Juan Bolívar Díaz : Une voix dominicaine pour la paix et la coopération

« Les Dominicains et les Haïtiens doivent se comprendre. »

4
126
L'ambassadeur dominicain en Espagne Juan Bolívar Díaz : Nous devons trouver un moyen d'avancer pour qu'en dix ans nos relations avec Haïti ne se détériorent pas au niveau d'Israël et de la Palestine...

(English)

L‘ambassadeur dominicain en Espagne a dénoncé les politiciens dominicains qui emploient une rhétorique et promeuvent des politiques contre les Haïtiens fondées sur la haine.

Il s’est également adressé au peuple dominicain, amplifiant ce message et l’exhortant à abandonner les stéréotypes haïtiens négatifs qui conduisent au conflit.

Juan Bolívar Díaz est l’un des dominicains les plus reconnus et honorés au niveau international de sa génération. Actuellement âgé de 78 ans, il a été nommé ambassadeur dominicain en Espagne en 2020.

Avant cela, il a été un journaliste hautement accompli et une présence médiatique pendant 52 ans. Parmi ses honneurs les plus récents, il a été invité à être membre du Comité pour l’Amérique de la Fondation Pro-Royal Spanish Academy. Ce comité est composé de personnalités culturelles majeures de toute l’Amérique latine, comme le romancier péruvien Mario Vargas Llosa.

Mais Díaz est plus qu’une éminence grise cérémonielle. Il demeure un défenseur invétéré de la justice sociale, un homme qui dit humblement mais résolument la vérité au pouvoir.

Cela a été le thème constant de sa vie. En 1970, alors qu’il était jeune journaliste, il échappa de justesse à une tentative d’assassinat à la voiture piégée contre lui et fut contraint de fuir le pays.

En fin de compte, la voix de Díaz n’a pas pu être réprimée. Même en exil, son statut s’est accru et il a continué à s’exprimer en faveur de l’avancement de la culture dominicaine et de la préservation des droits de l’homme.

Naturellement, le rôle d’Haïti dans la société dominicaine a été une préoccupation majeure tout au long de sa carrière. En janvier dernier, il avait notamment déclaré : « Haïti est à la fois une honte et un grand bénéfice pour la RD ».

En tant que représentant du gouvernement dominicain, il ne se contente plus de façonner l’actualité, il la crée également. La semaine dernière, dans une interview avec le journaliste dominicain Moises Gonzalez à l’émission Despertar Nacional, il est revenu sur le thème des relations avec Haïti. « Je continue de soutenir les positions que j’ai toujours soutenues. Je ne vais pas reculer en prêchant que les Dominicains et les Haïtiens doivent se comprendre, que nous devons utiliser un langage plus constructif, moins dramatique, et rechercher et promouvoir solutions en Haïti, si nous ne le faisons pas, nous devrons nous passer d’Haïti. »

Interview de l’ambassadeur Juan Bolívar Díaz avec le journaliste dominicain Moises Gonzalez à l’émission Despertar Nacional

« Haïti va y rester de toute façon. Nous ne pouvons pas suivre des politiques qui promeuvent la haine et la confrontation. »

La détérioration actuelle des relations indique que « le moment est venu pour la République Dominicaine de reconnaître qu’elle ne pourra jamais se passer d’Haïti et de son marché. L’importance de ce marché n’est pas seulement pour les gens qui vivent dans la bande frontalière, c’est aussi pour les producteurs d’œufs, de poulet, de salami, de pâtes, de ciment et bien d’autres industries.

« Plus d’un milliard de dollars par an sont exportés vers ce marché, où nous avons un avantage de 9 contre 1, c’est probablement le marché binational le plus inégal au monde », a-t-il déclaré.

En outre, il a déclaré : « Nous ne pouvons pas nous permettre de sombrer à un niveau bas permanent dans nos relations, nous devons plutôt faire un effort pour reconnaître la valeur des Haïtiens. Haïti n’est pas seulement une bonne opportunité commerciale, il y a des conséquences plus importantes qui nous mineront si nous ne le faisons pas. »

Au-delà des questions frontalières, il a également souligné que la main-d’œuvre haïtienne a été le moteur de l’agriculture et de la construction, un pilier de la croissance annoncée de l’économie dominicaine.

« Nous devons reconnaître qu’ils [les Haïtiens] contribuent, nous ne pouvons pas dire tout le temps le négatif, car si nous le faisons, nous n’atteindrons pas notre potentiel collectif », a-t-il soutenu.

Un autre point de référence était le cycle actuel de l’actualité. « Nous devons trouver un moyen d’avancer pour qu’en dix ans nos relations avec Haïti ne se détériorent pas au niveau d’Israël et de la Palestine, deux peuples historiquement incapables de coexister. » Il a qualifié cela de « luxe » que la République dominicaine ne peut pas se permettre.

Il a regretté qu’il y ait beaucoup de personnes en République Dominicaine qui maintiennent des discours de haine et de stigmatisation. « Nous devons faire un effort pour modérer ce discours. »

Sans surprise, il y a eu un retour de bâton. Bruno Valdeiras, écrivant dans un journal dominicain appelé Al Momento, estime : « Ces déclarations de l’actuel ambassadeur dominicain auprès du royaume espagnol ne sont pas du tout inattendues ; c’est sa position depuis plusieurs années. Le problème maintenant avec ces déclarations est qu’il les fait à partir d’une position gouvernementale, ce qui cause d’énormes dommages au pays dominicain. République et contredit en même temps la position du président de la République, Luis Abinader, dans la défense de notre souveraineté nationale. »

Il continue en suggérant que Díaz doit être soit mentalement malade, soit corrompu.

Les producteurs alimentaires dominicains, qui ont perdu une part substantielle de leur marché en raison de la fermeture de la frontière, pourraient avoir un avis différent.

Cela soulève cependant la question de savoir pourquoi le président nommerait une personne ayant des opinions aussi diamétralement opposées à un poste gouvernemental de haut niveau. Serait-ce pour le piéger dans un exil luxueux, trop distrait ou apaisé pour participer au discours national ?

Si c’est le cas, c’est une autre stratégie ratée d’Abinader.


*Levyen Joseph vit parmi les Haïtiens en République Dominicaine.

4 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here