de Boulos Investment Group, qui comprend Autoplaza S.A., le deuxième plus grand concessionnaire automobile ; Delimart S.A, la plus grande chaîne de supermarchés d’Haïti ; Pehacheve, une société leader dans la distribution pharmaceutique ; La radio Multipresse S.A. qu’il a cofondée, et Le Nouveau Matin, l’un des deux quotidiens d’Haïti.

​ Médecin de formation, Boulos est impliqué dans la mort de 87 enfants haïtiens après que sa société, Pharval Pharmaceuticals, ait produit un sirop contre la toux empoisonné qui a été distribué dans les quartiers pauvres de Port-au-Prince. Un rapport d’Ayibopost de 2018 affirme qu’« au moins 77 enfants âgés de un à 13 mois ont péri dans cette tragédie », tandis que 10 autres survivants souffrent d’un handicap permanent.

Boulos est également lié à un autre épisode de faute professionnelle médicale contre des enfants haïtiens. En 1996, The Haïti Information Project a signalé le cas de plus de 2 000 bébés à Cité Soleil qui avaient reçu une dose irrégulièrement élevée d’un vaccin expérimental contre la rougeole. Ce « test gouvernemental » a été mené par les Centres pour le Développement et la Santé (CDS), financés par les États-Unis, que Boulos dirigeait alors.

Richard Sanders décrit le Groupe des 184 comme « la coalition la plus puissante d’organisations de la « société civile » en Haïti pendant la période précédant le coup d’État de 2004. » Il était dominé par l’élite des affaires d’Haïti qui était financée par les agences d’« aide » et de « promotion de la démocratie » des gouvernements américain, canadien et européen. Sanders a expliqué que « le G184 a coordonné et mené avec succès la campagne visant à déstabiliser le gouvernement élu d’Haïti et à destituer le président Aristide ».

Tom Reeves a critiqué le Groupe des 184, le qualifiant de « guère plus qu’une liste d’apologistes pro-élites et pro-entreprises bien connus en Haïti, dont la plupart n’ont pratiquement aucun public public ».

Comme le rapporte Haïti Liberté, Boulos a également pris sur lui d’armer les forces de police du régime de facto, qui ont violemment réprimé les manifestations exigeant le retour du président en exil Aristide, tuant de nombreux manifestants et passants.

L’éminent homme d’affaires haïtien Reginald Boulos est accusé d’avoir soutenu financièrement les paramilitaires pour forcer Aristide à quitter le pouvoir lors du coup d’État de 2004 soutenu par les États-Unis.

Madistin est le représentant légal de Réginald et Rudolphe Boulos

Madistin a travaillé à plusieurs reprises comme avocat de Boulos. Il représente les membres de la famille Boulos depuis plus d’une décennie et le frère de Réginald Boulos, Rudolphe Boulos, dès 2008.

Rudolphe Boulos a été jugé pénalement responsable du cas précité d’empoisonnement de 87 enfants haïtiens alors qu’il était président de Pharval Pharmaceuticals. Le juge Jean Wilner Morin a condamné Boulos à six mois de prison et l’a condamné à payer trois millions de gourdes de dommages et intérêts à chacune des victimes. Ce jugement fait suite à une enquête exhaustive publiée dans le Journal Public Health Report qui a montré que Pharval n’avait pas suivi la procédure standard ni vérifié que les ingrédients étaient certifiés.

Rudolphe Boulos n’a jamais purgé un seul jour de prison. On ne sait pas non plus s’il a payé aux victimes et à leurs familles les sommes dues. Rudolphe Boulos a quitté Haïti pour échapper à une condamnation suite au jugement.

Madistin a déposé un recours au nom de Boulos et a refusé de commenter les médias.

Madistin a plus récemment représenté Reginald Boulos lorsque l’oligarque devait être entendu par une commission d’enquête de la Direction générale de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) du gouvernement haïtien, le 2 juillet 2021. Selon un rapport d’Haïti Liberté, Isabelle Papillon, l’ULCC enquêtait sur deux prêts importants reçus par Boulos pour un projet de construction d’appartements (RBI), et sa chaîne de supermarchés Delimart.

Papillon a expliqué en outre que « Jenley Marc Jean-Baptiste, directeur général de l’ONA, a soutenu l’initiative de la CHLC d’enquêter sur le différend entre l’ONA et RBI. Dans une note du 2 juillet, Jean-Baptiste écrit que l’ONA « condamne avec véhémence le détournement de ses fonds d’un montant d’un million de dollars américains par la société Real Business Investment SA, société appartenant à M. Pierre Réginald Boulos, dans le cadre du un projet fictif de construction de logements sociaux à Fermathe, mis en place en 2018. »

Boulos a refusé de se présenter à l’audience et un mandat d’arrêt a été émis contre lui. Ses comptes bancaires en Haïti ont été gelés.

Deux jours plus tard, le 7 juillet 2021, le président Moïse était assassiné. Les charges retenues contre Boulos ont été rapidement abandonnées par le juge Bernard Sainvil en l’absence des avocats de l’ONA, stoppant ainsi dans son élan l’enquête sur le projet de logement social « fictif » de Boulos.

À l’époque, Boulos était président du « Mouvement de la Troisième Voie pour Haïti » (MTVAyiti), un parti politique fondé en décembre 2019. Boulos a fondé MTVAyiti pour défier le président Jovenel Moise après leur dispute à l’été 2018.

En réponse à l’ULCC et à l’ONA, Boulos a publié la déclaration suivante le 3 juillet 2021 : « Ce n’est pas la première fois qu’ils utilisent le mensonge et la manipulation pour armer le système judiciaire contre un opposant politique », a-t-il écrit en kreyòl. « Ce n’est pas la première fois qu’ils inventent de fausses affaires pour couvrir de vrais cas de criminalité et de corruption. Nos yeux sont ouverts ! Un jour sera le jour ! La lutte continue pour un autre Haïti !

Lorsque le prêt a été annoncé pour la première fois à l’été 2018, il a été rapidement critiqué. Le prêt a facilité l’achat par Boulos d’une concession Nissan à Port-au-Prince. Dans un article du Nouvelliste, l’analyste financier Guy Laudé estime que « les deux dirigeants de l’institution ont créé un produit sur mesure, sans aucune référence juridique » et probablement développé pour pallier « le manque de capital de l’entreprise ».

Ainsi, tout en agissant en tant que président du groupe dit des « droits de l’homme », FJKL, Madistin représentait également un oligarque, accusé de manière crédible de corruption.

 

(À suivre)

 

Travis Ross est un enseignant basé à Montréal, Québec. Il est également co-éditeur du Projet d’information Canada-Haïti sur canada-haiti.ca. Travis a écrit pour Haïti Liberté, Black Agenda Report, The Canada Files, TruthOut et rabble.ca. Il peut être contacté sur Twitter.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here