La Fondation Je Klere (FJKL) n’est pas un groupe de défense des droits humains crédible

0
446
Lors d'une conférence de presse du FJKL en 2018, la directrice générale Marie Yolène Gilles (centre gauche) et le président Samuel Madistin (centre droit).

Marie Yolène Gilles a été invitée à s’adresser au Conseil de sécurité des Nations Unies le 20 février 2023. Elle représentait la Fondation Je Klere (FJKL ou Open Eyes Foundation), un groupe de défense des droits humains dont elle est la directrice exécutive.

Gilles a déclaré au Conseil de sécurité que le FJKL « vise à promouvoir et à protéger les droits de l’homme en Haïti à travers son programme de surveillance des institutions publiques telles que le Parlement, les systèmes judiciaire et pénal, l’exécutif et la police. Elle mène des enquêtes, dénonce de graves violations des droits de l’homme et fournit une assistance juridique aux sans-voix et aux défavorisés.

Gilles a donné un aperçu des différentes crises auxquelles Haïti est confronté, notamment la violence des gangs, la corruption, les agressions sexuelles et un « soulèvement populaire » contre la direction de la Police nationale haïtienne (PNH), qu’elle accuse d’être dirigée par un « secteur mafieux ».

Elle considère l’ONU comme un partenaire, déclarant dans son discours que le Conseil de sécurité « doit contribuer au succès de la période de transition afin d’assurer le retour à l’ordre démocratique », ce qui implique que l’ONU devrait jouer un rôle dans l’installation d’un gouvernement de transition en Haïti.

Partenariat du FJKL avec le gouvernement américain

L’ascension de Gilles à la tête du deuxième groupe de défense des droits humains le plus important d’Haïti est étroitement liée au partenariat croissant entre le FJKL et Washington.

Le FJKL s’est associé à l’ambassade des États-Unis en Haïti pour organiser une série de conférences sur la « lutte contre la corruption » en Haïti les 9 et 10 février 2023 à l’hôtel El Rancho de Pétionville.

Le président du FJKL, Samuel Madistin, a accueilli l’événement, auquel a assisté le chargé d’affaires américain en Haïti, Eric Stromayer. S’exprimant au nom du gouvernement américain, il a déclaré : « Nous sommes fiers de nous associer à la société civile, à la presse et aux dirigeants haïtiens pour soutenir le travail et l’activisme anti-corruption, et nous saluons le travail courageux que les défenseurs de la lutte contre la corruption accomplissent chaque jour. »

Gilles a déjà été reconnue par l’ambassade américaine comme défenseure, lorsqu’elle travaillait pour Pierre Espérance au sein du Réseau National de Défense des Droits de l’Homme (RNDDH), le principal groupe de « droits de l’homme » d’Haïti.

En 2012, Gilles a reçu le prix « Femme de Courage d’Haïti 2012 » des mains de Daniel Foote, qui travaillait alors comme chargé d’affaires de l’ambassade américaine en Haïti. Foote a déclaré que Gilles était un « exemple pour tous les Haïtiens », démontrant un « engagement inébranlable envers les idéaux de la révolution haïtienne et de la République ». A l’époque, Gilles était responsable des programmes du RNDDH.

Gilles se sépare de Pierre Espérance et du RNDDH

Gilles a quitté le RNDDH en 2017, suite à ses accusations selon lesquelles Pierre Espérance, le directeur de l’organisation, aurait pris 1,5 million de gourdes au Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD), chargé de gérer le compte Petrocaribe et les services sociaux d’Haïti de l’administration de sécurité (l’Office National d’Assurance Vieillesse ou ONA).

Dans sa lettre de démission, Gilles a évoqué plusieurs raisons pour quitter le RNDDH. Elle a fait valoir que sa crédibilité serait « ternie » si elle restait directrice du programme du RNDDH parce qu’Espérance avait violé la règle de l’organisation interdisant de prendre de l’argent à l’État.

Par ailleurs, elle a critiqué la volonté de Espérance de prendre des fonds auprès de la Digicel, une société à l’égard de laquelle le RNDDH s’était montré critique par le passé. Elle accuse également Espérance de ne pas avoir payé ses impôts ni cotisé à un fonds de retraite des employés pendant plusieurs années.

Lorsque Espérance a été confronté à l’accusation selon laquelle il aurait pris 1,5 million de gourdes au BMPAD, il a d’abord nié avoir reçu ces fonds. Gilles affirme qu’Espérance a également menti à d’autres membres du RNDDH lorsqu’on lui a demandé s’il acceptait les fonds. Puis une photo du chèque a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, obligeant Espérance à admettre qu’il avait pris l’argent.

Au moment du départ de Gilles, Vilès Alizar, directeur des programmes du RNDDH, a déclaré à la presse que cet incident était l’occasion de « réaffirmer notre vision » d’organisation et a promis un « rapport détaillé » sur la manière dont les différents fonds avaient été utilisés.

Marie Yolène Gilles (2e à droite) avec ses collègues du RNDDH, dont Pierre Espérance (2e à gauche), à l’ambassade des États-Unis en 2012 lorsqu’elle a reçu son prix Femme de courage
Photo: Alterpresse

Seize mois plus tard, Alizar quitte le RNDDH sans qu’aucun rapport n’ait été publié. Il a dénoncé dans la presse les « mauvaises pratiques » des « dirigeants de l’organisation », affirmant que malgré les tentatives de réforme du RNDDH, il « s’est rendu compte que ces dispositions se sont révélées insuffisantes en raison de la résistance » des dirigeants, qui ont « refusé entreprendre des réformes.

Gilles a travaillé pour le RNDDH lors du coup d’État de 2004 contre Aristide et Lavalas

Les actions de Gilles pourraient laisser croire qu’elle empruntait la voie morale et éthique en refusant de faire partie d’une organisation de défense des droits de la personne qui violait ses propres règles. Espérance avait non seulement menti sur le fait de recevoir de l’argent du BMPAD, mais recevait également des fonds du programme Petrocaribe, dans le cadre duquel 40 % des revenus de la vente du pétrole vénézuélien étaient versés à un fonds d’État destiné à financer des programmes sociaux. Petrocaribe n’était pas destiné à compléter les groupes de défense des droits humains soutenus par les États-Unis. L’objectif du programme était de fournir à l’État haïtien des fonds pour des projets de développement et de protection sociale.

Un examen attentif du rôle de Gilles au sein du RNDDH révèle cependant une image nettement différente.

Gilles a commencé à travailler au RNDDH en 2003, alors qu’il s’agissait de la Coalition nationale pour les droits des Haïtiens – Haïti (NCHR-Haïti), rebaptisée plus tard RNDDH.

Le RNDDH a joué un rôle clé dans le coup d’État qui a forcé le président Jean-Bertrand Aristide à quitter le pouvoir en 2004. Aristide avait remporté les élections de 2000 avec près de 92 % des suffrages exprimés.

Lors de ce coup d’État, les paramilitaires ont chassé du pouvoir Aristide et plus de 1 000 élus de son parti Fanmi Lavalas (Famille Lavalas) à travers Haïti.

Une étude du Lancet de 2006 a révélé que « pendant les 22 mois du gouvernement intérimaire soutenu par les États-Unis, 8 000 personnes ont été assassinées dans la seule grande région de Port-au-Prince. 35 000 femmes et filles ont été violées ou agressées sexuellement, plus de la moitié des victimes étaient des enfants.

Mario Joseph, directeur du Bureau des Avocats Internationaux (BAI), affirme que « si le Lancet cite 8 000 meurtres à Port-au-Prince entre 2004 et 2006, il faut doubler ce chiffre pour refléter ce qui s’est passé dans tout le pays ».

Soutenu par le National Endowment for Democracy (NED), une agence de la CIA, et l’Agence canadienne de développement international (ACDI), le NCHR-Haïti s’est engagé dans un « partenariat de travail étroit avec la dictature du [Premier ministre de facto Gérard] Latortue ». a déclaré Richard Sanders, chercheur mondial au Canada Institute du Wilson Center. Le NCHR-Haïti « est devenu, en fait, une branche du gouvernement « intérimaire » illégal », a-t-il conclu.

Brian Concannon, directeur de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IJDH), a décrit le NCHR-Haïti comme un « critique féroce » du gouvernement d’Aristide et un « allié » du régime illégal, officiellement appelé Gouvernement intérimaire d’Haïti (IGH). .

Selon Concannon, le régime de Latortue « avait un accord avec le NCHR-Haïti pour poursuivre toute personne dénoncée par l’organisation ».

« Les personnes perçues comme soutenant le gouvernement constitutionnel d’Haïti ou Fanmi Lavalas, le parti politique du président Jean-Bertrand Aristide, [ont été] systématiquement persécutées depuis fin février [2004] jusqu’à aujourd’hui. Dans de nombreux cas, le gouvernement de facto du Premier ministre Gérard Latortue est directement responsable de la persécution », a expliqué Concannon lors du coup d’État.

Le NCHR-Haïti « est devenu de plus en plus politisé et, à la suite du coup d’État de 2004, il a coopéré avec l’IGH pour persécuter les militants Lavalas », a écrit plus tard Concannon dans The Jurist. « La persécution est devenue si flagrante que l’ancienne organisation mère du NCHR-Haïti, le NCHR basé à New York, a publiquement répudié le groupe haïtien et lui a demandé de changer de nom. »

Plusieurs délégations se sont rendues en Haïti après le coup d’État pour enquêter sur des violations présumées des droits de l’homme dans ce pays. Leurs rapports révèlent une soi-disant « organisation de défense des droits de l’homme », financée par des gouvernements impérialistes, qui a travaillé en étroite collaboration avec le régime de Latortue en toute impunité.

Le Centre Quichotte a envoyé une délégation en Haïti dirigée par le professeur à la retraite d’études caribéennes Tom Reeves. À son retour d’Haïti, Reeves a écrit un article expliquant les conclusions de la délégation dans lequel il décrit le NCHR-Haïti comme « complètement partisan : anti-Lavalas, anti-Aristide. Ce n’est tout simplement pas approprié pour un groupe qui se présente comme une organisation de « défense des droits d’Haïti ».

En avril 2004, la Guilde nationale des avocats a envoyé sa deuxième délégation en Haïti. L’une des huit « Déclarations et recommandations unanimes » du rapport était une condamnation sans équivoque du groupe : « Nous condamnons la Coalition nationale pour les droits des Haïtiens (NCHR) en Haïti pour ne pas avoir maintenu son impartialité en tant qu’organisation de défense des droits de l’homme. »

Le Projet d’accompagnement d’Haïti (HAP) s’est rendu en Haïti en juin 2004. Les délégués du HAP faisaient également partie du Comité d’action pour Haïti, basé en Californie.

Le rapport de la HAP note qu’en 2004, la NCHR-Haïti « a contribué à développer le soutien au coup d’État en faisant état de violations exagérées des droits de l’homme par les partisans du gouvernement élu. Dans le même temps, ils ont minimisé ou nié les violations bien plus massives du régime de facto et de ses alliés paramilitaires.»

Le rapport explique également comment le NCHR-Haïti a dénoncé les partisans du gouvernement d’Aristide. Selon la HAP, le NCHR n’a fourni aucune preuve pour étayer les accusations portées contre les partisans de FL, qui ont abouti à « des arrestations illégales, à l’incarcération et parfois à la disparition des accusés ».

L’avocat Brian Concannon de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti : Le NCHR-Haïti « est devenu de plus en plus politisé et, à la suite du coup d’État de 2004, il a coopéré avec l’IGH pour persécuter les militants Lavalas ».

Marie Yolène Gilles, interrogatrice des prisonniers politiques du régime Latortue

Gilles est spécifiquement cité par plusieurs délégations des droits de l’homme et des rapports pour son rôle d’interrogateur ayant travaillé avec la PNH. Plusieurs témoins accusent Gilles d’avoir soudoyé des victimes pour de faux témoignages visant à accuser les dirigeants de FL, en particulier des dirigeants comme Yvon Neptune et Amanus Mayette. Le NCHR-Haïti/RNDDH les a ciblés au nom du régime putschiste de Latortue.

Dans une lettre ouverte envoyée le 19 octobre 2006 au ministre de la Justice René Magloire, Mario Joseph et plusieurs autres avocats des droits de l’homme ont exigé la libération des prisonniers politiques de FL, dont l’ancien parlementaire Amanus Mayette. Dans la lettre, Joseph a identifié Gilles comme le cadre du NCHR-Haïti qui a interrogé Mayette à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

La lettre souligne également le rôle du NCHR-Haïti/RNDDH dans le « programme de vengeance tenace » du régime Latortue qui a causé « un préjudice considérable aux prisonniers politiques », notant que « c’est sur la base d’un simple communiqué de presse » que Mayette a été arrêtée. .

Joseph qualifie le NCHR-Haïti/RNDDH de « machine à injustice » inventée grâce au financement du gouvernement canadien. Il a fait valoir que les accusations du RNDDH « sont politiques », ce qui a conduit à « l’arrestation et la détention de plus d’une centaine de militants de base de Fanmi Lavalas » sans inculpation ni procès.

Dans une interview séparée, Joseph accuse le RNDDH d’avoir fabriqué des allégations contre trois dirigeants élus de Fanmi Lavalas dans le cadre d’une « campagne de désinformation ». Joseph a représenté ces dirigeants en tant qu’avocat de la défense contre les allégations d’un massacre à La Scierie (Saint Marc).

La délégation de la HAP a interviewé plusieurs prisonniers politiques à qui Gilles a rendu visite en prison sous prétexte de « défendre leurs droits humains ».

Les délégués de la HAP ont interrogé Roland Dauphin, un douanier que Gilles a recherché au commissariat de Delmas 33, en lui proposant un marché d’information.

L’ancien député de Fanmi Lavalas, Amanus Mayette, emprisonné sans procès de 2004 à 2006, affirme que Gilles lui a offert un pot-de-vin s’il témoignait contre d’autres dirigeants de Fanmi Lavalas après le coup d’État de 2004.

Selon son témoignage dans le rapport de la HAP, Gilles « l’a exhorté à impliquer le Premier ministre [Yvon Neptune] et le ministre de l’Intérieur [Jocelerme Privert] dans un prétendu massacre d’opposants d’Aristide à Saint-Marc, en lui promettant de l’argent et un refuge aux États-Unis. Lorsqu’il a hésité, Dauphin a rapporté que Gilles avait passé un appel téléphonique pour montrer qu’elle avait le pouvoir de conclure l’accord. Selon Dauphin, Gilles a parlé anglais lors de l’appel téléphonique et a identifié l’autre partie comme étant un responsable de l’ambassade américaine. Dauphin n’avait rien à dire et Gilles a laissé sa carte de visite au cas où il « changerait d’avis ».

Le député Amanus Mayette a également été interviewé par les délégués de la HAP. Il leur a dit que « Gilles lui a proposé un pot-de-vin similaire. Selon Mayette, elle s’est engagée à obtenir sa libération, à condition qu’il « donne des noms ».

Gilles est également accusé de collaboration avec les dirigeants de la PNH complices du coup d’État.

Rospide Pétion, qui dirigeait la sécurité de l’aéroport avant le coup d’État, a déclaré dans son témoignage devant la délégation de la HAP qu’il avait été arrêté et interrogé par le chef de facto de la PNH, Léon Charles. Pétion affirme que Charles l’a menacé de prison et qu’il a été emmené dans une autre pièce où on lui a demandé de parler avec un représentant du NCHR-Haïti. Gilles apparaît et réitère les accusations. Pétion a déclaré que Gilles avait ensuite repris l’interrogatoire en disant : « nous savons que vous avez détruit la tour de radio » (en référence à une tour de radiodiffusion qui avait été sabotée).

Le rôle de Gilles en tant qu’interrogateur qui a tenté d’obtenir de faux témoignages pour incriminer les dirigeants Lavalas pour des crimes qu’ils n’ont pas commis offre une perspective différente sur sa récompense de 2012 décernée par l’ambassade des États-Unis pour son prétendu « engagement inébranlable envers les idéaux de la révolution haïtienne et de la démocratie ». République.”

Selon un rapport du COHA, « d’innombrables individus, dont beaucoup dont le seul crime était une affiliation vague au parti Fanmi Lavalas d’Aristide, ont été arrêtés par le gouvernement intérimaire sur la base de fausses accusations portées par le NCHR-Haïti ».

Gilles a participé au processus de persécution de Lavalas, accusant ses dirigeants de « génocides » fabriqués et terrorisant la majorité pauvre d’Haïti qui voulait le retour de la démocratie. Elle n’est pas partie lorsque le NCHR-Haïti a demandé et reçu avec enthousiasme un financement des gouvernements qui ont orchestré le coup d’État de 2004. Comme le souligne Brian Concannon, le NCHR-Haïti était « soutenu par l’USAID et par d’autres gouvernements riches [le Canada et la France], et a été systématiquement biaisé dans ses reportages sur les droits de l’homme, en termes de sur-diffusion des accusations contre les membres de Lavalas et de sous-déclaration ou d’ignorance d’accusations de persécution des membres de Lavalas.

Gilles n’a pas non plus démissionné lorsque le RNDDH a commencé à recevoir un financement annuel du National Endowment for Democracy (NED), qui, selon Allan Weinstein, co-fondateur du NED, fait « une grande partie de ce qui… a été fait en secret par la CIA il y a 25 ans ». Bien qu’elle ait travaillé comme reporter pour le bulletin anti-impérialiste Haïti-Info lors du coup d’État de 1991-1994, lors du coup d’État de 2004-2006, Gilles a obtenu de faux témoignages pour accuser les dirigeants de Fanmi Lavalas de crimes que le RNDDH avait fabriqués et joué dans la destruction de la démocratie haïtienne, alors que la souveraineté du pays était violée par les gouvernements impérialistes.

A Suivre

 

HTML tutorial

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here