La CELAC devrait revoir sa position sur Haïti

1
156
8e Sommet de la CELAC, tenu à Kingstown, Saint-Vincent-et-les Grenadines, le 1er mars 2024

(English)

La Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) a été fondée à Caracas, au Venezuela, en décembre 2011, comme alternative à l’Organisation des États américains (OEA), basée à Washington, DC, créée en 1948 pour servir de char de la guerre froide. Cuba qualifie l’OEA de « ministère des Affaires coloniales » de Washington, qui a expulsé la nation socialiste en 1962.

« Au fil des années, la CELAC va laisser derrière elle l’ancienne et usée OEA », a déclaré le président vénézuélien de l’époque, Hugo Chavez, lors des cérémonies inaugurales de l’alliance de 33 membres.

« C’est la condamnation à mort de la doctrine Monroe », a déclaré le président nicaraguayen Daniel Ortega lors de la fondation de la confédération sud-américaine.

En effet, les discours prononcés lors du 8e Sommet de la CELAC, tenu à Kingstown, Saint-Vincent-et-les Grenadines, le 1er mars, ont fait écho à la rhétorique enflammée de ces cérémonies il y a 13 ans. Presque tous les discours prononcés lors du sommet ont condamné le génocide en cours à Gaza, l’agression américaine dans le monde entier et la nécessité de mettre fin à toutes les interventions étrangères en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Le Premier ministre hôte, Ralph Gonsalves, a déclaré que la mission de la CELAC est « anti-impérialiste et anti-hégémonie ».

« Malgré toutes les difficultés auxquelles nous avons été confrontés, nous avons réussi à maintenir notre coutume historique d’être une zone sans guerre », a déclaré la présidente du Honduras, Xiomara Castro, qui est devenue présidente de la CELAC jusqu’en 2025.

«Aujourd’hui, nous devons réaffirmer notre engagement à ce qu’il n’y ait jamais de guerre, les peuples d’Amérique latine et des Caraïbes recourent à la violence contre un pays frère. »

Le président cubain Miguel Díaz-Canel a qualifié la proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes de « zone de paix » par la CELAC de « jalon historique » et a déclaré qu’elle « représente un espoir pour des millions de personnes, dont la principale préoccupation est la survie dans un monde secoué par la violence et les guerres »

Le président colombien Gustavo Petro a dénoncé avec éloquence le « génocide sous nos yeux » qu’Israël commet contre les Palestiniens à Gaza ainsi que l’échec de la « guerre contre la drogue » de Washington, qui a eu des effets meurtriers sur son pays. Latino-Américains au cours du dernier demi-siècle », a-t-il déclaré.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro rejette l’intervention militaire en Haïti au sommet de la CELAC

Le ministre conseiller pour la politique et les affaires internationales du président nicaraguayen Daniel Ortega, Valdrack Jaentschke, a également souligné la nécessité de respecter la souveraineté, l’indépendance et la non-ingérence dans les affaires intérieures des États d’Amérique latine et des Caraïbes, notant que « la réalité est que nous sommes confrontés à tentatives de l’impérialisme de poursuivre ses pratiques colonialistes et néocoloniales, menaçant l’unité de notre région. »

« La guerre génocidaire et les sanctions unilatérales sont l’expression d’un ordre international injuste, exclusif et antidémocratique », a déclaré le président bolivien Luis Arce à propos de « l’ordre fondé sur des règles » de Washington. « Le multilatéralisme ne peut pas continuer à être détourné par ceux qui cherchent à imposer un système de dictature mondiale. » Arce a également déclaré que le renforcement de la CELAC était la seule alternative contre la guerre, avertissant qu’il y avait une nouvelle vague d’ingérence étrangère et d’actions hostiles de la part des États-Unis et du Royaume-Uni qui « cherchent à briser la paix que nous avons établie dans la région ».

Il a donc été choquant de trouver dans le document final du Sommet un soutien au projet de Washington de mener une guerre contre le peuple haïtien afin de maintenir au pouvoir le Premier ministre de facto Ariel Henry.

​     La « Déclaration de Kingstown », à l’article 73, déclare : Nous appelons à la mise en œuvre rapide et efficace de la résolution 2699 (2023) du Conseil de sécurité des Nations Unies, y compris l’établissement des conditions de sécurité nécessaires en Haïti comme moyen de maintenir la liberté et des élections équitables en Haïti et jeter les bases d’un développement économique et social durable à long terme dans le pays, en renforçant la sécurité et en s’attaquant aux causes structurelles sous-jacentes de la violence et de la vulnérabilité actuelles.

Le 2 octobre 2023, après presque un an de lobbying, Washington a fait adopter à toute vapeur la résolution 2699 du Conseil de sécurité, sur laquelle la Russie et la Chine se sont abstenues de voter. Son objectif était de créer la Mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS), une force armée NON placée sous l’égide du Conseil de sécurité, qui serait dirigée par 1 000 policiers kenyans, tristement célèbres pour leur brutalité et leur corruption.

La Haute Cour du Kenya a bloqué le déploiement de la police, le considérant comme inconstitutionnel, mais les États-Unis et le président kenyan William Ruto font fi de la décision de la cour et tentent quand même de déployer la mission.

Cette aberration du sommet de la CELAC pourrait être le résultat de la position du Brésil sur le déploiement. Dans sa déclaration lors du sommet, le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a déclaré : « En Haïti, nous devons agir rapidement pour soulager les souffrances d’une population déchirée par le chaos social. Le Brésil affirme depuis des années que le problème d’Haïti n’est pas seulement un problème de sécurité, mais avant tout un problème de développement.»

Ce n’est pas une coïncidence si le secrétaire d’État américain Anthony Blinken s’est rendu au Brésil pour rencontrer Lula le 21 février. En outre, Lula a malheureusement été responsable de la direction par le Brésil de la Mission des Nations Unies pour stabiliser Haïti (MINUSTAH) de 2004 à 2017, une occupation militaire étrangère qui était responsable de viols, de massacres, de pollution et d’une épidémie de choléra en Haïti. « Les États-Unis et le Brésil ont co-organisé une réunion ministérielle en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 pour créer une dynamique permettant le déploiement réussi d’une mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS) en Haïti », a déclaré le 22 février un communiqué de presse du Département d’État sur la réunion de Rio de Janeiro. « Les participants ont discuté de la nécessité de soutenir le peuple haïtien et la Police nationale haïtienne face à des niveaux sans précédent de violence des gangs et de déstabilisation. »

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également assisté au sommet de la CELAC et a certainement influencé l’inclusion du honteux article 73. « La semaine dernière à Rio de Janeiro, plusieurs pays – y compris les membres de la CELAC – ont fait des engagements supplémentaires en faveur de la mission multinationale de soutien à la sécurité », a déclaré António Guterres dans sa déclaration au sommet. Seule une poignée de membres de la CELAC sont connus pour soutenir le MSS, notamment la Jamaïque, Barbade, Bahamas et Brésil.

En outre, Stéphane Dujarric, porte-parole de Guterres, a clairement expliqué que le but de la visite de Blinken était de faire pression sur Lula une semaine avant le sommet de la CELAC. « Il y a un besoin urgent d’assurer la sécurité et d’autres formes de soutien à Haïti pour aider le pays à faire face à une crise pressante et qui s’aggrave de violence et d’instabilité », a déclaré Dujarric. « Il est également important de disposer de contributions financières prévisibles et suffisantes pour la force de sécurité multinationale. »

Dunjarric a également déclaré que la visite de Blinken visait à « renforcer le soutien pour enfin sortir du cercle vicieux de l’insécurité, de l’instabilité politique et de la pauvreté en Haïti, et générer un soutien au MSS en Haïti, comme autorisé par le Conseil de sécurité ».

Heureusement, lors du sommet de la CELAC, le président vénézuélien Nicolas Maduro a clairement annoncé l’opposition de son pays à une intervention étrangère en Haïti, tout comme Hugo Chavez s’était opposé à la MINUSTAH.  « Nous ne sommes pas d’accord avec aucun type d’invasion cachée, amenant des troupes d’ici ou de là », a déclaré Maduro. « Ce n’est pas la solution pour Haïti. »

La CELAC devrait immédiatement revoir la « Déclaration de Kingstown » et supprimer l’article 73, qui ne fait qu’apporter de l’eau au moulin du projet de Washington visant à concocter une force mandataire au visage noir pour occuper militairement Haïti une fois de plus pour la troisième fois en trois décennies. Le peuple haïtien rejette universellement les efforts transparents de Washington pour sauver son fantoche Ariel Henry, désormais exilé.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here