Un ex-Premier ministre itinérant sans pays

1
288
L'ancien Premier ministre Ariel Henry a passé plusieurs jours à Manhattan, mais aucun vol commercial n'a pu le transporter vers Haïti.

(English)

Depuis son arrivée à New York en provenance de Nairobi, au Kenya, le samedi 2 mars, l’ancien Premier ministre de facto Ariel Henry tente de rentrer en Haïti. Mais Haïti n’en veut pas.

Il a passé plusieurs jours à Manhattan, mais aucun vol commercial n’a pu le transporter, lui et son nombreux entourage, vers Haïti car l’aéroport de Port-au-Prince a été fermé après que des coups de feu ont touché un avion charter Avolon à destination de Cuba le jeudi 29 février. Il n’y a eu aucun blessé et les dégâts ont été minimes.) Au cours du week-end, Henry a demandé à Washington de lui fournir un avion militaire et des soldats pour l’accompagner à son retour en Haïti.

Le lundi 4 mars, Henry reçut sa réponse. « Tout au long du week-end, les hauts responsables américains les responsables du gouvernement sont restés en contact étroit avec de hauts responsables du gouvernement haïtien », a déclaré John Kirby, porte-parole de la sécurité nationale de la Maison Blanche. « Après 72 heures de contacts diplomatiques entre Haïti et les États-Unis, l’administration Biden ne déploiera pas de troupes américaines en Haïti pour soutenir les opérations de sécurité de la Police nationale haïtienne (PNH).

Ariel Henry au Kenya avec le président William Ruto

Par ailleurs, les États-Unis n’envisagent pas de  fournir de troupes militaires pour accompagner le Premier Ministre et sa délégation en Haïti, actuellement bloqués aux USA depuis samedi en raison de la suspension temporaire des vols commerciaux vers Haïti ».

Ariel Henry et son cortège décident alors d’affréter, pour plusieurs dizaines de milliers de dollars, un jet privé pour se rendre à Saint-Domingue. Ils ont loué un Gulfstream IV, pouvant accueillir 14 personnes, auprès d’une compagnie charter, NXT Jet. Ils ont quitté l’aéroport de Teterboro dans le New Jersey (de l’autre côté du fleuve depuis Manhattan) le mardi 5 mars à 11 h 06. (C’EST T). Mais environ trois heures après le début du vol de quatre heures, les contrôleurs de vol de la République dominicaine ont informé l’avion d’Henry, numéro de queue KPO129, qu’ils n’avaient pas la permission d’atterrir dans ce pays, même si l’avion avait déjà commencé sa descente de 35 000 pieds à 25 000 pieds. L’avion a dû dérouter sa destination vers l’aéroport international Luis Munoz Marin de San Juan, Porto Rico, où il est arrivé à 16h06. (AST).

Ariel Henry et son cortège ont affrété pour plusieurs dizaines de milliers de dollars, un jet privé pour se rendre à Santo-Domingo, République Dominicaine

Le détournement et le blocage réussi du retour d’Henry – la première fois que cela se produit dans l’histoire d’Haïti – ont encouragé le peuple haïtien à poursuivre sa mobilisation pour maintenir Ariel Henry hors du pays, ce qui constitue le début d’un changement radical de système. Le mot d’ordre du mouvement est DDN qui signifie « Deyò, Deyò Net ». (Dehors, dehors pour de bon.)

Par ailleurs, le porte parole de vivre ensemble Jimmy “Barbecue” Cherizier dans une conférence de presse le mardi 5 mars a déclaré que : « Nous-mêmes, au sein de Vivre ensemble, nous savons où nous allons, nous savons qui est notre ennemi, et avec qui nous nous battons ».

« Notre combat aujourd’hui est d’empêcher le retour du gouvernement d’Ariel Henry. Ce n’est que la première étape, comme nous l’avons toujours dit. Après avoir mis fin au gouvernement d’Ariel Henry, nous nous assurerons qu’Haïti a un État fort, un système judiciaire fort pour lutter contre la corruption, et nous nous assurerons que nous avons un système de sécurité fort, afin que les gens puissent circuler quand ils le souhaitent et rentrer chez eux quand ils le souhaitent. Ils veulent. Encore une fois, notre objectif est de voir une autre Haïti. »

Jimmy “Barbecue” Cherizier, porte-parole de Vivre Ensemble

Pendant ce temps, Washington poursuit ses efforts désespérés et maladroits pour organiser une troisième intervention militaire étrangère en Haïti en 30 ans, même si celle-ci ne serait pas supervisée par le Conseil de sécurité de l’ONU, mais par la police kenyane notoirement corrompue et brutalement répressive, bien que le Kenya La Haute Cour a statué qu’il ne pouvait pas être déployé. Néanmoins, le président William Ruto et Washington tentent de contourner cet ordre.

« Nous travaillons avec des partenaires internationaux pour fournir un soutien immédiat à la Police nationale haïtienne et accélérer le déploiement de la Mission multinationale de soutien à la sécurité qui aidera à rétablir la sécurité de toute urgence », a déclaré Kirby.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here