Jovenel Moise dos au mur!

0
622
Jovenel Moise par le truchement de sa compagnie Agritrans est lié jusqu’au cou dans le pillage des fonds PetroCaribe à travers le gouvernement de son prédécesseur Michel Martelly.

Jovenel Moise n’a plus de cartes à jouer. Que cherche t-il encore à faire, quand sa marge de manœuvre devient quotidiennement de plus en plus étroite ? Qu’est-ce qu’il concocte en s’accrochant toujours au pouvoir quand il a été rejeté par certains, même ses zélés partisans au sein du Phtk sans oublier Réginald Boulos et le forum économique du secteur privé.

Jovenel Moise est quelque part caché dans le pays en faisant le dos rond. N’est-il pas trop tard Mr le président ?

N’est-il pas nécessaire de remonter aux origines de cette crise qui sans aucun doute aura raison du second président du régime Phtkiste, si la mobilisation ne lâche pas et continue à exiger mordicus sa démission. Réaction qu’il ne va pas faire rapidement, seule la force populaire peut le contraindre à aller dans ce sens bien qu’il soit toujours supporté par Washington.

L’étincelle qui a tout occasionné fut le rapport sénatorial préparé par le sénateur Youri Latortue passé à l’opposition mais idéologiquement il reste toujours proche du PHTK. Pour se vanter de sa force politique, le président Moise déclara au cours d’une rencontre à Paris avec la Communauté haïtienne de France : Tant qu’il est président, il n’y aura pas de procès Petro caribe. A ce moment-là, on ignorait encore si  Jovenel Moise par le truchement de sa compagnie Agritrans était lié jusqu’au cou dans le pillage de ces fonds  à travers le gouvernement de son prédécesseur Michel Martelly. Puis, il y eut le rapport du sénateur Beauplan, ce rapport a été envoyé par le Sénat à la Cour Supérieure des comptes pour être analysé en profondeur.

Jovenel Moise et Youri Latortue

Basé sans doute sur les deux premiers rapports sénatoriaux, la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA)  s’est vue obligée de produire son propre rapport qu’elle a publié en deux temps. Une première partie publiée le 31 janvier 2019, remettait un premier rapport d’audit de 291 pages sur la « gestion des projets financés par le fonds Petrocaribe . Et la deuxième partie rendue publique le vendredi 31 mai 2019,  de plus de 600 pages sur la mauvaise gestion de l’aide reçue du Venezuela à travers Petro caribe, cet accord de coopération énergétique, lancé en juin 2005 par le président vénézuélien d’alors Hugo Chavez, a fait couler beaucoup d’encre puisqu’il a présumément impliqué de dilapidation plusieurs personnalités politiques du pays, parmi lesquelles l’actuel président Jovenel Moise.

Réginald Boulos

Ce dernier est pris dans son propre piège et est maintenant placé le dos au mur, ne pouvant rien faire. Il ne parle et ne dirige rien et est même devenu tout d’un coup muet laissant le soin de le défendre par entre autres Rudy Heriveaux, le secrétaire général du Conseil des Ministres, Reynald Lubérice, et son conseiller Guychard Dore pour ne citer que ceux-là.

Il est quelque part caché dans le pays en faisant le dos rond. N’est-il pas trop tard Mr le président ?

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY